Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

PérouPérou

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme).

Risque de paludisme:

  • risque faible: tous les départements <2000 m, surtout Loreto, Madre de Dios, villes de Iquitos et Puerto Maldonado inclus ainsi que les régions orientales reculées de La Libertad et Lambayeque
  • pas de paludisme: province de Lima, villes de Arequipa, Ica, Moquegua, Nazca, Puno et Tacna; régions touristiques des hauts plateaux (Cuzco, Machu Picchu, lac Titicaca), côte pacifique
  • risque minime: Tumbes, la bande côtière pacifique au dessus de Trujillo

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Fièvre jaune, Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination recommandée: voyages dans les zones suivantes <2300 m: régions de Amazonas, Loreto, Madre de Dios, San Martín, Ucayali, Puno, Cusco, Junin, Pasco, Huanuco et parties du NE Ancash, N Apurimac, N et NE Ayacucho, N et E Cajamarca, N Huancavelica, E La Libertad, E Piura; généralement pas recommandée: voyages dans les zones suivantes dans l'ouest des Andes: régions Lambayeque et Tumbes et parties de S/W/central Cajamarca, W Piura;
pas recommandée: >2300 m, régions non listées à l'ouest des Andes, villes Lima et Cusco, Machu Picchu et Inca Trail;
le risque peut varier rapidement

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination. La vaccination contre la fièvre jaune ne peut être effectuée que par un Centre de vaccination et certains médecins.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 24.01.2017

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/6)

Pérou : rage après morsure de chauves-souris

16/01/2017 (mise à jour: 23/01/2017)

Les autorités sanitaires du département de Cusco, au Pérou, ont rapporté des dizaines de cas suspects de rage dans la province de La Convención (au nord de la ville de Cusco et du Machu Picchu). Au moins 85 personnes ont été mordues par des chauves-souris dans les localités amazoniennes de Camana, Mayapo, Puerto Huallana et Alto Pichas. Parmi les victimes se trouvaient 15 soldats qui ont été transférés à Lima et chez qui 2 cas de rage ont été confirmés. Les chauves-souris sont les principaux vecteurs de la rage en Amérique du Sud et les personnes qui dorment à la belle étoile peuvent être plus à risque. La rage est encore largement répandue dans le monde. Elle est causée par un virus transmis par la salive d’animaux infectés (chiens, chats, chauve-souris, rongeurs, etc.) et la maladie est mortelle si aucun traitement n'est donné rapidement : une injection d’immunoglobulines (anticorps contre la rage) et la vaccination post-expositionnelle par 4 doses (ou seulement 2 doses de rappel pour les personnes déjà vaccinées). La vaccination préventive est recommandée pour les séjours de plus d’un mois dans les régions fortement endémiques ou lors d'activités à risque (randonneurs, cyclistes, spéléologues, contact avec animaux, enfants). Les immunoglobulines et vaccins modernes hautement purifiés ne sont pas disponibles dans de nombreuses régions. Evitez tout contact avec un animal inconnu, en particulier s'il semble malade, agressif ou présente un comportement bizarre, ainsi que les grottes pouvant abriter des chauves-souris et évitez de dormir à la belle étoile. (Source : Outbreaknewstoday 31.12.2016)

Conséquences pour le voyageur : Evitez tout contact avec les animaux. En cas de morsure/ griffure, lavez bien la plaie (savon), désinfectez et consultez en urgence un médecin (vaccin post-exposition). La vaccination préventive est recommandée pour les expatriés et voyageurs à risque.

Destinations : Pérou

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/6)

Fièvre jaune en Amérique du Sud

22/11/2016 (mise à jour: 30/11/2016)

Le Brésil, la Colombie et le Pérou ont rapporté des cas humains de fièvre jaune cette année. Au Brésil, 2 cas humains autochtones de fièvre jaune ont été enregistrés cette année (un cas à Bady Bassit dans l’Etat de Sao Paolo et un dans l’Etat de Goia) et un cas a été importé d’Angola. Par ailleurs, 4 singes sont décédés de la fièvre jaune dans l’état de Sao Paolo et le diagnostic de 40 autres singes est en cours. Cette année la Colombie a recensé 12 cas (6 confirmés au laboratoire, 6 classifiés comme probables) dans les départements d’Antioquia, Amazonas, Meta, Vaupés et Vichada. Au Pérou, 75 cas de fièvre jaune dans 9 départements ont été enregistrés depuis le début de l’année (62 cas confirmés, 13 cas probables). Le département Junin est le plus touché avec 50 cas. La fièvre jaune est une maladie virale transmise par les piqûres de moustiques. Elle se manifeste par une fièvre élevée, des frissons, des douleurs musculaires, des maux de tête et des troubles digestifs, suivi chez certains malades d’une jaunisse et des saignements qui peuvent entraîner la mort. Il n'existe pas de traitement spécifique et la vaccination constitue le meilleur moyen de se protéger contre cette maladie. (Sources : Pan American Health Organization (PAHO/ WHO) Epidemiological Update Yellow Fever, 9.11.16, Tropimed News 16.11.2016; International Society for Infectious Diseases, Promedmail 10.11.16)

Conséquences pour le voyageur : La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée pour les régions amazoniennes (jungle) à l’est des Andes. Les personnes non vaccinées (contre-indication) doivent impérativement se protéger contre les piqûres de moustiques.

Destinations : Brésil, Colombie, Pérou

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/6)

Flambée de varicelle au Pérou

03/11/2016 (mise à jour: 08/11/2016)

Le ministère de la Santé du Pérou a émis une alerte épidémiologique concernant une flambée de varicelle dans la région de La Libertad au nord-ouest du Pérou. L’épidémie aurait commencé en septembre 2016 dans la ville de Trujillo. Jusqu’au 17.10.2016, 79 cas de varicelle, dont 21 avec des complications nécessitant une hospitalisation et 5 décès ont été recensés dans la région. Ce nombre élevé de décès de la varicelle est inhabituel et pourrait être attribué à des facteurs socioéconomiques dans la région. Une autre flambée de varicelle est également rapportée dans la région de Piura (aussi au nord-ouest du pays) avec 162 cas recensés (jusqu’au 19 octobre 2016), mais la maladie dans cette région serait de type bénigne avec peu de complications. La varicelle est une maladie virale très contagieuse, transmise par des gouttelettes respiratoires infectées ou par contact direct avec la peau d’un malade. Elle se manifeste généralement par une éruption cutanée très prurigineuse de vésicules et peut provoquer de la fièvre. La maladie est généralement bénigne mais peut dans de rares cas entraîner une pneumonie ou une encéphalite. Elle est dangereuse pour les femmes enceintes et les personnes avec une immunité réduite. Les complications augmentent avec l’âge. Un vaccin est disponible. (Sources : fitfortravel.nhs.uk 24.10.2016 ; Ministère de la Santé du Pérou, Alerte épidémiologique du 18.10.2016 : « ACTUALIZACIÓN: COMPORTAMIENTO INUSUAL ASOCIADO A SEVERIDAD DE CASOS DE VARICELA EN LA LIBERTAD » ; International Society for Infectious Diseases Promedmail 24.10.16 ; http://rpp.pe : Rpp Noticias : « Piura: 162 casos de varicela común se reportan en la región », 19.10.2016 )

Conséquences pour le voyageur : Le vaccin contre la varicelle est recommandé aux adolescents et jeunes adultes n'ayant pas développé la varicelle dans l'enfance. Par ailleurs, vous pouvez être interdit de vol en avion en cas de varicelle.

Destinations : Pérou

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (4/6)

Virus Zika aux Amériques et risques pour les femmes enceintes

25/07/2016 (mise à jour: 14/12/2016)

L’épidémie au virus Zika continue de progresser aux Amériques depuis la première apparition du virus sur le continent en mai 2015. Les pays avec une transmission active du virus Zika (au 13 décembre 2016) sont:
Caraïbes : Anguilla, Antigua-et-Barbuda, Aruba, Bahamas, Barbade, Bonaire, Cuba, Curaçao, Dominique, Grenade, Guadeloupe, Haïti, Iles Caïman, , Îles Vierges britaniques, Jamaïque, Martinique, Montserrat, Puerto Rico, République Dominicaine, Saba, Saint-Barthélemy, Saint-Eustache,  Sainte- Lucie, Saint Martin (parties française et néerlandaise), Saint-Vincent-et-les Grenadines, Saint Thomas / Îles Vierges (US),  St. Kitts and Nevis (St.Christophe-et-Nieves), Turks-et-Caïcos, Trinidad et Tobago,  .
Amérique centrale : Bélize, Costa Rica, El Salvador, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama.
Amérique du Sud : Argentine, Brésil, Bolivie, Colombie, Équateur, Guyana, Guyane française, Paraguay, Pérou, Suriname, Venezuela.

L’Organisation mondiale de la Santé a décrété que l’épidémie au virus Zika constitue une urgence de santé publique de portée internationale. Suite aux résultats de nombreuses études, les scientifiques ont conclu que le virus Zika peut causer des microcéphalies et d’autres atteintes neurologiques chez le fœtus, ainsi que les atteintes neurologiques du syndrome de Guillain-Barré. De nombreux pays ont rapporté des malformations fœtales (dont des microcéphalies) associées à une infection au virus Zika et recensé une augmentation de l’incidence des cas de syndrome de Guillain Barré (SGB) dans le contexte d’une circulation du virus Zika ou d’une infection confirmée au virus Zika.  Les experts suisses en médecine des voyages recommandent aux femmes enceintes (quel que soit le trimestre de grossesse) de ne PAS se rendre dans les régions avec une circulation active du virus Zika. Les femmes qui souhaitent un enfant devraient attendre plusieurs mois après leur retour d'une région à transmission Zika et consulter leur médecin/ gynécologue avant de planifier une grossesse. Par ailleurs, le virus Zika peut survivre dans le sperme et il existe un risque de transmission lors de relations sexuelles non protégées. L’emploi d’un préservatif est conseillé au retour d’une zone à transmission active du virus Zika (durant 6 mois pour les homms, 2 mois pour les femmes) et, si la partenaire est enceinte, durant toute la grossesse.

Le virus Zika (un flavivirus) est transmis par des moustiques (de type Aedes) qui piquent la journée et sont présents dans de nombreuses régions tropicales d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine. Les symptômes ressemblent à celles d’autres arboviroses (comme la dengue et le Chikungunya). Environ 80% des infections seraient asymptomatiques. Les manifestations cliniques sont généralement peu sévères, d’une durée entre 5 et 7 jours: une fièvre, une éruption de boutons rouges (rash) avec des démangeaisons, des douleurs aux articulations, une conjonctivite (yeux rouges), parfois des maux de tête et douleurs musculaires. Des complications neurologiques (Syndrome de Guillain-Barré) et immunologiques peuvent survenir mais semblent rares. Il n’y a pas de vaccin ni de traitement spécifique. On peut diminuer le risque d’infection en se protégeant contre les piqûres de moustiques toute la journée. Pour plus d'informations sur la maladie et la liste des pays avec transmission du virus Zika active, consultez le site des CDC, "Areas with Zika" et le lien ci-dessous (Maladie: Infection à virus Zika). La déclaration d'une infection au virus Zika (ZIKV) à l'Office fédéral de la santé publique dans les 24h est obligatoire en Suisse depuis le 5 mars 2016. (Sources : Centres for Disease Control and Prevention :  Travel Notices January to December 2016, Tropimed News 2.11.2016) 

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques 24h/24 (Zika le jour, malaria la nuit). Baissez la fièvre avec le paracétamol (évitez l'Aspirine et les anti-inflammatoires non stéroïdiens). Les voyages dans ces régions sont déconseillés aux femmes enceintes.

Destinations : Amérique

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (5/6)

Epidémies de dengue dans le monde en 2016

23/01/2017 (mise à jour: 23/01/2017)

Les épidémies de fièvre dengue continuent à toucher de vastes régions du monde. Aux Amériques et dans les Caraïbes, le Pan American Health Organization (PAHO) a recensé un nombre spectaculaire de cas de dengue en 2016, avec plus de 2,2 millions de cas confirmés et probables, ayant causé 947 décès. Les pays les plus touchés sont le Brésil, le Paraguay, le Mexique et la Colombie. En Asie, les pays ayant signalé le plus grand nombre de cas l’année dernière sont l’Inde (111'800 cas), la Malaisie (100'028 cas), le Vietnam (79'204 cas, augmentation de 96% par rapport aux années précédentes), le Sri Lanka (49'930 cas) et la Thaïlande (57'425 cas). La Chine a rapporté 2'098 cas, moins qu’en 2015. Le Laos a triplé son nombre de cas (5'373). A Singapour, le nombre total de cas était de 13'051, 20% de plus que l’année passée. Dans la région du Pacifique, ce sont les Philippines les plus touchés avec 176'411 cas. L’Australie a rapporté 2'106 cas, la Nouvelle Calédonie 730 cas, et les îles Salomon 6'294 cas en 2016.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu’entre 50 à 100 millions de personnes sont infectées chaque année par cette maladie virale transmise par des moustiques qui piquent la journée (activité maximale à l’aube et quelques heures avant le coucher du soleil), et qui se reproduisent dans les villes et les régions périurbaines, en particulier pendant la saison des pluies. Les manifestations cliniques sont une fièvre élevée, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et une éruption cutanée (rash). La maladie est généralement bénigne et guérit spontanément après 10 jours. Plus rarement elle peut être grave et entraîner des saignements.  Comme il n'existe aucun vaccin pour les voyageurs ni de traitement spécifique contre la maladie, il est important de vous protéger contre les piqûres de moustique toute la journée. (Source: European Centre for Disease Prevention and Control, Communicable disease threats report, 8-14 January 2017, week 2)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous des piqûres de moustiques toute la journée, même en ville. En cas de fièvre, le paludisme (malaria) doit être exclu si région de transmission. Baissez la fièvre avec du paracétamol (évitez l'Aspirine®: risque de saignement).

Destinations : Monde

Actualités  Actualités    Autres actualités (6/6)

Bonne Année, voyagez en pleine santé !

26/12/2016 (mise à jour: 09/01/2017)

Toute l'équipe de la rédaction de SAFETRAVEL et des experts en médecine des voyages vous souhaitent un Joyeux Noël, une Bonne Année, et de nombreux voyages en bonne santé !

Conséquences pour le voyageur : N'oubliez pas de consulter www.Safetravel.ch et votre médecin avant de partir pour rester en bonne santé et bien profiter de vos voyages en 2017.

Destinations : Monde