Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

Afrique du SudAfrique du Sud

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme varie selon les régions et les saisons.
Dans tous les cas, il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
De manière générale, il est recommandé d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme) dans les régions à risque.
Pour les séjours dans les régions à haut risque, il est nécessaire de prendre un médicament (chimioprophylaxie) avant, pendant et après le voyage.

Risque de paludisme:

  • risque élevé de septembre à mai: dans la province Mpumalanga (est, parc Krüger et parcs voisins inclus), la province Limpopo (nord, nord-est), le Kwazulu-Natal (côte nord-est), les réserves Tembe et Ndumu inclues
  • risque modéré / faible de juin à août: dans la province Mpumalanga (est, parc Krüger et parcs voisins inclus), la province Limpopo (nord, nord-est), le Kwazulu-Natal (côte nord-est), les réserves Tembe et Ndumu inclues
  • risque minime : dans le reste du nord, régions du nord-ouest jusqu'à Swartwater, régions du nord-est jusqu'au fleuve Tugela, parcs Umfolozi et Hluhluwe, également la région de Waterberg
  • pas de paludisme: villes et reste du pays

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire (pas pour les passagers en transit d'aéroport) si provenance dans les 10 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone);
ceci ne s'applique pas aux voyageurs en provenance de Zambie, Tanzanie, Érythrée, Somalie et São Tomé-et-Príncipe

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 21.04.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/7)

Afrique du Sud : 5 décès humains de la rage

21/03/2018 (mise à jour: 28/03/2018)

Depuis décembre 2017, 5 cas humains de rage ont été confirmés en Afrique du Sud. Ces décès sont survenus à Limpopo, Mpumalanga, KwaZulu Natal et Eastern Cape. Un autre cas clinique de rage a été rapporté dans le Free State. Le patient est aussi décédé, mais la confirmation au laboratoire n’a pas été possible. La rage est causée par un virus transmis par la salive d'animaux infectés (chiens, chats, chauve-souris, etc.) et l’infection est mortelle si aucun traitement n'est donné rapidement (immunoglobulines et vaccination par 4 doses ou 2 doses de rappel pour les personnes déjà vaccinées + contrôle sérologique). Les immunoglobulines et vaccins modernes hautement purifiés ne sont pas disponibles dans de nombreuses régions. (Sources : Outbreaknewstoday.com 7.3.2018)

Conséquences pour le voyageur : Evitez tout contact avec les animaux. En cas de morsure/ griffure, lavez bien la plaie (savon), désinfectez et consultez en urgence un médecin (vaccin post-exposition). Il existe une vaccination préventive qui est recommandée lors de séjours >30 jours (p. ex. expatriés) dans les régions fortement endémiques et, indépendamment de la durée du séjour, aux voyageurs à risque individuel élevé (p. ex. contact avec des animaux, spéléologie, accès restreint à des soins médicaux, voyage à vélo ou à moto, voyage avec des petits enfants).

Destinations : Afrique du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/7)

Afrique du Sud : deux enfants anglais contractent la malaria

21/03/2018 (mise à jour: 27/03/2018)

Deux enfants anglais ont contracté une malaria sévère (à P. falciparum) lors d’un voyage en Afrique du Sud où ils avaient séjourné dans la « Nsele Private Game Reserve » et visité la « Ants Hill/Nest Reserve » (près de Vaalvater, région de Waterberg, province de Limpopo). Jusqu'à présent cette région était considérée par les autorités sanitaires comme ayant un risque très faible de malaria. Après des pluies abondantes, les cas de malaria ont augmenté dans la province de Limpopo, en autre le long de la rivière Lephala et dans la région de Waterberg.

En Afrique du Sud, le risque de paludisme varie selon les régions et les saisons, et est élevé de septembre à mai dans : l’est de la province de Mpumalanga (y compris le Parc Krüger et les parcs voisins), la province de Limpopo (au nord, au nord-est) et le KwaZulu-Natal (côte nord-est) y compris les parcs de Tembe et Ndumu. La malaria (paludisme) est une infection parasitaire transmise par les piqûres de moustiques le soir et la nuit et se déclare sous forme de fièvre à 37,5° ou plus, des maux de tête, des frissons, des symptômes grippaux, et parfois des diarrhées. (Sources : European Centre for Disease Prevention and Control, CDTR 17.03.18; Tropimed News 14.3.18)

Conséquences pour le voyageur : Ces cas de malaria rappellent l’importance de bien se protéger contre les piqûres de moustiques le soir et la nuit, dans toutes les régions, même celles à faible risque de malaria. Pour les séjours dans les régions à haut risque (de septembre à mai), prenez un médicament préventif (chimioprophylaxie) avant, pendant et après le voyage. En cas de fièvre après un séjour dans une région à risque de malaria, consultez rapidement un médecin pour exclure cette maladie.

Destinations : Afrique du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/7)

Afrique du Sud, listériose : charcuterie incriminée

09/03/2018 (mise à jour: 21/03/2018)

Le ministère de la Santé d’Afrique du Sud a annoncé avoir identifié la source de la flambée de listériose qui a infecté 948 personnes et causé 180 décès dans le pays (jusqu’au 2 mars 2018). La cause serait de la charcuterie contaminée (dont des saucisses, du jambon en tranches et diverses viandes froides) produite par la firme « Enterprise Foods ». Des prélèvements se sont révélés positifs pour la bactérie dans une usine de production mais des contaminations de plusieurs points de fabrication ne sont pas exclues. Les cas de listériose ont été diagnostiqués à la fois dans le secteur publique (65%) et privé (35%) du système de santé.
La listériose est causée par une bactérie (Listeria monocytogenes) qui peut infecter l’homme lors de consommation d'aliments crus contaminés, surtout les produits laitiers non pasteurisés, les fromages, la viande fumée ou salée, la volaille, le poisson. Chez les adultes en bonne santé l'infection se manifeste le plus souvent par des symptômes grippaux avec une légère fièvre. Un traitement antibiotique est disponible. (Sources: ProMED-Mail 05.03.2018; WHO Africa, Outbreaks and Emergencies Bulletin, Week 9: 24 February - 2 March 2018, AFP-SBS News 05.03.2018)

Conséquences pour le voyageur : Les personnes âgées / immunodéprimées / avec des maladies préexistantes et les femmes enceintes ont un plus grand risque de listériose invasive (infections du système nerveux central, septicémie, avortement) et doivent éviter de consommer toute charcuterie de la marque incriminée, se laver les mains avant de manger ou de manipuler la nourriture, bien laver les crudités, éviter de consommer des produits laitiers non pasteurisés, et bien cuire la viande/ volaille/ poisson.

Destinations : Afrique du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (4/7)

Afrique du Sud : listériose

23/02/2018 (mise à jour: 23/02/2018)

Le nombre de cas de listériose continue d’augmenter en Afrique du Sud avec un total de 872 cas confirmés, dont 164 décès (dont 43% des bébés de <1mois). Une source commune est suspectée mais n’a pas encore été identifiée. Les 9 provinces du pays sont touchées; la majorité des décès est survenue à Gauteng. Il s’agit de la plus grande épidémie de listériose rapportée par l’OMS.  

La listériose est causée par une bactérie (Listeria monocytogenes) qui peut infecter l’homme lors de consommation d'aliments crus contaminés, surtout les produits laitiers non pasteurisés, les fromages, la viande fumée ou salée, la volaille, le poisson.  Chez les adultes en bonne santé l'infection se manifeste le plus souvent par des symptômes grippaux avec une légère fièvre. Cependant, elle peut être beaucoup plus sévère chez les personnes immunodéprimées ou souffrantes de maladies chroniques, les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes âgées. La létalité s'élève alors à 20%. Les infections intra-utérine peuvent conduire à un avortement. Un traitement antibiotique est disponible. (Source: OMS Afrique, 8.12.2017, International Society for Infectious Diseases Promedmail du 31.01.+17.2.2018 ). 

 

Conséquences pour le voyageur : Les personnes à risque (voir ci-dessus) devraient éviter les produits laitiers non pasteurisés, bien laver les crudités et de bien cuir la viande/ volaille/ poisson.

Destinations : Afrique du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (5/7)

Epidémies de méningite en Afrique

27/03/2018 (mise à jour: 13/04/2018)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte des cas de méningite à méningocoques dans plusieurs pays de la «ceinture de la méningite ». Depuis le début de l’année 2018, un total cumulé de 7'403 cas suspects de méningite (dont 566 décès) ont été notifiés à l’OMS. Jusqu’au 1er avril 2018, les pays ayant signalé des régions en épidémie sont le Ghana, le Sud Soudan et le Nigéria. Les pays ayant rapporté des districts en phase d’alerte (augmentation des cas sans atteinte du seuil épidémique) sont le Bénin, le Burkina Faso, le Cameroun, la Côte d’Ivoire, le Niger, le Sénégal, le Tchad et le Togo. En raison d’un retard dans la notification des cas de méningite et de l’identification du germe, il est difficile de connaître la situation épidémiologique actuelle dans plusieurs pays. Pour plus d’information consultez le site de l’OMS « Meningitis » .

Des épidémies de méningite saisonnières sont fréquentes dans les pays de « la ceinture de la méningite » en Afrique sub-saharienne pendant la saison sèche de décembre à juin. Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies. Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les A, C et W135. (Ces dernières années des cas de méningite à pneumocoques ont aussi été observés). La méningite est transmise par contact direct (par gouttelettes respiratoires). En cas de symptômes (fièvre élevée, maux de tête, raideur de la nuque) il faut consulter immédiatement un médecin pour débuter un traitement antibiotique car l'évolution peut être foudroyante et devenir fatale en quelques heures. Un vaccin préventif contre les principales souches de méningocoques est disponible pour les adultes et enfants de plus d'un. (Source : WHO: Emergencies: Meningococcal meningitis, Meningitis weekly Bulletin 2018 Week 1-13)

Conséquences pour le voyageur : Une vaccination avec le vaccin conjugué anti-méningococcique quadrivalent (Menveo®) est recommandée en cas de séjour >30 jours ou en fonction du risque individuel (par ex. contacts étroits avec des personnes, travail dans les institutions sanitaires, hébergements fortement occupés, risque d‘épidémie). En cas d'épidémie, la vaccination est recommandée pour les séjours >7 jours ou lors de contact étroit avec la population.

Destinations : Afrique, Ghana, Nigéria, Soudan du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (6/7)

Transmission du virus Zika dans le monde

08/11/2017 (mise à jour: 14/11/2017)

Plusieurs épidémies au virus Zika continuent de progresser dans le monde, en particulier aux Amériques et en Asie. Le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) met à jour régulièrement une liste de pays avec un risque de transmission du virus Zika, voir la carte géographique: Current Zika Transmission worldwide. Des changements de classification du degré de risque concernent des pays d’Amérique latine (par ex. Brésil, Colombie, Mexique) et d’Asie (Thaïlande). Avant de partir en voyage, en particulier si vous envisagez une grossesse ou si votre partenaire est enceinte, consultez cette liste ainsi que les informations sur la maladie (lien ci-dessous).

Une précision: Pour les pays d'Amérique centrale et du Sud ainsi que dans les Caraïbes marqués en jaune sur la carte de l'ECDC), le Comité suisse d'experts en médecine des voyages (CEMV) recommande de suivre les mêmes mesures de prévention que dans une région avec risque élevé. Aussi, la situation épidémiologique de certains pays en Asie et Afrique concernant la propagation du ZIKV est jugée différemment en fonction de la source. Le CEMV estime que le risque est plus faible en Asie et Afrique que par exemple dans les pays d'Amérique de contracter une infection à ZIKV de façon inaperçue ou d'en tomber malade. Le ZIKV existait probablement déjà depuis plusieurs années en Asie et Afrique sans qu'une propagation épidémique ait été signalée telle que observée depuis 2015 dans les pays d'Amérique. Le CEMV considère le risque d'une infection ou d'une malformation fœtale comme étant très faible dans le cadre de la planification d'une grossesse pour les voyages dans les pays d'Asie ou d'Afrique qui ne sont pas indiqués sous « risque élevé » (ces femmes devraient se renseigner sur les recommandations spécifiques avant un voyage),  mais il est toujours déconseillé aux femmes enceintes de voyager dans les régions d'endémie du virus Zika. (Sources: ECDC Current Zika virus Transmission, 27.10.17; Tropimed News 06.11.17)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques toute la journée et à la tombée de la nuit. Suivez l’évolution des épidémies car la situation locale peut rapidement changer. Les régions d’endémie du virus Zika sont déconseillés aux femmes enceintes.

Destinations : Afrique, Amérique, Asie

Actualités  Actualités    Autres actualités (7/7)

Ramadan 2018, Umrah und MERS-CoV

10/04/2018 (mise à jour: 16/04/2018)

Le Ramadan se déroulera cette année du 16 mai au 14 juin 2018 (dates variant de 1 à 2 jours en fonction de la position de la lune selon les pays). Pendant cette période, les musulmans du monde entier doivent s'abstenir de manger, de boire et de fumer du lever du soleil jusqu'à son coucher. Les femmes enceintes, les enfants et les malades en sont dispensés. Il est recommandé aux touristes visitant des pays musulmans d'adopter un comportement discret en public et d'éviter si possible de fumer, de manger et de boire ouvertement la journée par respect et pour ne pas heurter la sensibilité des croyants (ni provoquer de tensions).

De nombreux musulmans choisissent la période du Ramadan pour effectuer le «petit pèlerinage» à La Mecque (Umrah). Cependant, en raison de l’épidémie actuelle du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), le ministère de la Santé d’Arabie Saoudite déconseille le pèlerinage aux séniors (plus de 65 ans), aux enfants, aux femmes enceintes, et aux personnes souffrant de maladies chroniques (cardiaques, pulmonaires, rénales, diabète, baisse de l’immunité, maladie terminale, etc.) ou d’un cancer. Tous les pèlerins devraient s’informer sur l’épidémie de MERS-CoV et prendre des mesures de précaution. Depuis le début de l’épidémie fin 2012, 2144 infections confirmées dans le monde ont été rapportées à l’OMS (jusqu’au 15 mars 2018), dont 750 mortels. Le plus souvent, les coronavirus sont transmis par les gouttelettes respiratoires lorsqu'une personne infectée tousse ou éternue. La maladie est souvent bénigne (comme un rhume) mais plus rarement, peut entraîner une atteinte sévère des voies respiratoires pouvant être mortelle, en particulier chez des personnes souffrant de maladies chroniques. Les pèlerins peuvent avoir un risque accru d’infection dans les bains de foule, les moyens de transports bondés et les hébergements dans des espaces restreints. Pour plus d'infos, consultez notre rubrique Différents voyageurs > "Pèlerinage à La Mecque" et le site de l'OMS: Aide-mémoire MERS-CoV.  (Sources : OMS, DON 15.3.18)

Conséquences pour le voyageur : Respectez les coutumes du Ramadan. Pèlerins à La Mecque: vaccination obligatoire contre la méningite (+ fièvre jaune si provenance pays d'endémie). Il est recommandé d’être immunisé contre la poliomyélite, grippe, hépatite A (évent. B), rougeole, diphtérie-tétanos. Lavez et désinfectez souvent vos mains, et évitez de vous toucher les yeux, le nez, la bouche. Evitez les contacts avec les malades (évent. portez un masque dans les foules). Les dromadaires peuvent transmettre le MERS-CoV et il est recommandé d'éviter les contacts avec ces animaux et de ne pas boire de lait de dromadaire non pasteurisé. Consultez en cas de symptômes respiratoires.

Destinations : Monde, Arabie Saoudite