Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

Afrique du SudAfrique du Sud

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme varie selon les régions et les saisons.
Dans tous les cas, il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
De manière générale, il est recommandé d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme) dans les régions à risque.
Pour les séjours dans les régions à haut risque, il est nécessaire de prendre un médicament (chimioprophylaxie) avant, pendant et après le voyage.

Risque de paludisme:

  • risque élevé de septembre à mai: dans la province Mpumalanga (est, parc Krüger et parcs voisins inclus), la province Limpopo (nord, nord-est), le Kwazulu-Natal (côte nord-est), les réserves Tembe et Ndumu inclues
  • risque modéré / faible de juin à août: dans la province Mpumalanga (est, parc Krüger et parcs voisins inclus), la province Limpopo (nord, nord-est), le Kwazulu-Natal (côte nord-est), les réserves Tembe et Ndumu inclues
  • risque minime : dans le reste du nord, régions du nord-ouest jusqu'à Swartwater, régions du nord-est jusqu'au fleuve Tugela, parcs Umfolozi et Hluhluwe, également la région de Waterberg
  • pas de paludisme: villes et reste du pays

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire (pas pour les passagers en transit d'aéroport) si provenance dans les 10 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone);
ceci ne s'applique pas aux voyageurs en provenance de Zambie, Tanzanie, Érythrée, Somalie et São Tomé-et-Príncipe

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 19.09.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/4)

Australie, Italie, Afrique du Sud et USA : coqueluche

17/09/2018 (mise à jour: 17/09/2018)

Plusieurs pays dans le monde rapportent des flambées de coqueluche (pertussis). Ces derniers mois une augmentation des cas de la maladie a été observée notamment en Australie (surtout dans la région de Margaret River), en Italie (Lombardie), en Afrique du Sud (KwaZulu-Natal, Western Cape, Gauteng, Mpumalanga et North West) et aux USA (différents Etats). En Italie, deux nouveaux nés sont décédés récemment de la coqueluche.

La coqueluche (pertussis) est une infection très contagieuse des voies respiratoires causée par une bactérie (Bordatella pertussis) qui est transmise par les gouttelettes respiratoires. Elle se manifeste par des accès de toux en quintes pouvant persister pendant des semaines et qui peuvent entraîner des pauses respiratoires (surtout chez les nourrissons pour qui la maladie est particulièrement dangereuse). Le vaccin contre la coqueluche fait partie des vaccinations de base recommandées à tous les enfants. (Sources: International Society for Infectious Diseases, PromedMail 5.9.18, Tropimed News 12.9.18; OFSP Coqueluche)

Conséquences pour le voyageur : Plan de vaccination suisse : la vaccination des enfants contre la coqueluche est recommandée à 2, 4, 6, 15-24 mois, 4-7 ans et 11-15 ans (total de 6 doses, toujours en combinaison avec tétanos et la diphtérie). Un rappel unique est recommandé à tous les adultes de 25 à 29 ans. De plus, un rappel est indiqué en cas de grossesse et chez les futurs/nouveaux parents et toutes les personnes ayant des contacts réguliers avec des nourrissons de moins de 6 mois (au travail, dans la famille, les grands-parents et nounous compris) si la dernière vaccination ou une infection confirmée par laboratoire remonte à dix ans ou plus.

Destinations : Australie, Italie, États-Unis (USA), Afrique du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/4)

Afrique du Sud, Durban : décès de la rage

23/07/2018 (mise à jour: 30/07/2018)

Un homme de 25 ans de la région de la South Coast de la province du KwaZulu-Natal en Afrique du Sud est décédé de la rage à la suite d’une morsure de chien non traitée. C’est le 5ème décès de la rage cette année dans cette province. Rien que durant le mois de juin, 24 animaux ont été atteints de la rage (y compris à Durban qui est aussi une région à risque).  

La rage reste un risque important en Afrique où il est recommandé d’éviter tout contact avec les chiens errants et autres animaux pouvant transmettre la maladie. La rage est causée par un virus transmis par la salive d'animaux infectés (chiens, chats, chauve-souris, etc.) et l’infection est mortelle si aucun traitement n'est donné rapidement (immunoglobulines et vaccination par 4 doses ou 2 doses de rappel pour les personnes déjà vaccinées + contrôle sérologique). Les immunoglobulines et vaccins modernes hautement purifiés ne sont pas disponibles dans de nombreuses régions. (Sources: fitfortravel 28.6.18 ; presse IOL www.iol.co.za 23.06.2018 ; fitfortravel 28.6.18)

Conséquences pour le voyageur : Evitez de dormir à la belle étoile et tout contact avec les animaux. En cas de morsure/ griffure, lavez bien la plaie (savon), désinfectez et consultez en urgence un médecin (vaccin post-exposition). Il existe une vaccination préventive qui est recommandée lors de séjours >30 jours (p. ex. expatriés) dans les régions fortement endémiques et, indépendamment de la durée du séjour, aux voyageurs à risque individuel élevé (p. ex. contact avec des animaux, spéléologie, accès restreint à des soins médicaux, trekking, voyage à vélo ou à moto, voyage avec des petits enfants).

Destinations : Afrique du Sud

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/4)

Kenya, Somalie, Nigéria : poliovirus circulants de souches vaccinales et recommandations de vaccination de la polio

29/05/2018 (mise à jour: 12/06/2018)

Des poliovirus circulants dérivés de souches vaccinales ont été confirmés dans des échantillons environnementaux prélevés à Mogadishu en Somalie et à Nairobi au Kenya. Bien qu’aucun cas clinique de paralysie n’ait été rapporté dans ces deux pays, de nombreuses infections sont asymptomatiques et une circulation du virus dans ces régions ne peut être exclue. Au Nigéria, une circulation de poliovirus vaccinaux a été confirmée dans l’Etat de Jigawa où un cas de paralysie est survenu le 15 avril 2018. L'OMS a renouvellé ses recommandations provisoires de vaccination anti-poliomyélite le 10.05.2018 lors de sa 17e réunion du comité d'urgence qui sont les suivantes :

Etats infectés par le poliovirus sauvage ou vaccinal avec un risque de propagation internationale (catégories 1 + 2 ) : Afghanistan, Pakistan, Somalie, République démocratique du Congo, Nigéria, Syrie, Somalie, Kenya : séjours de plus de 4 semaines : tous les ressortissants, expatriés et voyageurs dans ces pays doivent prouver à leur sortie (douane, aéroports) qu’ils ont reçu une dose de vaccin contre la poliomyélite au cours des 12 derniers mois (documentée dans un certificat de vaccination internationale).

Etats qui n’ont plus détecté de poliovirus sauvage ou vaccinal mais qui restent à risque d'une ré-introduction du virus (catégorie 3): Cameroun, Niger, Tchad, République centrafricaine: une immunisation de base contre la poliomyélite et un rappel tous les 10 ans devraient être effectués. Ceci est valable pour les personnes qui se rendent dans les pays des catégories 1 et 2 pour un séjour de moins de 4 semaines.

De plus, d'autres pays sont considérés comme vulnérables à des flambées de polio et pour lesquels une vaccination de base et un rappel tous les 10 ans sont recommandés (professionnels de la santé : référez-vous aux tableaux Santé-voyages du bulletin de l’Office fédéral de santé publique). (Sources : Outbreak News Today 18.5.18 ; Tropimed News 25.5.18; Global Polio Eradication Initiative 29.05.2018; Promed mail Poliomyelitis Update 31.05.2018 ; OMS 17ème réunion du comité d'urgence)

Conséquences pour le voyageur : Tous les résidents suisses devraient avoir reçu une immunisation de base contre la poliomyélite. Un rappel est nécessaire pour les pays à risque selon les critères ci-dessus (à documenter dans un certificat de vaccination international). En plus, le Comité Suisse d'experts en médecine de voyage (CEMV) recommande aussi une vaccination de base contre la polio et un rappel tous les 10 ans pour tous les pays d’Afrique sub-saharienne, ainsi que pour les pays qui ont été classés vulnérables pour des flambées de polio par le « Independent Monitoring Board ».

Destinations : Afghanistan, Afrique, Centrafricaine, République, Cameroun, Kenya, Niger, Nigéria, Pakistan, Somalie, Syrienne, République arabe, Tchad, Congo, La République démocratique du (Kinshasa)

Actualités  Actualités    Autres actualités (4/4)

Recommandations pour groupes à risque de paludisme

03/07/2018 (mise à jour: 09/07/2018)

Le Comité suisse d'experts en médecine des voyages (CEMV) est d’avis que certains groupes de voyageurs pourraient bénéficier de mesures de prévention supplémentaires pour leur protection contre le paludisme, dont la prise d’une prophylaxie médicamenteuse. En effet, le risque de contracter le paludisme varie en fonction du risque d'exposition au moustique vecteur (saison, lieu de séjour et activités) et le risque de paludisme sévère (ou compliqué) est plus élevé chez certaines personnes. Des mesures de prévention supplémentaires pour la protection contre le paludisme sont recommandées pour les groupes de voyageurs suivants :

1) Des voyageurs qui ont un risque d'exposition plus élevé et donc un risque plus élevé de contracter un paludisme :
- Séjours dans des régions rurales incluant des nuitées
- longs séjours (>3 mois)
- personnes qui visitent des amis et de la famille ("visiting friends and relatives") dans leur pays d'origine (surtout dans des régions rurales)

2) Des voyageurs à risque de complications à cause d'un paludisme en raison de leur état de santé (facteurs individuels) :
- femmes enceintes (dont le voyage est urgent et ne peut être reporté)
- personnes (surtout les séniors) avec certaines maladies sous-jacentes complexes / cliniquement pertinentes (p. ex. le diabète contrôlé de façon sous-optimale et d'autres dysfonctionnements métaboliques, asplénie, pathologies cardiovasculaires, rénales ou hépatiques, immunodépression, etc.).

Conséquences pour le voyageur : Ces groupes de voyageurs à risque (voir ci-dessus) devraient consulter pour une évaluation individuelle de leur risque, et en cas de voyage dans certaines régions avec une incidence locale plus élevé de paludisme, une prophylaxie médicamenteuse (chimioprophylaxie) peut leur être recommandée.

Destinations : Monde