Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

FSME (et RSSE)FSME (et RSSE)

FSME (et RSSE)

Encéphalite à tiques FSME

Maladie en bref
L'encéphalite à tiques (ou méningo-encéphalite verno-estivale) est une maladie virale transmise par les tiques de certaines régions d'Europe, de Russie et d'Extrême-Orient. Elle se manifeste par des symptômes d'allure grippale, suivis chez une minorité de personnes d'une méningo-encéphalite. La vaccination offre une très bonne protection contre cette maladie.


Transmission
En Suisse, environ 1% des tiques (du genre Ixodes), dans des foyers bien délimités d'endémie, sont infectées par ce virus qu'elles peuvent transmettre à l'homme pendant leur période d'activité (de mi-février à mi-novembre). On recense entre 100 et 250  cas par année en Suisse. Rarement, le virus peut également être transmis lors de consommation de produits laitiers non pasteurisés de chèvres, brebis ou vaches infectées.

Répartition géographique
Europe du Nord (Scandinavie, Etats de la Mer Baltique), Europe Centrale et de l'Est, Russie, Asie (Kazakhstan, Kirghizistan, Chine, Mongolie, Corée du Sud, Japon, cf carte).

Symptômes et complications
Les tiques injectent une substance anesthésiante et leur morsure passe souvent inaperçue. L'infection est le plus souvent asymptomatique ou ne provoque que des symptômes grippaux bénins. Environ 5 à 15 % des personnes infectées développent ensuite une atteinte du système nerveux central de gravité variable (méningite ou encéphalite). Les manifestations sont une fièvre élevée, des maux de tête, une raideur de la nuque, intolérance à la lumière, des nausées ou des vomissements, et plus rarement en cas d'atteinte sévère, des vertiges, des paralysies, une difficulté à parler ou à marcher, des crises d'épilepsie, et parfois la mort. Des séquelles neurologiques sont fréquentes. La sévérité de la maladie augmente avec l'âge. Les souches virales présentes en Russie et en Extrême Orient sont associées à une fréquence augmentée de maladie sévère ("Russian spring-summer encephalitis " ou RSSE).


Prévention et traitement

Protégez-vous des tiques: portez des vêtements longs couvrant bien la peau (avec les chaussettes remontées sur le bas des pantalons), et appliquez des produits répulsifs contenant du DEET sur la peau et des insecticides (perméthrine) sur les habits. Inspectez soigneusement votre peau et les cheveux au retour. Si vous trouvez une tique, enlevez-la rapidement à l'aide d'une pincette en la saisissant le plus près possible de la peau et en tirant progressivement puis désinfectez. Notez la date de la morsure.

Il n'y a aucun traitement antiviral spécifique contre la maladie mais la vaccination permet de s'en prémunir. Deux vaccins inactivés efficaces (protection de plus de 95 %) sont disponibles en Suisse pour les adultes et les enfants dès 6 ans (les formes sévères de la maladie étant rares avant cet âge). La vaccination de base complète nécessite 3 doses, débutées de préférence en hiver, à 0, 1-3 et 9-12 mois pour Encépur® et à 0, 1, 6 mois pour FSME-Immun CC®. Il existe également un schéma pédiatrique ainsi qu'un schéma rapide d'administration. En Suisse un rappel est recommandé après 10 ans. Les voyageurs devraient avoir reçu au moins la 2e dose 15 jours avant de se rendre dans une région à risque. Le vaccin protège contre les différentes souches virales dans toutes les régions endémiques.


Recommandations

Protégez-vous des tiques dans les forêts et les sous-bois. Ne consommez que des produits laitiers pasteurisés. En cas de morsure, enlevez rapidement la tique et désinfectez. La vaccination est recommandée à tous les adultes et enfants (dès 6 ans), habitant ou séjournant temporairement dans une région d'endémie et pouvant être exposés aux tiques. Les activités à risque sont la marche, le camping, la randonnée, le vélo VTT, la chasse, la pêche, la coupe de bois et la cueillette de champignons et de baies.


Plus d'informations 

Office fédéral de la santé publique (OFSP):
 
- Maladies transmises par les tiques
- Cartes géographiques FSME

 


Mise à jour: 13.07.2018

 

Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 29.01.2020

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (1/4)

Suisse : épidémie de grippe

20/01/2020 (mise à jour: 28/01/2020)

Le seuil épidémique de la grippe a été franchi en Suisse durant la 2ème semaine de janvier 2020 et la grippe est largement répandue dans l’ouest de la Suisse (Genève, Neuchâtel, Vaud et Valais). L'incidence la plus élevée est dans la classe d'âge des 15-29 ans suivi des 0-4 ans, avec une tendance à la hausse dans les autres classes d’âge. Les analyses sentinelles préliminaires révèlent une co-circulation des virus de l’influenza A (A H1N1) et A (H3N2) et de l’influenza B (Victoria). En Europe, l’activité grippale a été modérée ces dernières semaines, avec une tendance à la hausse dans presque tous les pays. Les mêmes sous-types de virus Influenza circulent qu’en Suisse. (Sources : OFSP Grippe saisonnière, Point de la situation, semaine 2/2020, 14.01.2020 ; Flu News Europe Week 2, 2020; EKRM Epi news 15.01.2020).

Conséquences pour le voyageur : Même après le début de l’épidémie, la vaccination contre la grippe est toujours recommandée pour se protéger de la grippe et de ses complications graves (pneumonies, hospitalisations), en particulier pour les personnes de plus de 65 ans, les malades chroniques et / ou avec déficit immunitaire, les femmes enceintes, les enfants nés prématurément, les pensionnaires de foyers pour personnes âgées et de foyers médicalisés ainsi que leurs personnes de contact, et tout le personnel médical.

Destinations : Suisse, Europe

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/4)

Région européenne : fièvre West Nile (Update)

28/10/2019 (mise à jour: 05/11/2019)

Le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC) a recensé cet été 441 infections humaines par le virus du Nil occidental (West Nile Fever) dont 44 décès dans la Région Européenne (UE et pays voisins) jusqu’au 24 octobre 2019 en : Grèce (222 cas dont 30 décès),  Roumanie (64, dont 7 décès),  Italie (42 dont 4 décès),  Hongrie (35), Chypre (16 dont 1 décès), Bulgarie (4),  Autriche (4), France (2), Slovaquie (1), Allemagne (1), Serbie (27 dont 1 décès),  Israel (10), Turquie (7) et en Macédoine du Nord (6 dont 1 décès). C’est la première fois que la Slovaquie et l'Allemagne diagnostiquent une infection humaine locale au virus de la fièvre West Nile. Les autres cas sont survenus dans des pays ayant déjà eu une transmission locale dans les années précédentes.

La fièvre West Nile est causée par un virus (flavivirus) qui est transmis à l’homme par des moustiques dans de nombreuses régions d’Europe, généralement de juin à novembre. Elle est le plus souvent asymptomatique ou se présente comme une grippe, mais rarement, elle peut entraîner des troubles neurologiques, voire une encéphalite potentiellement mortelle. Il n’existe pas de traitement spécifique. Plus d’informations : voir lien maladie ci-dessous. (Sources: ECDC, Communicable Disease Threats Report août- septembre 2019 + 10.10.2019 + week 43, 20-26 October 2019 avec cartes géographiques ).   

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les piqûres de moustiques (sprays anti-moustiques, pantalons et vêtements à manches longues) et évitez tout contact avec les oiseaux qui sont le principal réservoir animalier de ce virus. L’ECDC recommande aux voyageurs faisant un séjour dans une région de transmission de la fièvre West Nile de ne pas faire de don de sang durant au moins 28 jours après leur retour.

Destinations : Autriche, Bulgarie, Chypre, Allemagne, Europe, France, Grèce, Hongrie, Israël, Italie, Macédoine du Nord, République de, Roumanie, Serbie, Slovaquie, Turquie

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/4)

Suisse : Vaccination contre la grippe 2019

05/11/2019 (mise à jour: 09/12/2019)

L'Office fédéral de la santé publique (OFSP) recommande de se faire vacciner contre la grippe saisonnière dans les prochaines semaines, idéalement jusqu'à la mi-novembre, en particulier les personnes avec un risque accru de complications et leur entourage ainsi que pour le personnel soignant: les personnes âgées de 65 ans et plus, celles souffrant de maladies chroniques, les femmes enceintes et les jeunes enfants de moins de deux ans nés prématurément, mais aussi les personnes fréquentant ces groupes à risque ou des nourrissons de moins de six mois (les membres de la famille, les professionnels de la santé, les personnes en formation ou travaillant dans ce milieu, les collaborateurs de structures d'accueil pour enfants et les mamans de jour). Lors de la Journée nationale de vaccination contre la grippe le vendredi, 8 novembre 2019 de nombreux cabinets médicaux (liste disponible sur le site du Collège de médecine de premier recours www.kollegium.ch) proposent la vaccination, sans rendez-vous et à prix recommandé. (Sources : OFSP, se vacciner contre la grippe)

Conséquences pour le voyageur : L’indication d’une vaccination contre la grippe devrait aussi être vérifiée chez les voyageurs. La vaccination reste le moyen le plus efficace pour se protéger de la grippe et de ses complications graves (pneumonies, hospitalisations), en particulier pour les plus de 65 ans, les malades chroniques, les femmes enceintes et le personnel médical.

Destinations : Suisse, Monde

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (4/4)

Monde : rougeole

10/10/2019 (mise à jour: 18/10/2019)

Entre le 1er janvier et le 31 juillet 2019, 364’000 cas de rougeole ont été recensés dans le monde. Ainsi, le nombre de cas de rougeole au premier semestre 2019 est trois fois plus élevé qu'à la même période de l'année précédente 2018 (129’239 cas). Cette augmentation touche particulièrement les régions OMS Afrique (10x plus), suivie par la Région Pacifique Ouest (3x plus), la Région Europe (2x plus) et la Région Méditerranée orientale (1,5x plus). En Nouvelle-Zélande, l'épidémie persiste avec 1’576 cas enregistrés en 2019. Le taux d'hospitalisation pour la rougeole est de 35 à 40% et parmi cinq femmes enceintes hospitalisées, deux ont fait une fausse couche à cause de l’infection. En Suisse, 212 cas de rougeole (2 décès), ont été enregistrés depuis le début de 2019 et près de 500 cas en Allemagne. Aux USA, 1'250 cas ont été signalés, la majorité à New York.

La vaccination n’est pas uniquement un acte personnel servant à se protéger soi-même ou ses enfants, c’est aussi un acte solidaire pour éviter la transmission de la maladie aux nourrissons trop jeunes pour être vaccinés, aux patients immunosupprimés, ainsi qu’aux personnes non vaccinées dans des pays en développement. La maladie peut occasionner de graves complications, telles une encéphalite ou une pneumonie, voire le décès dans de rares cas. La vaccination (2 doses) confère une excellente protection. (Sources : ECTM Epinews 4.+16.10.2019, International Society for Infectious Diseases Promedmail 28.9.2019)

Conséquences pour le voyageur : La consultation médicale de voyage offre une occasion optimale de vérifier la protection contre la rougeole. Tous les enfants dès l’âge de 12 mois ainsi que les personnes nées après 1963 qui n'ont pas une immunité confirmée contre la rougeole (maladie documentée, taux d'anticorps ou certificat mentionnant 2 doses de vaccin) devraient être vaccinés avec 2 doses de vaccin (contre-indication si grossesse ou déficit immunitaire sévère). La vaccination est recommandée dès l'âge de 6 mois en cas d'épidémie dans les environs ou en cas de contact avec un cas de rougeole.

Destinations : Monde