Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  
Recherche par date
 

Progression du Chikungunya aux Caraïbes et Amériques 29-09-2014 , archivée

Le Brésil et le Guatemala et la Colombie rapportent leurs premiers cas autochtones d’infections par le virus Chikungunya. Ce virus, qui n’existait pas aux Amériques, est apparu en décembre 2013 à Saint Martin et a rapidement franchi les frontières. L’épidémie touche désormais 35 territoires aux Caraïbes et en Amérique du Nord, Amérique Centrale et Amérique du Sud, avec plus de 737'000 cas rapportés. L’épidémie continue de progresser, le virus Chikungunya pouvant être transmis dans toutes les régions où le moustique vecteur est endémique. De nombreux voyageurs ont également contracté la maladie et des cas importés ont été rapportés dans des pays d’Europe dont la France, la Grèce, l’ Italie, les Pays Bas et la Suisse. Le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) recommande aux médecins, aux centres médicaux pour voyageurs et aux autorités responsables des banques de sang de se tenir informés sur cette épidémie et de maintenir une vigilance accrue. Plus d’informations sur la maladie et l’étendue géographique de l’épidémie sur le site de l’Organisation mondiale de la Santé et du PAHO « Chikungunya ». La fièvre de Chikungunya est causée par un virus transmis par des moustiques piquant le jour et à la tombée de la nuit. Le plus souvent bénigne, elle se manifeste par de la fièvre, d'importantes douleurs articulaires (genoux, chevilles et petites articulations des mains et pieds), et parfois une rougeur de la peau et des symptômes grippaux. La guérison en une semaine est de règle mais les douleurs articulaires peuvent durer plusieurs mois. Les personnes les plus à risque sont les malades chroniques, les enfants en bas âge et les femmes enceintes. Rarement, surtout chez les enfants, elle peut causer une méningite. Il n’existe pas de vaccin et le traitement est symptomatique (anti-douleurs, anti-inflammatoires). (Sources : PAHO/ WHO Chikungunya fever in the Americas 26-09.2014; ECDC, "Communicable Disease threats Report" 37 du 7-13 sept 2014 + 38 du 14-20 Sept 2014; Institut de Veille Sanitaire InVS, BHI N° 469)

Conséquences pour le voyageur: Les voyageurs doivent avoir une protection optimale contre les moustiques de jour et en début de soirée, y compris dans les villes. Consultez en cas de symptômes au retour d’une zone d’endémie.

Destinations: Amérique

Maladie: Chikungunya, Fièvre


Actualités apparentées:

Date Titre Destination(s)
19.06.2017 Epidémie de Chikungunya au Brésil et aux Amériques Amérique; Brésil
11.01.2016 Chikungunya : 2 ans depuis le début de l’épidémie aux Amériques Amérique
23.03.2015 Colombie : augmentation des cas de chikungunya Amérique
19.01.2015 Plus d’un million de cas de chikungunya aux Caraïbes et aux Amériques Amérique
15.12.2014 Chikungunya aux Amériques : nombreux voyageurs infectés Amérique
11.08.2014 Chikungunya aux Caraïbes et en Amérique centrale et du Sud et USA Amérique
28.07.2014 Chikungunya aux USA et en Europe Amérique; Europe; États-Unis (USA)
07.07.2014 Etats-Unis: importations de Chikungunya Amérique; États-Unis (USA)
10.06.2014 Chikungunya aux Amériques: cas à Puerto Rico et en Guyana Antigua-et-Barbuda; Amérique; Antilles, Territoires néerlandais des; Dominique; Dominicaine, République; Guyane française; Guadeloupe, Saint Barthélemy et Saint Martin (FR); Guyana; Haïti; Saint-Kitts-et-Nevis; Sainte-Lucie; Martinique (FR); Porto Rico; Turks et Caïques, Îles (UK); Îles Vierges britanniques; Îles Vierges des États-Unis
14.04.2014 Caraïbes, Amérique du Sud: progression du Chikungunya Amérique; Antilles, Territoires néerlandais des; Dominique; Dominicaine, République; Guyane française; Guadeloupe, Saint Barthélemy et Saint Martin (FR); Saint-Kitts-et-Nevis; Sainte-Lucie; Martinique (FR); Îles Vierges britanniques
16.12.2013 Saint-Martin : les Caraïbes atteintes par le Chikungunya Amérique; Guadeloupe, Saint Barthélemy et Saint Martin (FR)
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 14.12.2017