Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

FSME (et RSSE)FSME (et RSSE)

FSME (et RSSE)

Encéphalite à tiques FSME

Maladie en bref
L'encéphalite à tiques (ou méningo-encéphalite verno-estivale) est une maladie virale transmise par les tiques de certaines régions d'Europe, de Russie et d'Extrême-Orient. Elle se manifeste par des symptômes d'allure grippale, suivis chez une minorité de personnes d'une méningo-encéphalite. La vaccination offre une très bonne protection contre cette maladie.


Transmission
En Suisse, environ 1% des tiques (du genre Ixodes), dans des foyers bien délimités d'endémie, sont infectées par ce virus qu'elles peuvent transmettre à l'homme pendant leur période d'activité (de mi-février à mi-novembre). On recense entre 100 et 250  cas par année en Suisse. Rarement, le virus peut également être transmis lors de consommation de produits laitiers non pasteurisés de chèvres, brebis ou vaches infectées.

Répartition géographique
Europe du Nord (Scandinavie, Etats de la Mer Baltique), Europe Centrale et de l'Est, Russie, Asie (Kazakhstan, Kirghizistan, Chine, Mongolie, Corée du Sud, Japon, cf carte).

Symptômes et complications
Les tiques injectent une substance anesthésiante et leur morsure passe souvent inaperçue. L'infection est le plus souvent asymptomatique ou ne provoque que des symptômes grippaux bénins. Environ 5 à 15 % des personnes infectées développent ensuite une atteinte du système nerveux central de gravité variable (méningite ou encéphalite). Les manifestations sont une fièvre élevée, des maux de tête, une raideur de la nuque, intolérance à la lumière, des nausées ou des vomissements, et plus rarement en cas d'atteinte sévère, des vertiges, des paralysies, une difficulté à parler ou à marcher, des crises d'épilepsie, et parfois la mort. Des séquelles neurologiques sont fréquentes. La sévérité de la maladie augmente avec l'âge. Les souches virales présentes en Russie et en Extrême Orient sont associées à une fréquence augmentée de maladie sévère ("Russian spring-summer encephalitis " ou RSSE).


Prévention et traitement

Protégez-vous des tiques: portez des vêtements longs couvrant bien la peau (avec les chaussettes remontées sur le bas des pantalons), et appliquez des produits répulsifs contenant du DEET sur la peau et des insecticides (perméthrine) sur les habits. Inspectez soigneusement votre peau et les cheveux au retour. Si vous trouvez une tique, enlevez-la rapidement à l'aide d'une pincette en la saisissant le plus près possible de la peau et en tirant progressivement puis désinfectez. Notez la date de la morsure.

Il n'y a aucun traitement antiviral spécifique contre la maladie mais la vaccination permet de s'en prémunir. Deux vaccins inactivés efficaces (protection de plus de 95 %) sont disponibles en Suisse pour les adultes et les enfants dès 6 ans (les formes sévères de la maladie étant rares avant cet âge). La vaccination de base complète nécessite 3 doses, débutées de préférence en hiver, à 0, 1-3 et 9-12 mois pour Encépur® et à 0, 1, 6 mois pour FSME-Immun CC®. Il existe également un schéma pédiatrique ainsi qu'un schéma rapide d'administration. En Suisse un rappel est recommandé après 10 ans. Les voyageurs devraient avoir reçu au moins la 2e dose 15 jours avant de se rendre dans une région à risque. Le vaccin protège contre les différentes souches virales dans toutes les régions endémiques.


Recommandations

Protégez-vous des tiques dans les forêts et les sous-bois. Ne consommez que des produits laitiers pasteurisés. En cas de morsure, enlevez rapidement la tique et désinfectez. La vaccination est recommandée à tous les adultes et enfants (dès 6 ans), habitant ou séjournant temporairement dans une région d'endémie et pouvant être exposés aux tiques. Les activités à risque sont la marche, le camping, la randonnée, le vélo VTT, la chasse, la pêche, la coupe de bois et la cueillette de champignons et de baies.


Plus d'informations 

Office fédéral de la santé publique (OFSP):
 
- Maladies transmises par les tiques
- Cartes géographiques FSME

 


Mise à jour: 13.07.2018

 

Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 06.08.2020

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (1/18)

Suisse : augmentation de l'encéphalite à tique

27/07/2020 (mise à jour: 03/08/2020)

Depuis le début de l'année l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) a reçu 215 notifications d'encéphalite à tiques en Suisse. C'est plus du double de l'année dernière, où 97 cas ont été signalés Il est probable que des conditions météorologiques favorables, associées à des règles de distanciation sociale, ont incité de nombreuses personnes à s'aventurer dans les forêts, explique l'OFSP. Il est également possible que les mesures de confinement aient empêché certaines personnes de se faire vacciner. Le nombre estimé de consultations en juin 2020 pour une piqûre de tique a dépassé le nombre de consultations en 2018, une année record. Tous les cantons, à l'exception de Genève et du Tessin, ont été touchés.

Les symptômes du FSME: Les tiques injectent une substance anesthésiante et leur morsure passe souvent inaperçue. L'infection est le plus souvent asymptomatique ou ne provoque que des symptômes grippaux bénins. Elle est souvent en deux phases. Environ 5 à 15 % des personnes infectées développent ensuite une atteinte du système nerveux central de gravité variable (méningite ou encéphalite). Les manifestations sont une fièvre élevée, des maux de tête, une raideur de la nuque, intolérance à la lumière, des nausées ou des vomissements, et plus rarement en cas d'atteinte sévère, des vertiges, des paralysies, une difficulté à parler ou à marcher, des crises d'épilepsie, et parfois la mort. Des séquelles neurologiques sont fréquentes. La sévérité de la maladie augmente avec l'âge. Il n'y a aucun traitement antiviral spécifique contre la maladie mais la vaccination permet de s'en prémunir. Deux vaccins inactivés efficaces (protection de plus de 95 %) sont disponibles en Suisse pour les adultes et les enfants dès 6 ans (les formes sévères de la maladie étant rares avant cet âge). La vaccination de base complète nécessite 3 doses, débutées de préférence en hiver (2 doses à un mois d’intervalle, puis une 3ème après 5 à 12 mois, puis un rappel tous les 10 ans). Il existe également un schéma pédiatrique ainsi qu'un schéma rapide d'administration. Les tiques peuvent transmettre plusieurs autres maladies (borréliose de Lyme, rickettsiose, etc.). Consultez toujours un médecin en cas de fièvre /maux de tête/ autres symptômes après une piqûre pour évaluer l’indication à un éventuel traitement. (Sources : OFSP : Maladies transmises par les tiques – Situation en Suisse 03.06.2020 ; Bulletin OFSP-Bulletin 24 du 8 juin 2020; International Society for Infectious Diseases Promedmail 14.7.2020, ECTM EpiNews 18.7.2020)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous des tiques dans les forêts et les sous-bois (vêtements longs couvrant bien la peau, chaussettes remontées sur le bas des pantalons), et appliquez des produits répulsifs sur la peau et des insecticides (perméthrine) sur les habits. Inspectez soigneusement votre peau et les cheveux au retour de promenade pour la présence de tiques. Les animaux domestiques doivent également être examinés. Comme les virus FSME sont présents dans les glandes salivaires de la tique et sont transmis immédiatement en cas de piqûre, même l’extraction rapide d’une tique n’empêche pas toujours une infection. La vaccination est conseillée (dès l’âge de 6 ans, en général) aux habitants et vacanciers dans les régions d’endémie en cas d’activité en plein air. Les voyageurs devraient avoir reçu la 2e dose au moins 15 jours avant de se rendre dans une région à risque. En Suisse, tous les cantons, à l'exception du Tessin et de Genève, sont considérés comme des zones à risque.

Destinations : Suisse

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/18)

Ramener un animal de vacances ? Attention !

20/07/2020 (mise à jour: 27/07/2020)

L’importation illégale d’un animal est dangereuse car une bonne santé apparente peut cacher une maladie grave, comme la rage, qui est toujours mortelle pour l’homme. Les animaux importés peuvent être une menace pour les nouveaux propriétaires et leurs familles ainsi que pour les animaux suisses à qui ils pourraient transmettre des maladies. A plusieurs reprises des chatons enragés et des chiens infectés ont été ramenés par des voyageurs ces dernières années de pays où la maladie est encore prévalente. La rage est encore transmise dans plus de 150 pays et cause des dizaines de milliers de décès chaque année dans le monde. Des cas de voyageurs exposés à la rage en vacances sont rapportés régulièrement ainsi que des décès (Voir aussi News du 17.12.2019 « Zanzibar : un voyageur italien meurt de la rage).

Les voyageurs souhaitant amener un animal en Suisse devraient auparavant s’informer. L’importation d’un animal de compagnie (chien, chat, oiseau, etc.), ou d’un animal de rente (cochon, âne, etc.) requiert des documents officiels, voire même une autorisation selon le pays d’origine de l’animal. Il ne faut pas acheter un animal par pitié, ou sur un coup de tête durant les vacances, sans accomplir les démarches nécessaires. Les animaux peuvent être porteurs de nombreuses maladies infectieuses ou encore présenter des troubles comportementaux susceptibles de poser rapidement des problèmes à leur propriétaire. Certaines espèces sont protégées et interdites d’achats, d’autres peuvent être malades et doivent avoir des attestations de vaccination en règle. Sources : Communiqué du Conseil fédéral 16.07.20 « L’importation illégale d’animaux est un acte irresponsable » ; Office fédéral de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires ; OMS Fact Sheet Rage

Conséquences pour le voyageur : Avant de ramener un chien ou chat ou autre animal de vos vacances, vérifiez que les exigences très strictes sont remplies pour l’entrée en Suisse sinon l’animal peut être saisi à la frontière, voire euthanasié selon les circonstances. La rage représente un risque mortel à connaître et à ne pas sous-estimer ! Evitez tout contact avec les animaux (et ne les nourrissez pas !). En cas de morsure/ griffure par un animal inconnu (ou dont le statut vaccinal n’est pas certain), lavez immédiatement bien la plaie (eau et savon alcalin), désinfectez et consultez en urgence un centre médical de qualité pour une prophylaxie post-expositionnelle. Selon le lieu de votre destination et les circonstances de votre voyage, il peut être recommandé de vous faire vacciner préventivement contre la rage (2 injections puis 1 rappel une année plus tard) en particulier pour les expatriés et les voyageurs à risque augmenté (voyages à deux roues, dans les zones reculées, les enfants en bas âge, etc.).

Destinations : Suisse

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/18)

Ouverture de frontières, quarantaines au retour (update 24.7.2020)

03/07/2020 (mise à jour: 27/07/2020)

La Suisse autorise les voyages depuis le 15 juin vers les pays de l’espace Schengen, de l’AELE et la Grande-Bretagne. Cependant, cela n’est pas forcément réciproque. Certains pays maintiennent leurs frontières fermées, ou les ouvrent progressivement, parfois seulement pour des groupes ou des raisons définis, parfois sous conditions comme une quarantaine obligatoire, une autosurveillance de l’état de santé ou, un test de dépistage négatif du COVID-19. Il faut donc bien se renseigner sur les conditions d’entrée avant de planifier un voyage. Jusqu'au 20 juillet au moins, les restrictions d'entrée resteront en vigueur pour les personnes en provenance de pays n'appartenant pas à l'espace Schengen.

Des flambées locales d’infections au coronavirus liées à des voyageurs qui ont été infectés à l’étranger ont été observées ces dernières semaines dans plusieurs cantons de Suisse. D’après l’OFSP, entre 15 à 20% des nouveaux cas de coronavirus durant les 2 dernières semaines en juin étaient «importés» de l’étranger. Aux Grisons, un groupe de six jeunes hommes de retour de Belgrade en Serbie, où ils ont dansé en discothèque, ont été infectés par le coronavirus. Plus de 70 personnes ont été mises ne quarantaine dans le canton, en majorité en lien avec des voyageurs.

Quarantaine obligatoire de voyageurs revenant de pays à haut risque:
Pour diminuer le risque de flambées au coronavirus liées aux voyages à l’étranger, les autorités suisses, ont décidé d’imposer dès le lundi 6 juillet 2020 la mise en quarantaine obligatoire de toute personne arrivant d’une trentaine de pays et régions à haut risque, dont les Balkans, l’Amérique et la Suède.

Ordonnance COVID-19 et la liste de l’OFSP des pays et zones à risque élevé d’infection au 23.07.2020  :
Afrique du Sud, Arabie saoudite, Argentine, Arménie, Azerbaïdjan, Bahreïn, Bolivie, Bosnie et Herzégovine, Brésil, Cap Vert, Chili, Colombie, Costa Rica, El Salvador, Emirats arabes unis, Equateur, Eswatini (Swasiland), États-Unis (y compris Porto Rico et les Îles Vierges), Guatemala, Honduras, , Îles Turques-et-Caïques, Irak, Israël, Kazakhstan, Kirghizistan, Kosovo, Koweït, Luxembourg, Macédoine du Nord, Maldives, Mexique, Moldavie, Monténégro, Oman, Panama, Pérou, Qatar, République dominicaine, Russie, Serbie, Suriname, Territoire palestinien occupé.

Les personnes qui ne se mettront pas volontairement en quarantaine s’exposeront à une amende pouvant aller jusqu’à 10’000 francs.  Cela ne concerne pas les personnes ayant séjourné dans une zone à risque élevé durant moins de 24 heures comme passagers en transit qui ne seront pas forcées de se mettre en quarantaine.
 

Pour plus d’informations :
-
OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
International Air Transport Association : IATA
-
- COVID Travel Restrictions

-  Infoline pour les personnes se rendant en Suisse: +41 58 464 44 88  

 

Sources : OFSP 02.07.2020 ; Le Nouvelliste 25.06.20 « Coronavirus: des voyageurs suisses contaminés à l’étranger après la réouverture des frontières » ; TCS 03.07.2020 ; RTS Info 1 et 2 juillet 2020

Conséquences pour le voyageur : Les personnes ayant séjourné dans un État ou une zone présentant un risque élevé d’infection au coronavirus SARS-CoV-2 pendant les 14 jours qui ont précédé leur entrée en Suisse, sont tenues de se rendre sans délai et directement après être entrées en Suisse dans leur logement ou dans leur hôtel ou dans un autre hébergement adapté. Elles doivent y rester en permanence en quarantaine pendant 10 jours après leur entrée en Suisse. Par ailleurs, les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 1,5 mètres ou porter un masque si pas possible, (obligatoire dès le 06. 07.2020 dans les transports publics), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID doit se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à 48 h après l’arrêt de symptômes).

Destinations : Suisse, Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (4/18)

Suisse: les cas d'encéphalite à tiques ont doublé

15/06/2020 (mise à jour: 22/06/2020)

Les consultations pour piqûres de tiques ont fortement augmenté cette année en Suisse, ainsi que le nombre de personnes ayant contracté l’encéphalite à tiques. Selon les données l’Office fédéral de la santé publique (OFSP), les médecins ont recensés 5200 consultations pour morsure de tiques jusqu’à fin avril, bien plus que la moyenne d’environ 2000 visites durant la même période des années précédentes. Si le nombre de cas de maladie de Lyme (ou borréliose) est comparable aux années précédentes (soit environ 1300 cas), le nombre de cas d’encéphalite à tiques (FSME) a presque doublé par rapport à l’année dernière avec 67 cas signalés jusqu’à début juin. Rien que durant les dernières 4 semaines, l’OFSP a enregistré 44 nouveaux cas d’encéphalite à tiques, en comparaison à 16 durant la même période en 2019. On est proche des valeurs records de 2018. On explique cela par la météo clémente de l’hiver passé et un beau printemps qui la multiplication des tiques, ainsi que l’augmentation de l’exposition des personnes qui se sont promenées dans les bois et sous-bois et pratiqué de nombreuses activités en plein air durant la période de confinement.

Les symptômes du FSME: Les tiques injectent une substance anesthésiante et leur morsure passe souvent inaperçue. L'infection est le plus souvent asymptomatique ou ne provoque que des symptômes grippaux bénins. Elle est souvent en deux phases. Environ 5 à 15 % des personnes infectées développent ensuite une atteinte du système nerveux central de gravité variable (méningite ou encéphalite). Les manifestations sont une fièvre élevée, des maux de tête, une raideur de la nuque, intolérance à la lumière, des nausées ou des vomissements, et plus rarement en cas d'atteinte sévère, des vertiges, des paralysies, une difficulté à parler ou à marcher, des crises d'épilepsie, et parfois la mort. Des séquelles neurologiques sont fréquentes. La sévérité de la maladie augmente avec l'âge.

Il n'y a aucun traitement antiviral spécifique contre la maladie mais la vaccination permet de s'en prémunir. Deux vaccins inactivés efficaces (protection de plus de 95 %) sont disponibles en Suisse pour les adultes et les enfants dès 6 ans (les formes sévères de la maladie étant rares avant cet âge). La vaccination de base complète nécessite 3 doses, débutées de préférence en hiver (2 doses à un mois d’intervalle, puis une 3ème après 5 à 12 mois, puis un rappel tous les 10 ans). Il existe également un schéma pédiatrique ainsi qu'un schéma rapide d'administration.

Les tiques peuvent transmettre plusieurs autres maladies (borréliose de Lyme, rickettsiose, etc.). Consultez toujours un médecin en cas de fièvre /maux de tête/ autres symptômes après une piqûre pour évaluer l’indication à un éventuel traitement.

(Sources : OFSP : Maladies transmises par les tiques – Situation en Suisse 03.06.2020 ; Bulletin OFSP-Bulletin 24 du 8 juin 2020; Le Nouvelliste 02.06.2020)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous des tiques dans les forêts et les sous-bois (vêtements longs couvrant bien la peau, chaussettes remontées sur le bas des pantalons), et appliquez des produits répulsifs sur la peau et des insecticides (perméthrine) sur les habits. Inspectez soigneusement votre peau et les cheveux au retour de promenade pour la présence de tiques. Les animaux domestiques doivent également être examinés. Comme les virus FSME sont présents dans les glandes salivaires de la tique et sont transmis immédiatement en cas de piqûre, même l’extraction rapide d’une tique n’empêche pas toujours une infection. La vaccination est conseillée (dès l’âge de 6 ans, en général) aux habitants et vacanciers dans les régions d’endémie en cas d’activité en plein air. Les voyageurs devraient avoir reçu la 2e dose au moins 15 jours avant de se rendre dans une région à risque. En Suisse, tous les cantons, à l'exception du Tessin et de Genève, sont considérés comme des zones à risque.

Destinations : Suisse

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (5/18)

Suisse : ouverture des frontières UE le 15 juin

09/06/2020 (mise à jour: 22/06/2020)

La Suisse ouvrira ses frontières avec tous les pays de l’Union européenne (UE) / AELE et le Royaume-Uni le 15 juin. La conseillère fédérale Karin Keller-Sutter avait déjà annoncé mi-mai la réouverture des frontières avec l’Autriche, l’Allemagne et la France pour cette date. Au vu de la situation épidémiologique favorable, ce sera désormais aussi le cas avec tous les autres pays de l’UE/ AELE et le Royaume-Uni le 15 juin. La décision a été prise après une vidéoconférence informelle des ministres de l’intérieur des États Schengen, a indiqué vendredi le Conseil fédéral. Aucune ouverture n’est en revanche annoncée pour les Etats tiers.

L’Office fédéral de la santé publique (OFSP) analyse actuellement si des mesures sanitaires seront nécessaires aux frontières terrestres et dans les aéroports suisses, en tenant compte des mesures prises par les autres Etats. Chaque pays décidant lui-même des conditions d’entrée, les Suisses devront se renseigner avant leur voyage. Des quarantaines à l’arrivée (le Royaume-Uni par exemple) ou des mesures comme le port du masque, peuvent être exigées selon les pays. En raison de la situation sanitaire incertaine avec la reprise des voyages et les déplacements d’un grand nombre de personnes, les conditions spécifiques d’entrée en Suisse peuvent changer rapidement selon le pays d’origine et le poste frontière. Il est possible qu'il soit nécessaire de remplir un questionnaire sur son état de santé ou que l’on prenne la température des voyageurs (aéroports).

Certains Etats ont déjà ouvert unilatéralement leurs frontières aux Suisses. L’Italie a ouvert ses frontières aux Européens et aux Suisses depuis le 3 juin mais cette mesure reste unilatérale avant le 15 juin. Le Royaume Uni a introduit depuis le 8 juin une quarantaine obligatoire de 14 jours pour toutes les personnes (y compris les britanniques et les résidents en Grande-Bretagne) arrivant de l’étranger par terre, mer ou air, dès leur arrivée. Ils devront aussi remplir un formulaire avec leurs informations de contact et l’adresse de l’hôtel/ le domicile où ils vont séjourner et n’auront ni le droit de sortir du logement (sauf urgence médicale et autres exceptions), ni la possibilité de recevoir la visite d’amis ou de la famille. En Espagne le port d’un masque restera obligatoire un certain temps sur la voie publique et dans les lieux fermés comme les magasins (sous peine d’amende).


Pour plus de renseignements:

- OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs

- International Air Transport Association: IATA

- COVID Travel Restrictions

- l’Administration fédéral des douanes (liste des douanes ouvertes, etc.)

- Voir aussi : « Voyages : réouverture de frontières, et prévention dans les aéroports et les avions » du 15.05.2020

 

Sources : Conseil Fédéral 05.06.2020 : « Coronavirus : la Suisse rouvrira ses frontières avec tous les États membres de l’UE/AELE le 15 juin »; ATS 05.06.2020; UK Gouvernement : Visas and immigration ; AFP 22.06.2020: arrêt de la quarantaine obligatoire pour les voyageurs suisses en Espagne.

Conséquences pour le voyageur : La Suisse a annoncé la ré-ouverture de ses frontières dès le 15 juin avec tous les États membres de l’UE/AELE et du Royaume-Uni. Les règles sanitaires (quarantaine obligatoire à l’entrée, port obligatoire d’un masque par ex.) peuvent varier selon les pays et selon les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée, qui peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 2 mètres (ou si pas possible, porter un masque), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personnes avec des symptômes du COVID (fièvre, toux, etc.) doit se faire tester et, si positif, rester à la maison ou à l’hôtel en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à encore 48 h après l’arrêt total de symptômes). Toute personne en contact avec des personnes malades ou testées positives doit se mettre en quarantaine.

Destinations : Autriche, Suisse, Allemagne, Espagne, Europe, France, Royaume-Uni, Italie

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (6/18)

Suisse : réouverture des attractions touristiques

29/05/2020 (mise à jour: 08/06/2020)

La situation épidémiologique reste bonne en Suisse et permet un assouplissement des mesures de lutte contre le coronavirus. Les personnes pourront se réunir en plus grand nombre et reprendre des activités sportives, touristiques et de loisirs…

Ouverture des chemins de fer de montagne, des campings, des attractions touristiques (comme les pistes de luge d’été et les accrobranches) dès le 6 juin, ainsi que des établissements de loisirs tels que les piscines, les spas & les centres de « wellness »,  les parcs d’attractions, les zoos, les jardins botaniques et casinos.

Des camps de vacances pour enfants et adolescents seront possibles à partir du 6 juin avec certaines mesures de protection.

Regroupements de 30 personnes : l’autorisation de rassemblements dans les espaces publics, sur les sentiers pédestres et dans les parcs, passera de 5 à 30 personnes à partir du 30 mai, et jusqu’à 300 personnes à partir du 6 juin (événements privés et publics comme les mariages, grandes fêtes de famille, foires, de concerts, de spectacles de théâtre ou de projections de films, etc.). Le 24 juin, le Conseil fédéral décidera de l’éventuelle autorisation d’événements jusqu’à 1000 personnes et d’autres assouplissements.

Dans les restaurants, la limite du nombre de personnes par table sera augmentée dès le 6 juin et les activités telles le billard seront autorisées. Les groupes de plus de 4 personnes devront donner les coordonnées d’un invité par table. Tous les établissements (bars, restaurants, discothèques et boîtes de nuit) doivent fermer à minuit et tenir des listes de présence (pas plus de 300 entrées sont possibles par soir).

Le regroupement familial sera à nouveau possible dès le 8 juin pour toutes les personnes titulaires d’un permis de séjour, d’un permis de séjour temporaire, ainsi que pour les personnes admises provisoirement dans les conditions habituelles.

Ouverture progressive des frontières : Les contrôles aux frontières seront déjà levées avec l’Allemagne, l’Autriche et la France dès le 15 juin. Le Conseil fédéral veut rétablir pleinement la libre circulation des personnes et la liberté de circulation dans l’ensemble de l’espace Schengen d’ici le 6 juillet au plus tard.

Voir aussi l'actualité « Voyages : réouverture de frontières et prévention dans les aéroports et avions »

Vous pouvez consulter à ce lien l’ensemble des mesures d’assouplissement adoptées par le Conseil fédéral.

 

(Sources : Confédération Suisse 27.05.2020 ; Coronavirus : le Conseil fédéral décide un large assouplissement pour le 6 juin ; EKRM News 28.05.20)

Conséquences pour le voyageur : Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont toujours à respecter en Suisse: distance de 2 mètres (ou si pas possible, porter un masque), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID (fièvre, toux, etc.) doit se faire tester et, si positif, rester à la maison ou à l’hôtel en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à encore 48 h après l’arrêt total de symptômes). Toute personne en contact rapproché avec des personnes malades ou testées positives, doit se mettre en quarantaine et se faire tester. Une application de téléphonie mobile sera bientôt disponible pour le grand public qui sera très utile pour avertir les personnes ayant été en contact avec un malade dans les espaces publics.

Destinations : Suisse

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (7/18)

Voyages : réouverture de frontières, et prévention dans les aéroports et avions

19/05/2020 (mise à jour: 09/06/2020)

Les frontières avec la France, l'Allemagne et l'Autriche devraient entièrement rouvrir le 15 juin 2020 si la situation sanitaire favorable est maintenue, selon un accord passé entre la Suisse et ses voisins. L’Italie va ouvrir ses frontières aux touristes européens et suisses dès le 3 juin (sans «quatorzaine» obligatoire) mais cette mesure reste unilatérale et n’a pas été approuvée par la Suisse qui la juge prématurée et aimerait coordonner la réouverture de ses frontières avec les autres pays. Si des ressortissants suisses devaient se rendre en Italie, des mesures sanitaires pourraient être prises à leur retour (produire un certificat de santé par exemple). Le Royaume Uni imposera dès le 8 juin une quarantaine obligatoire de 14 jours pour les voyageurs, dès leur arrivée. Ils devront remplir un formulaire avec leurs informations de contact et l’adresse de l’hôtel/ le domicile où ils vont séjourner et n’auront ni le droit de sortir du logement (sauf urgence médicale et autres exceptions), ni la possibilité de recevoir la visite d’amis ou de la famille. D’autres pays européens devraient aussi accepter les voyageurs suisses cet été, mais les dates sont encore à confirmer. La Grèce et l’Espagne envisagent l’ouverture de leurs frontières pour les ressortissants de l'ensemble des pays européens début juillet 2020.

Les compagnies aériennes ont renforcé des mesures de prévention de la transmission du nouveau coronavirus. Les règles peuvent beaucoup varier selon les compagnies aériennes. Swiss demande à tous ses passagers de porter un masque couvrant le nez et la bouche durant tout le vol, d’imprimer les cartes d’embarquement et étiquettes de bagages à la maison, et de respecter la distance physique minimale lors de l’embarquement et débarquement de l’avion. Des mesures supplémentaires d’hygiène ont aussi été instaurées à bord.

Les aéroports suisses ont aussi pris de nouvelles mesures comme la mise à disposition de distributeurs de désinfectants, l’installation de marquages au sol pour indiquer les distances minimales à respecter dans les zones d’attente, l’installation de protections en plexiglas devant les guichets et un renforcement des interventions de désinfection par les équipes de nettoyage.

Le port d’un masque est exigé à l’Euroairport de Bâle-Mulhouse, mais n’est pas obligatoire aux aéroports de Genève et de Zurich (en accord avec les recommandations de l’OFSP). (Attention, à Genève il peut y avoir des règles différentes dans la Zone séparée après la Douane Française, pour les vols en direction de la France). Il peut aussi y avoir des restrictions variables sur l’entrée dans certaines zones pour les personnes sans billet mais qui accompagnent ou véhiculent des voyageurs. A Zurich, l’accès à l’arrivée 2 est limité et une seule personne non détentrice d’un billet est autorisée dans la zone d’arrivée pour « réceptionner » un passager. Il est recommandé de vous renseigner avant votre voyage.

Pour plus d’infos, consultez le site des différents aéroports en Suisse :
- Aéroport International de Genève et FAQ / COVID
- Aéroport de Zurich
- Euroairport de Bâle-Mulhouse

 
Formalités administratives- visas- restrictions d’entrée:
- le Département fédéral des affaires étrangères : Conseils aux voyageurs par pays
- International Air Transport Association : IATA


Conseils sur comment porter correctement un masque :
OFSP : Nouveau coronavirus : Questions fréquentes : Port de masque

 

(Sources : RTS 14.05.2020 ; Communication de SWISS aux voyageurs, actu.20min.ch 12.05.2020 ; Europairport COVID 11.05.2020 ; Genève aéroport Questions-réponses et COVID-19 ; courrier international.com 16.05.2020; RTS 17.05.2020; UK Gouvernement : Visas and immigration ; IATA 25.05.2020 ; Le Temps 28.05.2020)

Conséquences pour le voyageur : Les voyages à l’étranger sont encore déconseillés, sauf nécessité absolue. Suivez l’évolution dans les médias et renseignez-vous auprès des autorités locales de votre destination et auprès du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque par ex.) peuvent varier selon les pays et selon les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée, qui peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 2 mètres (ou si pas possible, porter un masque), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personnes avec des symptômes du COVID (fièvre, toux, etc.) doit se faire tester et, si positif, rester à la maison ou à l’hôtel en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à encore 48 h après l’arrêt total de symptômes). Toute personne en contact avec des personnes malades ou testées positives doit se mettre en quarantaine.

Destinations : Autriche, Suisse, Allemagne, Espagne, France, Royaume-Uni, Grèce, Italie, Slovénie

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (8/18)

COVID-19 en Suisse et profil des décès

29/04/2020 (mise à jour: 13/05/2020)

Jusqu’au 28.04.2020 (8h), l’Office fédéral de la santé publique (OFSP) a recensé 29'264 cas d’infections confirmées au nouveau coronavirus, dont 1380 décès en lien avec un COVID-19 confirmé. Le nombre journalier de nouvelles infections a baissé de façon spectaculaire, passant de 1300 nouveaux cas positifs journaliers au plus fort de l’épidémie, à environ 100 cas ces derniers 24 heures. Les premières mesures de déconfinement ont commencé lundi 27 avril (ouverture des salons de coiffure et d’esthétiques, des cabinets médicaux toutes spécialités, les physiothérapeutes, des crèches, etc.).

Les hôpitaux et médecins ont à nouveau ouvert leurs consultations pour tout problème médical, quelle que soit le degré d’urgence ou la spécialité, et un certain nombre d’opérations électives sont désormais effectuées. Comme les hôpitaux auront besoin de lits pour les malades souffrant de ces autres pathologies, ainsi que pour les urgences qui vont de nouveau augmenter (accidents de la route avec l’augmentation de la circulation, accidents de chantiers, etc.), cela impliquera moins de lits disponibles pour les patients souffrant du COVID.  La situation des hôpitaux pourrait donc rapidement devenir critique, si un nombre élevé de personnes fragiles ou à risque de complications sévères devaient être infectées et nécessiter une hospitalisation ou des soins intensifs.

Hospitalisations (28.04.20): 3573 cas COVID-19, âge médian 72 ans, 60 % hommes, 40 % femmes, 87% avaient au moins une maladie préexistante et 13% n'avaient aucune maladie connue

Décès : 1380 décès, âge médian de 83 ans, 58,5% des hommes, 41,5 % des femmes.
Maladies préexistantes : 97% des patients décédés souffraient d’au moins une maladie préexistante (sur les 1322 décès pour lesquelles les données sont complètes). Les trois maladies préexistantes les plus fréquemment mentionnées chez des personnes décédées étaient l'hypertension (64% de personnes décédées), les maladies cardiovasculaires (56%) et le diabète (26%).

Décès par tranche d'âge (28.04.20 8h):
    0-9 ans : 0
10-19 ans :  0
20-29 ans :  0
30-39 ans :  4      = 0,3%
40-49 ans :  2      = 0,2%
50-59 ans:  28     = 2 %
60-69 ans:  99     = 7,2 %
70-79 ans: 285     = 20 % 
    80 +   : 960     = 70 %

Les personnes âgés de 60 ans ou plus constituent le 97 % du total des décès COVID-19.
Les personnes âgées de 70 ans ou plus : 90 % du total des décès.
Les personnes âgées de 80 ans ou plus : 70 % du total des décès.

 

Plus d’informations : L'OFSP publie quotidiennement des rapports sur la situation épidémiologique en Suisse à ce lien : « Nouveau coronavirus : situation en Suisse et à l’étranger ».

 

(Source : OFSP situation épidémiologique en Suisse du 28.04.2020)

Conséquences pour le voyageur : Une situation extraordinaire prévaut en Suisse. Il est indispensable que tout le monde continue de suivre les recommandations sanitaires d’hygiène et de distanciation sociale: regroupement d’au maximum 5 personnes, garder une distance de 2 mètres, se laver soigneusement les mains, éviter les poignées de main, éternuer ou tousser dans son coude ou un mouchoir jetable. Toute personne testée positive (avec ou sans symptômes) ou malade (fièvre, toux, mal de gorge, autre symptôme du COVID) doit s’isoler à la maison et informer ses contacts proches (qui doivent se mettre en auto-quarantaine). Toutes les personnes symptomatiques devraient effectuer un test de dépistage. Les personnes à risque de complications graves du COVID-19 doivent prendre un maximum de précautions afin d’éviter une infection (et une possible hospitalisation !). Les personnes âgées et celles avec une maladie chronique doivent rester le plus possible à la maison, ne pas fréquenter de personnes potentiellement infectées (même asymptomatiques) ou malades et éviter les lieux à risque augmenté de transmission comme les magasins bondés et les transports publiques. Un masque protège avant tout les autres et nettement moins soi-même et doit être correctement porté et enlevé. Il est fortement recommandé dans les situations où une distance personnelle de 2 mètres ne peut pas être respectée.

Destinations : Suisse

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (9/18)

Europe : fièvre West Nile en Roumanie

22/06/2020 (mise à jour: 01/07/2020)

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) rapporte la première infection humaine au virus de la fièvre West Nile (ou fièvre du Nil occidental) cette année en Roumanie. L’année dernière 463 cas (dont 50 décès) ont été recensés dans la Région européenne : 410 dans l’UE (en Grèce, Roumanie, Italie, Hongrie, Chypre, Bulgarie, Autriche, Allemagne, France, et en Slovaquie) et 53 dans les pays voisins (Serbie, Israël, Turquie, Macédoine du Nord).

La fièvre West Nile est causée par un virus (flavivirus) qui est transmis à l’homme par des moustiques dans de nombreuses régions d’Europe, généralement de juin à novembre. Elle est le plus souvent asymptomatique ou se présente comme une grippe, mais rarement, elle peut entraîner des troubles neurologiques, voire une encéphalite potentiellement mortelle. Il n’existe pas de traitement spécifique.

La distribution géographique du WNF en Europe: 2020 West Nile virus transmission season.

Source: ECDC, Communicable Disease Threats Report Week 25, 14-20 June 2020

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les piqûres de moustiques (sprays anti-moustiques, pantalons et vêtements à manches longues) et évitez tout contact avec les oiseaux qui sont le principal réservoir animalier de ce virus. Les personnes âgées, les femmes enceintes et les personnes immunodéprimées ont un risque plus élevé de développer une forme neuroinvasive de la maladie. L’ECDC recommande aux voyageurs faisant un séjour dans une région de transmission de la fièvre West Nile de ne pas faire de don de sang durant au moins 28 jours après leur retour.

Destinations : Europe, Roumanie

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (10/18)

COVID-19 : 16,7 millions de cas dans le monde

03/08/2020 (mise à jour: 04/08/2020)

Depuis le début de la pandémie, plus de 16,7 millions de personnes ont été infectées par le nouveaux coronavirus (SARS-CoV-2) et plus de 660'000 personnes sont décédées dans le monde jusqu’au 29.07.2020. Plus de la moitié des nouvelles infections sont toujours enregistrées dans la région des Amériques. Les États-Unis et le Brésil totalisent 75% des cas. Les USA rapportent plus de 60'000 nouvelles infections par jour et le Brésil plus de 46'000 par 24h. En Amérique latine, l’incidence pour 100'000 habitants est toujours élevée au Panama. Le Brésil autorise à nouveau l’entrée de touristes étrangers par avion depuis le 29 juillet mais ils doivent prouver qu’ils sont couverts par une assurance maladie de voyage. En Europe, l’incidence augmente dans la plupart des pays. La semaine dernière, le taux d’incidence par 100'000 habitants des 7 derniers jours était la plus élevée en Espagne, en Russie, en Belgique, en Ukraine et au Portugal, et la plus basse en Italie et en Grèce. L’incidence  a continué de baisser en Suède et en Croatie. En Asie, l’Inde reste le pays le plus touché, avec un nombre de cas quotidiens élevé (> 48'000) et une nette tendance à la hausse. Une augmentation des nouveaux cas est également signalée à Singapour, au Japon et en Corée du Sud, et de nouveaux foyers sont apparus en Chine (une centaine de nouveaux cas ont été confirmés à Pékin et des flambées touchent Ürümqi dans le nord-ouest du Xinjiang et à Dalian). L’Australie signale toujours un nombre élevé de cas journaliers dans l’État de Victoria, en particulier encore à Melbourne. Dans l'Etat de New South Wales, la capitale Sydney (plus de 5 millions d'habitants) a aussi été déclarée un « hotspot ». En Afrique, l’Afrique du Sud reste la plus gravement touchée, avec 61% de tous les cas signalés sur le continent et > 10'800 cas par 24h.

 

Le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a rapporté au 29 juillet 2020 : 16'708’920 cas positifs dont 660’123 décès.

Afrique: 873’331 cas; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Afrique du Sud (459’761), l’Égypte (92’947), le Nigéria (41’804), le Ghana (34’406) et l’Algérie (27’973).

Asie: 3'983’914 cas, les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Inde (1’531’669), l’Iran (296’273), le Pakistan (276’288), l’Arabie saoudite (270’831) et le Bangladesh (229’185).

Amériques: 8'988’101 cas; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont les USA (4'351’997), le Brésil (2'483'191), le Mexique (402'697), le Pérou (395’005), et le Chili (349’800).

Europe: 2'845’800 cas ; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont la Russie (823’515), le Royaume-Uni (300’692), l’Espagne (280'610), l’Italie (246’488) et l’Allemagne (206’926).

Océanie: 17’078 cas; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Australie (15’304), la Nouvelle-Zélande (1’209), Guam (351), Papouasie-Nouvelle Guinée (63) et la Polynésie Française (62).


Pour plus d’informations :

- OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
Quarantaine obligatoire: Liste des pays

- OFSP : Nouveau coronavirus:  auto-isolement et auto-quarantaine

- Infoline pour les personnes se rendant en Suisse: +41 58 464 44 88

- International Air Transport Association : IATA

Sources : European Centre for Disease Prevention and Control worldwide update 29.07.2020; OMS Flambée de COVID-19Corona Live Check ; EKRM News 30.07.2020

Conséquences pour le voyageur : Plusieurs États ouvrent progressivement leurs frontières aux voyageurs. Suivez l’évolution dans les médias et auprès des autorités locales et du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque, quarantaine obligatoire, etc.) peuvent varier selon les pays et les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage dans le nez ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée. Il peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous, le coût du test est à la charge du voyageur). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 1,5 mètres (ou porter un masque si pas possible comme dans les transports publics), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID doit se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à 48 h après l’arrêt de symptômes). Toute personne en contact avec un malade ou une personne positive, doit se mettre en quarantaine. Les personnes arrivant d’un pays à haut risque (voir liste de l’OFSP) devront effectuer une quarantaine obligatoire de 10 jours à leur arrivée en Suisse (et s’adresser à l’autorité cantonale compétente dans un dé

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (11/18)

COVID-19 : 14 millions de cas

18/07/2020 (mise à jour: 03/08/2020)

Depuis le début de la pandémie, plus de 14 millions de personnes ont été infectées par le nouveaux coronavirus (SARS-CoV-2) et près de 600'000 personnes sont décédées dans le monde jusqu’au 18.07.2020. Les trois pays les plus touchés et qui rapportent le plus de nouveaux cas par jour sont toujours les États-Unis (plus de 3,5 millions de cas, > 60'000 nouveaux cas par 24 h), le Brésil (plus de 2 millions de cas, 30'000 à 40'000 nouveaux cas/ jour), et l’Inde (plus de 1 million de cas, > 25'000 nouveaux cas par jour). Aux USA la pandémie est en croissance dans 34 des 50 Etats, en particulier en Floride, en Californie et au Texas, qui sont aussi les plus peuplés du pays. Plusieurs Etats ont réintroduit des mesures de confinement et le port du masque devient plus souvent obligatoire dans les lieux publics où la distanciation sociale n’est pas possible. La pandémie progresse encore en Amérique Latine et aux Caraïbes. En plus du Brésil, le Panama a une des incidences les plus élevées. La Colombie subit une hausse alarmante des cas et la capitale Bogota (3,5 millions d’habitants) est placée en confinement strict. En Inde, le deuxième pays le plus peuplé du monde (1,3 milliard d’habitants), Delhi et Mumbai étaient principalement touchées jusqu’à présent, mais le nombre d’infections augmente dans d’autres régions et villes qui ont été reconfinées dont Bangalore (13 millions de personnes) et l’Etat du Bihar (125 millions de personnes). L’Afrique du Sud rapporte de loin le plus de cas en Afrique ( > 75 %). Les provinces de Gauteng et du Western Cape ont été les plus durement touchées, suivies par le Eastern Cape. Une forte augmentation de l’incidence est aussi signalée au Lesotho, au Malawi, en Namibie et à Madagascar.

En Europe, la situation est très variable selon les pays.
Une stabilisation des nouveaux cas a été observée dans plusieurs pays cette semaine. La Russie reste le pays avec le plus grand nombre quotidien de nouveaux cas (environ 6000 cas par jour) mais sans augmenter. Le nombre de nouveaux cas est aussi relativement stable en France (environ 550 à 600 cas par jour) et en Italie (environ 200 cas par jour). La France va effectuer des tests de dépistage du coronavirus dans les aéroports aux voyageurs en provenance de zones à haut risque, à moins qu’ils puissent fournir la preuve d’un test récent de dépistage du coronavirus.

Une tendance à la hausse des nouvelles infections est observée dans plusieurs pays, dont en particulier en Espagne (où 500 à 600 cas sont confirmés par jour) et au Portugal, mais entre autres aussi en Autriche, en Bulgarie, en Croatie, en Islande, au Luxembourg et en Roumanie.

La situation épidémiologique s’améliore dans quelques pays. En Allemagne, le nombre de cas continue de diminuer globalement, avec environ 300 nouveaux cas positifs par 24 heures. En Angleterre, la tendance est toujours à la baisse. Le port d’un masque (protection bouche-nez) qui était déjà obligatoire dans les transports en commun sera également exigé, dès le 24 juillet, dans les magasins. En Suède le nombre de nouveaux cas journaliers a fortement baissé depuis début juillet, avec entre 300 et 400 par jour par rapport à plus de 1'800 fin juin, ainsi que le nombre d’hospitalisations et de décès. Depuis 6 jours aucune personne n'a été admise aux soins intensifs. Le gouvernement n’a jamais imposé de fermeture totale des commerces, et la majorité des restaurants, bars, écoles et magasins sont restés ouverts, mais il a fermé les universités et interdit les réunions de plus de 50 personnes, déconseillé les voyages domestiques et encouragé la population à se montrer responsable. De nombreux Suédois ont eu un comportement plus prévoyant qu’officiellement requis, décidant d’eux-mêmes de rester à la maison. Les entreprises ont aussi promu le travail à domicile, même si ce n’était pas obligatoire. Une étude rapporte qu’en mai, 58 % des Suédois ne voyaient pas leurs amis et 74 % restaient à la maison durant leur temps libre. Le pays déplore tout de même une mortalité beaucoup plus élevée que son voisin la Norvège, mais avec environ 55 décès par 100'000 habitants, elle se situe derrière la Belgique (85), le Royaume Uni (66), l’Espagne (61) et l’Italie (58). Une politique de soins maximaux sur place pour les personnes très âgées vivant dans des homes ou établissements médicaux sans recourir à des soins intensifs explique aussi une mortalité élevée de cette frange de la population suédoise.

Le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a rapporté au 17 juillet 2020 : 13 788 300 cas positifs ( + 1'542'883 en une semaine) dont 589 688 décès.

Afrique: 664 673 cas ( augmentation de 122'361 cas en une semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Afrique du Sud (324 221), l’Égypte (85 771), le Nigéria (34 854), le Ghana (26 125) et l’Algérie (21 355).

Asie: 3 136 742 cas (+395'291 en une semaine) , les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Inde (1 003 832), l’Iran (267 061), le Pakistan (259 999), l’Arabie saoudite (243 238) et la Turquie (216 873).

Amériques: 7 325 723 cas ( + 919'303 en une semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont les USA (3 576 221), le Brésil (2 012 151), le Pérou (341 586), le Mexique (324 041) et le Chili (323 698).

Europe: 2 647 985 cas (+ 104’154 cas en une semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont la Russie (752 797), le Royaume-Uni (292 552), l’Espagne (258 855), l’Italie (243 736) et l’Allemagne (200 843).

Océanie: 12 481 cas (+ 1774 cas en une semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Australie (10 810), la Nouvelle-Zélande (1 199), Guam (314), la Polynésie Française (62) et les îles Mariannes du Nord (37).

 

Pour plus d’informations :

- OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
- OFSP : Nouveau coronavirus: « auto-isolement et auto-quarantaine »
- Infoline pour les personnes se rendant en Suisse: +41 58 464 44 88   
- International Air Transport Association : IATA

 

Sources : European Centre for Disease Prevention and Control worldwide update 17.07.2020; OMS Flambée de COVID-19;  BBC World News 17.07.20 ; Corona Live Check 18.07.20; EKRM News 07.07.2020; Le Temps 16.07.2020 ; Suède : Business Insider 09.07.2020 ; statnews.com 15.07.20; Radio Sweden 03.07.2020; www.statista.com ; Sweden July 12-17 2020; Covid in Sweden.com

Conséquences pour le voyageur : Plusieurs États ouvrent progressivement leurs frontières aux voyageurs. Suivez l’évolution dans les médias et auprès des autorités locales et du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque, quarantaine obligatoire, etc.) peuvent varier selon les pays et les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage dans le nez ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée. Il peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous, le coût du test est à la charge du voyageur). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 1,5 mètres (ou porter un masque si pas possible comme dans les transports publics), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID doit se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à 48 h après l’arrêt de symptômes). Toute personne en contact avec un malade ou une personne positive, doit se mettre en quarantaine. Les personnes arrivant d’un pays à haut risque (voir liste de l’OFSP) devront effectuer une quarantaine obligatoire de 10 jours à leur arrivée en Suisse (et s’adresser à l’autorité cantonale compétente dans un dé

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (12/18)

Poliomyélite : situation mondiale 2020

13/07/2020 (mise à jour: 20/07/2020)

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) rapporte une augmentation des cas de poliomyélite dans le monde. Jusqu’au 16.06.2020, 70 cas d’infections avec le poliovirus sauvage ont été recensés par rapport à 57 cas durant la même période en 2019. La transmission du poliovirus sauvage reste très répandue au Pakistan et en Afghanistan, y compris dans des régions auparavant considérées comme exemptes de polio. Le Nigéria n’a plus enregistré de cas de poliovirus sauvage, mais le virus vaccinal continu à circuler. La pandémie COVID 19 a eu un impact important sur les programmes de santé publique, notamment sur l'éradication de la polio. En conséquence, le risque de propagation de la polio au niveau international a probablement augmenté de manière significative. En outre, la situation difficile en matière de sécurité dans certains pays (Afghanistan, Pakistan, Nigeria) affecte la surveillance et la mise en œuvre des programmes de vaccination. En Afghanistan en particulier, le risque d'une forte augmentation des cas s'accroît.

Lors de la 25e réunion du Comité d’urgence du règlement sanitaire international (RSI), les recommandations temporaires de vaccination contre la polio ont été adaptées en fonction des catégories de pays suivants :

1) Etats infectés par le poliovirus sauvage (WPV1) ou vaccinal (de types cVDPV1, cVDPV3) avec un risque d’exportation international : Afghanistan (WPV1), Pakistan (WPV1), Malaisie (cVDPV1), Myanmar (cVDPV1), les Philippines (cVDPV1). Recommandations OMS : Séjours de plus de 4 semaines : tous les ressortissants, expatriés et voyageurs dans ces pays doivent prouver à leur sortie (douane, aéroports) qu’ils ont reçu une dose de vaccin contre la poliomyélite au cours des 12 derniers mois (documentée dans un certificat de vaccination internationale). Séjours moins de 4 semaines : immunisation de base et un rappel tous les 10 ans devraient être effectués.

2) Etats infectés par le poliovirus vaccinal de type 2 avec un risque d’exportation internationale : Afghanistan, Angola, Bénin, Burkina Faso, Cameroun, Chine, Côte d’Ivoire, Ethiopie, Ghana,  Malaisie, Mali, Niger, Nigeria, Pakistan, Philippines, Somalie, République Démocratique du Congo, République centrafricaine, Tchad, Togo, Zambie.
Recommandations OMS : Séjours de plus de 4 semaines : il est fortement recommandé à tous les ressortissants, expatriés et voyageurs dans ces pays de recevoir une dose de vaccin de rappel contre la poliomyélite (documentée dans un certificat de vaccination internationale) au cours des 12 mois précédant un voyage. Séjours moins de 4 semaines : immunisation de base et un rappel tous les 10 ans devraient être effectuées.

3) Etats qui ne sont plus infectés mais qui restent vulnérables à une réinfection par le virus sauvage ou vaccinal: Papouasie Nouvelle-Guinée (cVDPV1), Mozambique (cVDPV2), Indonésie (cVDPV1), Chine
Recommandations du Comminté d'Experts en Médecine des Voyages : une immunisation de base contre la poliomyélite et un rappel tous les 10 ans devraient être effectués.

Sources : WHO 25th IHR Emergency Committee Poliovirus 23.06.2020; EKRM Epinews 3.7.2020; polioeradication.org

Conséquences pour le voyageur : La poliomyélite est causée par un virus transmis par l’eau ou les aliments contaminés et peut causer une paralysie définitive invalidante. Elle peut être très efficacement prévenue par la vaccination (4 doses dans l’enfance ou 3 à l’âge adulte). En plus des mesures ci-dessus, le Comité d'experts en médecine des voyages (CEMV) recommande également une vaccination de base contre la polio et un rappel tous les 10 ans pour tous les pays d'Afrique sub-saharienne et les pays considérés comme étant vulnérable à des flambées de polio.

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (13/18)

COVID-19 : 12 millions de cas dans le monde

11/07/2020 (mise à jour: 18/07/2020)

Cette semaine la barre des 12 millions de personnes infectées par le nouveaux coronavirus (SARS-CoV-2) a été franchie dans le monde et plus de 550'000 personnes sont décédées dans plus de 200 pays. Plus de 200’000 nouveaux cas sont enregistrés chaque jour, dont la moitié dans la région des Amériques. Les États-Unis rapportent le plus grand nombre de nouveaux cas par 24h (50'000 à 60’000), suivi par le Brésil (30’000-40’000) et l’Inde (plus de 23’000). L’Amérique latine reste très touchée, en particulier le Brésil, le Pérou, le Chili et le Mexique, et le nombre de nouveaux cas quotidiens continue d’augmenter, en particulier en Équateur, en Colombie, au Panama, au Guatemala et aux Caraïbes (surtout à Cuba). Aux Etats-Unis, plus de 3 millions de personnes ont été infectées et la situation épidémiologique n’est pas sous contrôle (+ 378'129 cas en une semaine). Les Etats qui rapportent le plus grand nombre de nouveaux cas sont le Texas, la Californie, la Floride et l’Arizona. L’Europe compte 25 % des cas dans le monde et 38 % des décès. Alors que dans de nombreux pays d’Europe occidentale le nombre de cas stagne ou diminue, une tendance à la hausse de l’incidence des deux dernières semaines a été observée en Suisse, en France, en Autriche, en Espagne, en Grèce et dans la plupart des pays d’Europe de l’Est et des Balkans. Durant la dernière semaine, l'incidence a été la plus élevée en Suède, en Russie, en Biélorussie et au Portugal.

De nombreux autres pays sur différents continents renforcent des mesures de confinement pour lutter contre de nouvelles vagues d’infection. Au Portugal, de grandes parties de la région de Lisbonne sont à nouveau confinées depuis le 1er juillet et les rassemblements d’un maximum de cinq personnes sont autorisés. En Serbie, suite à deux nuits d’émeutes dans la rue, le Premier Ministre a renoncé à imposer un re-confinement de Belgrade. Il a cependant annoncé un renforcement de certaines mesures comme la limitation des regroupements de plus de 10 personnes. En Israël, les salles de festival, les bars, les boîtes de nuit, les piscines et les fitness doivent fermer jusqu’à nouvel ordre. En Nouvelle-Zélande, il y a actuellement près de 6’000 personnes dans 28 centres d’isolement. Pour s’assurer que les centres de quarantaine et d’isolement du pays n’atteignent pas leurs limites de capacité, le gouvernement néo-zélandais a temporairement restreint la réservation de vols internationaux. En Australie, suite à une augmentation des cas d’infections, 5 millions d’habitants de la ville de Melbourne et du « Mitchell Shire » doivent rester à la maison pour 6 semaines (du 8 juillet au 20 août). L’Etat de Victoria recense environ 200 nouveaux cas par jour. L’île de Bali devrait accueillir les touristes étrangers à nouveau en septembre. À la fin du mois de juillet, les touristes d’autres régions d’Indonésie seront autorisés à entrer, et à partir du 11 septembre, les visiteurs de l’étranger seront autorisés à suivre. Bali a jusqu’à présent compté 1900 cas de Sars-CoV-2, dont 23 décès. Le Japon fait face à une hausse des nouvelles infections, en particulier dans la ville de Tokyo.

La situation épidémiologique s’améliore en Angleterre qui a assouplit dès le 10 juillet ses règles et n’impose plus de quarantaine obligatoire pour les  visiteurs arrivant de Suisse, d’Allemagne, de France, d’Espagne et d’Italie (entre autres). Après près de 4 mois de fermeture forcée, les pubs ont rouvert le 5 juillet en Angleterre et ont connu une ruée. Pour l’instant, l’assouplissement ne s’applique qu’en Angleterre et en Irlande du Nord. En Écosse et au Pays de Galles, la population doit encore attendre. En Allemagne le nombre de nouveaux cas est généralement stable, à l’exception de certaines régions comme le district de Dingolfing-Landau, le LK Gütersloh et le district de Germersheim, où des flambées ont eu lieu dans des logements communautaires pour les demandeurs d’asile, les communautés religieuses, les maisons de soins infirmiers et les hôpitaux.
 

Le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a rapporté au 10 juillet 2020 : 12'245’417 cas positifs dont 554’721 décès.

Afrique: 542 312 cas (= + 108'493 en 1 semaine) les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Afrique du Sud (238 339), l’Égypte (79 254), le Nigéria (30 748), le Ghana (23 463) et l’Algérie (17 808).

Asie: 2 741 451 cas (+363'197 en 1 semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Inde (793 802), l’Iran (250 458), le Pakistan (243 599), l’Arabie saoudite (223 327) et la Turquie (209 962).

Amérique: 6 406 420 cas (+826 284 cas en 1 semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont les USA (3 118 008), le Brésil (1 755 779), le Pérou (316 448), le Chili (306 216) et le Mexique (282 283).

Europe: 2 543 831 cas (+ 101’071 cas en 1 semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont la Russie (707 301), le Royaume-Uni (287 621), l’Espagne (253 056), l’Italie (242 363) et l’Allemagne (198 178).

Océanie: 10 707 cas 9 610 cas (+ 1097 cas en 1 semaine); les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Australie (9 059), la Nouvelle-Zélande (1 192), Guam (310), la Polynésie Française (62) et les îles Mariannes du Nord (31).
 

Pour plus d’informations :

- OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
- OFSP : Nouveau coronavirus: « auto-isolement et auto-quarantaine »
- Infoline pour les personnes se rendant en Suisse: +41 58 464 44 88   
- International Air Transport Association : IATA

 

Sources : European Centre for Disease Prevention and Control worldwide update 07.07.2020; OMS Flambée de COVID-19; BBC 07+ 09 July 2020; Corona Live Check 07.07.20; EKRM News 07.07.2020; Voir aussi news: « Ouverture de frontières, quarantaines au retour » avec la liste des pays pour lesquels une quarantaine est obligatoire à l’arrivée en Suisse.

Conséquences pour le voyageur : Plusieurs États ouvrent progressivement leurs frontières aux voyageurs. Suivez l’évolution dans les médias et auprès des autorités locales et du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque, quarantaine obligatoire, etc.) peuvent varier selon les pays et les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage dans le nez ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée. Il peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous, le coût du test est à la charge du voyageur). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 1,5 mètres (ou porter un masque si pas possible comme dans les transports publics), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID doit se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à 48 h après l’arrêt de symptômes). Toute personne en contact avec un malade ou une personne positive, doit se mettre en quarantaine. Les personnes arrivant d’un pays à haut risque (voir liste de l’OFSP) devront effectuer une quarantaine obligatoire à leur arrivée en Suisse.

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (14/18)

COVID-19 : 10,8 millions de cas dans le monde

03/07/2020 (mise à jour: 11/07/2020)

Depuis le début de la pandémie au nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) il y a 6 mois, plus de 10,8 millions de personnes ont été infectées dans le monde et plus de 500'000 sont décédées du Covid dans plus de 200 pays. Le nombre de nouvelles infections continue d’augmenter.  Les pays rapportant le plus grand nombre de nouvelles infections par 24h sont les Etats-Unis (40’000), le Brésil (37’000) et l’Inde (18’000). La moitié des nouveaux cas mondiaux sont enregistrés dans la région des Amériques. L’Amérique latine reste très touchée en particulier le Brésil, le Pérou, le Chili, et le Mexique, et le nombre de nouvelles infections quotidiennes a augmenté significativement en Colombie (+ 30 %) et en Equateur (+ 50%) par rapport à la semaine précédente. Aux USA de nombreux Etats ont dû réintroduire des mesures de confinement (Arizona, Texas, Californie, Floride, par exemple). Les bars, discothèques, salles de fitness et cinémas ont dû fermer à nouveau. Le comté de Los Angeles et certaines parties de la Floride ont aussi ordonné la fermeture des plages. En Europe, avec les mesures de déconfinement, le nombre de nouvelles infections quotidiennes augmente dans plusieurs pays. Des valeurs élevées sont toujours rapportées en Russie, en Ukraine, en Suède et au Royaume-Uni. L’Union européenne a décidé de lever les restrictions d’entrée pour 14 pays tiers (Algérie, Australie, Canada, Corée du Sud, Géorgie, Japon, Maroc, Monténégro, Nouvelle-Zélande, Rwanda, Serbie, Thaïlande, Tunisie et Uruguay), mais les interdictions d’entrée pour de nombreux autres pays (dont les Etats-Unis, l'Inde, le Brésil, la Russie et l'Afrique du Sud) restent en vigueur. Les Chinois ne pourront être admis que si la Chine, en contrepartie, lève également les restrictions d’entrée pour les Européens. La situation sera ré-évaluée par l’UE toutes les 2 semaines. En Chine, des parties de Pékin sont toujours confinées suite à un foyer d’infections (plus de 300 cas recensés) lié à un grand marché de la ville. Environ 400'000 personnes sont également en quarantaine dans la Région d'Anxin (Province Hebei) à 150 km au sud de Pékin. Pour être autorisé de quitter Pékin, vous devez avoir un test de dépistage négatif au coronavirus et ne pas vivre dans l’une des zones à risque. En Australie, l’État de Victoria fait face à une augmentation des infections suite à un foyer d’infection dans un abattoir et plusieurs transmissions de voyageurs n’ayant pas respecté les mesures de quarantaine dans les hôtels. Environ 300’000 personnes et plusieurs banlieues de Melbourne ont été mises en quarantaine.
 

Le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a rapporté au 3 juillet 2020 : 10 845 275 cas de COVID-19 dont 521’113 décès.

Afrique: 433 819 cas (= + 86'040 en une semaine), les 5 pays signalent le plus de cas sont : l’Afrique du Sud (168 061), l’Égypte (71 299), le Nigéria (27 110), le Ghana (18 134) et l’Algérie (14 657).

Asie: 2 378 254 cas (+ 341'845 cas en 1 semaine); les 5 pays signalent le plus de cas sont l’Inde (625 544), l’Iran (232 863), le Pakistan (221 896), la Turquie (202 284) et l’Arabie saoudite (197 608).

Amérique: 5 580 136 cas (+ 758'166 cas en 1 semaine); les 5 pays signalent le plus de cas sont les USA (2 739 879), le Brésil (1 496 858), le Pérou (292 004), le Chili (284 541) et le Mexique (238 511).

Europe: 2 442 760 cas (+ 76'929 cas en 1 semaine); les 5 pays signalent le plus de cas sont la Russie (661 165), le Royaume-Uni (283 757), l’Espagne (250 103), l’Italie (240 961) et l’Allemagne (195 674).

Océanie: 9 610 cas (+ 495 cas en 1 semaine); les 5 pays signalent le plus de cas sont : l’Australie (8 001), la Nouvelle-Zélande (1 180), Guam (286), la Polynésie Française (62) et les îles Mariannes du Nord (31).


Pour plus d’informations :

- OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
- OFSP : Nouveau coronavirus: « auto-isolement et auto-quarantaine »
- Infoline pour les personnes se rendant en Suisse: +41 58 464 44 88   
- International Air Transport Association : IATA

Voir aussi la News "Voyages: ouverture de frontières, quarantaine au retour"
 

Sources :  European Centre for Disease Prevention and Control worldwide update 03.07.2020; EKRM News 30.06.2020; WHO Coronavirus disease (COVID-19) pandemic; BBC 03.07.2020 (“Coronavirus: Why has Melbourne's outbreak worsened), Corona Live Check 03.07.20;

Conséquences pour le voyageur : Plusieurs États ouvrent progressivement leurs frontières aux voyageurs. Suivez l’évolution dans les médias et auprès des autorités locales et du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque, quarantaine obligatoire, etc.) peuvent varier selon les pays et les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage dans le nez ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée. Il peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous, le coût du test est à la charge du voyageur). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 1,5 mètres (ou porter un masque si pas possible comme dans les transports publics), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID doit se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à 48 h après l’arrêt de symptômes). Toute personne en contact avec un malade ou une personne positve, doit se mettre en quarantaine. Les personnes arrivant d’un pays à haut risque (voir liste) devront effectuer une quarantaine obligatoire à leur arrivée en Suisse dès le 06.07.20.

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (15/18)

COVID-19 : plus de 9 millions de cas dans le monde

27/06/2020 (mise à jour: 03/07/2020)

Cette semaine la barre des 9 millions de personnes infectées par le nouveaux coronavirus (SARS-CoV-2) a été franchie dans le monde et près d’un demi-million de personnes sont décédées du Covid dans plus de 200 pays. La pandémie continue de s’accélérer à l’échelle mondiale avec un nouveau record de plus de 183’000 cas recensés en une journée. Près de la moitié sont survenus dans la région des Amériques. L’épicentre de la pandémie demeure en Amérique latine où plus de 100'000 personne sont décédées. Le Brésil est le plus durement touché avec 1,2 millions de cas et un nombre très élevé de nouvelles infections (environ 40'000 par jour), suivi du Pérou et du Chili. Au Brésil, où plus de 52'000 personnes sont décédées du COVID-19, des peuples indigènes ont fui dans la forêt pour échapper au coronavirus, d'autres ont bloqué l'accès de leurs villages. Aux USA, le nombre quotidien de cas augmente à nouveau (plus de 36'800 nouveaux cas en 24/h le 24.06.20). Avec plus de 2,4 millions d’infections, le pays continue d’être celui qui a recensé le plus de cas cumulés au monde et la situation épidémiologique n’est pas favorable. Au moins 26 États rapportent une augmentation des cas par rapport à la semaine précédente. Des records de cas journaliers ont été rapportés cette semaine au Texas (plus de 5'500 cas/24h), en Floride (plus de 5'500 cas/ 24h) et en Californie (plus de 7'100 cas/ 24h), qui sont par ailleurs les 3 Etats les plus peuplés des USA. Le gouverneur du Texas, un États qui a entamé son déconfinement dès début mai, a appelé ses concitoyens à rester chez eux. Le parc d’attractions Disneyland en Californie, fermé depuis 4 mois, a annoncé repousser sa réouverture. L’Europe dénombre 28 % des cas dans le monde et 41 % des décès. Si le nombre de nouveaux cas se stabilise ou diminue dans de nombreux pays, il augmente dans certaines régions, surtout dans les Balkans et en Europe de l’Est. Des valeurs élevées de nouvelles infections quotidiennes sont toujours rapportées en Russie, en Ukraine, en Suède et au Royaume-Uni. L’Inde et l’Afrique du Sud font également face à une augmentation rapide des cas. L’Arabie-Saoudite a restreint à un millier le nombre de pèlerins autorisés à faire le pèlerinage du Hajj cette année et seulement les personnes se trouvant déjà dans le pays pourront prendre part.

Les systèmes sanitaires de nombreux pays sont dépassés comme au Pakistan et en Inde où la situation est dramatique. Les hôpitaux sont débordés par la pandémie et ne peuvent plus accueillir les malades du COVID ainsi que d’autres pathologies. A Delhi les médias rapportent des décès de femmes enceintes ne pouvant être admises pour un accouchement compliqué, et des jeunes mourant d’appendicite faute d’avoir pu être opérés.

Les gouvernements de nombreux pays ne veulent plus appliquer de mesures de confinement pour diminuer la transmission du coronavirus en raison des conséquences économiques dramatiques. Les restrictions de déplacement et de travail ont aggravé la pauvreté d’une large proportion de la population déjà en situation précaire et un grand nombre de personnes, dont de nombreux enfants, ne mangent plus à leur faim.

On observe aussi une deuxième vague d’infections dans plusieurs pays où la situation épidémiologique s’était améliorée. En Asie, l’Iran est durement touché avec plus de 200'000 cas et 10'000 décès. La Corée du Sud est confrontée à une 2ème flambée à Séoul et ses environs suite à plusieurs centaines d’infections (entre autres dans des discothèques de la capitale). Au total plus de 12'000 infections ont été recensées depuis le début de la pandémie et il est estimé qu’il y aurait près de 1’300 cas « actifs » (infectieux) actuellement dans le pays. Les autorités ont fermé les bars et divers centres de loisirs et imposé le port d’un masque dans les transports publics, les avions et les taxis. En Europe aussi de nouvelles flambées régionales sont observées dans certains des pays ayant déjà assoupli les mesures de confinement. En Allemagne, les autorités de l’État de Rhénanie-du-Nord-Westphalie ont reconfiné mardi plus de 600’000 personnes suite à l'éruption d'un foyer de contaminations dans le plus grand abattoir d'Europe (plus de 1’550 personnes positives). Le Portugal a introduit de nouvelles restrictions dans la région de Lisbonne, en limitant les rassemblements à 10 personnes (au lieu de 20) et ordonnant la fermeture des commerces et café à 20h. La Chine a recensé plus de 300 nouvelles infections suite à un foyer épidémique lié à un marché de Pékin. Les autorités ont réintroduit des mesures de confinement dans des parties de Pékin. Une région proche de Pékin est aussi touchée dans le comté de Anxin (Province Hebei) et 400'000 personnes ont été mises en quarantaine.
 

Le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a rapporté au 26 juin 2020 : 9'581’803 cas de COVID-19 dont 489’182 décès dans le monde.

Afrique: 347 779 cas (9 069 décès); les 5 pays signalent le plus de cas sont l’Afrique du Sud (118 375), l’Égypte (61 130), le Nigéria (22 614), le Ghana (15 473) et le Cameroun (12 592).
Asie: 2 036 409 cas (51 471 décès); les 5 pays signalent le plus de cas sont l’Inde (490 401), l’Iran (215 096), le Pakistan (195 745), la Turquie (193 115) et l’Arabie saoudite (170 639).
Amérique: 4 821 970 cas (238 690 décès); les 5 pays signalent le plus de cas sont les États-Unis (2 422 310), le Brésil (1 228 114), le Pérou (268 602), le Chili (259 064) et le Mexique (202 951).
Europe: 2 365 834 cas (189 812); les 5 pays signalent le plus de cas sont la Russie (613 994), le Royaume-Uni (307 980), l’Espagne (247 486), l’Italie (239 706) et l’Allemagne (192 556).
Océanie: 9 115 cas (133 décès); les 5 pays signalent le plus de cas sont l’Australie (7 558), la Nouvelle-Zélande (1 170), Guam (247), la Polynésie Française (60) et les îles Mariannes du Nord (30).

 

Pour plus d’informations :
-
OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
- 
OFSP : Nouveau coronavirus: « auto-isolement et auto-quarantaine » 
International Air Transport Association : IATA

 

Sources : WHO Situation report No 157 25.06.2020; CNN 25.06.2020 “Record increases of new Covid-19 cases in 3 US states with the most population”; Le Temps 26.06.2020; BBC News 22.06.20 “Coronavirus: South Korea confirms second wave of infections”; Corona Live Check 26.06.20; European Centre for Disease Prevention and Control worldwide update 26.06..2020; EKRM News 23 + 26.06.2020; WHO Coronavirus disease (COVID-19) pandemic. Voir aussi : « Voyages : réouverture de frontières, et prévention dans les aéroports et les avions » du 15.05.2020

Conséquences pour le voyageur : En raison de la situation épidémiologique favorable, plusieurs États, dont la Suisse, ont partiellement réouvert leurs frontières. Suivez l’évolution dans les médias et renseignez-vous auprès des autorités locales de votre destination et auprès du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque par ex.) peuvent varier selon les pays et selon les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage dans le nez ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée. Il peut être effectué dans la plupart des centres de vaccination (sur rendez-vous, le coût du test est à la charge du voyageur). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 1,5 mètres (ou porter un masque si pas possible), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID (fièvre, mal de gorge, douleurs musculaires, toux, etc.) devrait se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester à la maison ou à l’hôtel en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à encore 48 h après l’arrêt total de symptômes). Toute personne en contact avec des personnes malades ou testées positives, doit se mettre en quarantaine.

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (16/18)

COVID-19: Dépistage gratuit et APP SwissCovid

25/06/2020 (mise à jour: 13/07/2020)

La Confédération suisse va prendre en charge les tests de dépistage du coronavirus SARS-CoV-2 à partir du 25 juin pour les personnes suspectées d’avoir été infectées et leurs contacts. Afin de pouvoir réagir rapidement à une recrudescence des cas d’infections au coronavirus, il faut effectuer autant de tests que possible lorsque la situation l’exige. Les tests seront donc gratuits pour la personne faisant l’analyse (et sans participation de la côte part ou de la franchise de l’assurance maladie), pour éviter que certaines personnes renoncent à se faire dépister si elles devaient en assumer les frais. La Confédération prendra en charge aussi bien les tests permettant de déceler une contamination (dépistage) que les tests sérologiques de détection des anticorps. Elle versera un forfait de 169 francs pour les premiers et de 113 francs pour les seconds. Les critères de test de l'Office fédéral de la santé publique (OFSP) s'appliquent. À l'heure actuelle, les tests sérologiques ne sont cependant pas recommandés de façon générale.

Le Conseil fédéral a également adopté l’ordonnance sur le système de traçage de proximité pour le coronavirus SARS-CoV-2. Il sera donc possible de déployer l’application « SwissCovid » pour téléphones portables partout en Suisse dès le 25 juin. Elle est gratuite et disponible dans 9 langues. Pour casser les chaînes de transmission, il est essentiel de recourir à un traçage rigoureux des contacts en association à de vastes tests de dépistage du coronavirus.


Pour plus d’informations :

- OFSP : COVID-19 – la maladie
- OFSP : Nouveau coronavirus : application SwissCovid et traçage des contacts
 

Source : Communiqué du Conseil fédéral Suisse du 24.06.2020 : «Coronavirus : la Confédération prend en charge les tests de dépistage, l’application SwissCovid démarre le 25 juin »; Office fédéral de la santé publique (OFSP): Nouveau Coronavirus

Conséquences pour le voyageur : Seuls les tests recommandés par l’OFSP sont payés par le gouvernement. L’OFSP ne recommandant pas un test pour les voyageurs suisses partant à l’étranger, même s’ils sont requis avant d’entrer dans un pays, le coût du test est à la charge du voyageur. Pour éviter une recrudescence d’infections et une éventuelle deuxième vague épidémique, il est essentiel de diagnostiquer, d’isoler, et de traiter chaque personne infectée par le coronavirus, et de casser les chaînes de transmissions. Toute personne avec des symptômes du COVID (fièvre, toux, etc.) doit se faire tester et, si positif, rester à la maison ou à l’hôtel en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à encore 48 h après l’arrêt total de symptômes). L’identification (« traçage ») des contacts étant un élément essentiel pour casser les chaînes de transmission du coronavirus, l’APP SwissCovid est un outil complémentaire développé dans ce but. L'objectif est de retrouver chaque personne de contact d’une personne positive (ou malade) afin de la tester et la traiter au plus vite et aussi l’avertir avant qu’elle ne contamine d’autres. Il est aussi indispensable de continuer de respecter les règles d’hygiène et de distanciation sociale: distance de 1,5 mètres (ou porter un masque si pas possible), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude.

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (17/18)

COVID-19 : 7,6 millions de cas dans le monde

13/06/2020 (mise à jour: 22/06/2020)

Jusqu’au 12 juin 2020, plus de 7’630'000 de personnes ont contracté le nouveau coronavirus (SARS-CoV-2) et près de 325’000 en sont décédées.  À l’échelle mondiale, il y a une tendance croissante des nouvelles infections quotidiennes (avec durant les derniers 10 jours plus de 100’000 cas par 24 h). L’épicentre actuelle de la pandémie se trouve en Amérique Latine. Le Brésil se classe au premier rang des nouvelles infections quotidiennes (avec plus de 25’000 cas par 24h). Dans d’autres pays d’Amérique du Sud, en particulier le Pérou et le Chili, le nombre de cas augmente également fortement. Au total, les États-Unis continuent d’avoir le plus grand nombre de cas et de décès. L’Inde est maintenant classée 4e mondiale avec près de 300’000 infections recensées, derrière les États-Unis, le Brésil et la Russie. Le pays a pourtant assoupli ses mesures de confinement et rouvert les frontières entre les États de l’Union. Les trains et les services aériens réguliers ont également partiellement repris. Au Pakistan voisin le nombre de cas augmente aussi fortement ( + 6000 cas en 24h) et les hôpitaux sont aux limites de leur capacité. L’Iran fait face à une nouvelle vague d’infections, avec plus de 2000 nouvelles infections recensées durant les dernières 24 heures et au total plus de 180'000 cas et 8'600 décès rapportés. Dans la plupart des pays de la région africaine, le nombre de cas de COVID-19 continue d’augmenter. En Chine, la capitale Pékin a été placée en état d'alerte suite à la détection de plusieurs dizaines d’infections liées à un grand marché (« Xinfadi »). Les autorités essaient d'identifier et remonter les chaînes de transmission.

Bien que la situation en Europe s’améliore, des nombres élevés de nouvelles infections quotidiennes sont toujours signalés ces dernières 24 heures en Russie (+ 8'900), au Royaume-Uni (+ 1'500), en Biélorussie ( + 700). Durant les dernières 2 semaines, une tendance croissante de l’incidence est observée en Suède, France, Ukraine, Portugal, Rep. Moldavie, Gibraltar, Macédoine du Nord, Albanie, Estonie, Slovénie et pays du Proche-Orient. (L’augmentation en France peut s’expliquer en partie par la mise en place depuis le 13 mai d’un nouveau système de surveillance en laboratoire du COVID-19 (SI-DEP), qui permet l’inclusion de cas rétrospectifs diagnostiqués depuis cette date. En Ukraine, la situation est assez grave dans l’est du pays et le gouvernement de Kiev a fermé la frontière aux cinq points de passage des territoires occupés.

En raison des démonstrations mondiales contre le racisme, l’OMS recommande à tous ceux qui manifestent dans le monde entier à le faire en toute sécurité (en gardant autant que possible au moins 1 mètre des autres, de désinfecter-nettoyer souvent les mains, de tousser dans le coude ou un mouchoir et de porter un masque lors des manifestations de masse). L’OMS rappelle aussi que toutes les personnes symptomatiques devraient absolument rester à la maison et contacter un prestataire de soins.

La pierre angulaire de la réponse dans chaque pays doit être « de trouver, d’isoler, de tester et de traiter » chaque cas ainsi que d’ identifier et mettre en quarantaine chaque contact. L’identification (« traçage ») des contacts demeure un élément essentiel de la lutte contre le coronavirus.

L’OMS a adapté les recommandations relatives au port de masques. Le Directeur général de l’OMS, A. Tedros, a mis en garde contre la mauvaise manipulation des masques et le fait qu’ils créent un faux sentiment de sécurité et conduisent à ce que les personnes négligent des mesures telles que l’hygiène des mains et la distanciation physique. Il a souligné que les masques seuls ne protègent pas contre les COVID-19 et ne remplacent pas la distanciation physique, l’hygiène des mains et d’autres mesures de santé publique. (Par ailleurs, les masques en tissu doivent être composés d’au moins trois couches de matériaux différents).

 

Le Centre Européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a rapporté la situation suivante dans le monde au 12 juin 2020 :

Afrique: 216 622 cas, 5 838 décès; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Afrique du Sud (58 568), l’Égypte (39 726), le Nigéria (14 554), l’Algérie (10 589) et le Ghana (10 358).

Asie: 1 481 097 cas, 37 627 décès; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Inde (297 535), l’Iran (180 176), la Turquie (174 023), le Pakistan (125 933) et l’Arabie saoudite (116 021).

Amérique: 3 639 394 cas, 196 069 décès; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont les États-Unis (2 023 347), le Brésil (802 828), le Pérou (214 788), le Chili (154 092) et le Mexique (133 974).

Europe: 2 134 496 cas, 181 518 décès; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont la Russie (502 436), le Royaume-Uni (291 409), l’Espagne (242 707), l’Italie (236 142) et l’Allemagne (185 674).

Océanie: 8 758 cas, 131 décès; les 5 pays qui signalent le plus de cas sont l’Australie (7 285), la Nouvelle-Zélande (1 154), Guam (182), la Polynésie Française (60) et les îles Mariannes du Nord (30).
 

Pour plus d’informations :
- OFSP : Nouveau coronavirus : recommandations pour les voyageurs
- OFSP : Nouveau coronavirus: « auto-isolement et auto-quarantaine » 
- International Air Transport Association : IATA

Voir aussi : « Voyages : réouverture de frontières, et prévention dans les aéroports et les avions » du 15.05.2020

Sources: Corona Live Check 12.06.20; European Centre for Disease Prevention and Control worldwide update 12.06..2020;  EKRM News 09.06.2020; WHO Coronavirus disease (COVID-19) pandemic; WHO Emergencies Press conference 8 June 2020; OMS 08.06.20: Nouveau coronavirus (2019-nCov) : conseils au grand public – Quand et comment utiliser un masque ?

 

Conséquences pour le voyageur : En raison de la situation épidémiologique favorable, certains États, dont la Suisse, commencent à rouvrir leurs frontières étape par étape. Suivez l’évolution dans les médias et renseignez-vous auprès des autorités locales de votre destination et auprès du DFAE avant d’envisager un voyage. Les règles sanitaires (port obligatoire d’un masque par ex.) peuvent varier selon les pays et selon les compagnies aériennes. Certains pays peuvent exiger un test du coronavirus (frottis de dépistage dans le nez ou dosage des anticorps) pour délivrer un visa ou autoriser l’entrée, qui peut être effectué dans les centres de vaccination (sur rendez-vous). Les règles d’hygiène et de distanciation sociale sont à respecter partout en Suisse: distance de 2 mètres (ou porter un masque si pas possible), se laver /désinfecter les mains, éviter les poignées de main, éternuer/tousser dans son coude. Les voyageurs doivent suivre leur état de santé. Toute personne avec des symptômes du COVID (fièvre, toux, etc.) devrait se faire tester et, si positif (ou d'impossibilité de faire le test), rester à la maison ou à l’hôtel en auto-isolement au minimum 10 jours (et jusqu’à encore 48 h après l’arrêt total de symptômes). Toute personne en contact avec des personnes malades ou testées positives, doit se mettre en quarantaine.

Destinations : Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (18/18)

COVID-19 : symptômes à ne pas négliger !

10/04/2020 (mise à jour: 05/05/2020)

Le nouveau coronavirus virus se transmet au moyen de micro-gouttelettes projetées par une personne infectée lorsqu'elle éternue ou tousse, ou par contact avec des surfaces contaminées (poignées de mains, poignées de porte, chariot de supermarché, etc.). Le risque de transmission augmente lors de regroupements d’un grand nombre de personnes dans des espaces fermés (magasins, transports publics, etc.) et lorsque les personnes se tiennent à moins de 2 mètres l’une de l’autre (et ne portent pas un masque). Les personnes infectées peuvent être contagieuses même si elles ne présentent pas de symptômes (asymptomatiques). La période d’incubation est de 2 à 14 jours. Les symptômes et leur gravité sont très variables d’une personne à l’autre. La maladie est souvent bénigne (environ 80 % des cas) et de nombreuses personnes, en particulier les enfants et adolescents, ont peu ou pas de symptômes avant de guérir rapidement. Parfois, après 5 à 10 jours de symptômes bénins, la maladie prend un cours sévère, avec une aggravation de la toux ou de la difficulté à respirer. Les personnes de plus de 65 ans et celles avec une maladie chronique (une hypertension, une maladie cardiovasculaire, un diabète, une maladie des voies respiratoires, un déficit immunitaire ou encore un cancer) sont particulièrement à risque de complications. En cas d’atteinte sévère des voies respiratoires ou le développement d’une pneumonie, le patient peut nécessiter une hospitalisation et l’administration d’oxygène. Une minorité de personnes nécessitent des soins intensifs.  La grande majorité des décès  (97% en Suisse) sont survenus chez des personnes âgées de plus de 60 ans.

 

Les symptômes du COVID sont :

Plus rarement :

 

Si vous présentez un ou plusieurs symptômes, il est probable que vous ayez contracté le coronavirus. Dans ce cas, vous devez rester chez vous au minimum dix jours (et durant encore 48 heures après la résolution complète des symptômes) et éviter tout contact avec d'autres personnes. (Voir News « COVID-19 : Mesures de quarantaine / isolement »).

Appelez sans faute votre médecin traitant (ou la hotline de l‘OFSP) si vous souffrez d’une maladie chronique, ou présentez des symptômes sévères ou qui s’aggravent.

Si vous devez sortir pour aller chez le médecin, il faut absolument que vous portiez un masque (à défaut un foulard) et que vous évitiez de prendre les transports publics.

 

ATTENTION : Un avis médical peut être urgent, quel que soit votre âge, si votre état de santé s’aggrave subitement, ou que vous présentez un autre état urgent nécessitant une prise en charge immédiate (appendicite, infarctus du myocarde, accident vasculaire cérébral, etc. !).

 

Symptômes de gravité à ne pas négliger (attention, cette liste n’est pas complète, demandez conseil à votre médecin ou appelez le numéro d’urgence au 144) :

Attention : Parfois des symptômes du coronavirus peuvent être les mêmes que ceux causés par d’autres problèmes de santé très urgents comme un infarctus cardiaque (douleur thoracique ou dans la poitrine), ou un accident vasculaire cérébral (maux de tête intenses). Il vaut mieux ne pas les ignorer et demander un conseil à votre médecin traitant ou appeler le numéro d’urgence 144.

 

Pour plus d’informations:
  
- concernant la maladie COVID-19:
  Office fédéral de la santé publique (OFSP) : Nouveau coronavirus
  Hotline (questions) OFSP: (+41) 58 463 00 00
 

(Sources: OFSP Nouveau coronavirus; OFSP : Vaccinations en période de pandémie de COVID-19 du 06.04.2020)

Conséquences pour le voyageur : Si vous êtes malade, restez chez vous ! Appelez votre médecin traitant (ou la hotline de ‘OFSP) si vous avez des symptômes du COVID et souffrez d’une autre maladie chronique ou si vous présentez des symptômes sévères. Portez dans tous les cas un masque pour sortir de chez vous. Les patients avec une maladie chronique (diabète, hypertension, asthme, etc.) doivent continuer à être suivis par leur médecin traitant (par consultation téléphonique) qui peut leur donner des conseils spécifiques et éventuellement ajuster leur traitement. Les vaccinations chez les enfants doivent aussi être effectués selon le calendrier vaccinal et les recommandations de l’OFSP. Appelez le numéro d’urgence même si vous êtes jeune et habituellement en bonne santé : si vous avez une nette aggravation de vos symptômes, de la peine à respirer ou si vous présentez tout autre symptôme pouvant nécessiter des soins urgents.

Destinations : Monde