Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

PérouPérou

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme).

Risque de paludisme:

  • risque modéré / faible : <2300 m à l'est des Andes dans les provinces Loreto (également à Iquitos), Amazonas, San Martin, Junin, Ucayali, Ayacucho (région du fleuve Apurimac)
  • pas de paludisme : provinces de Lima, Ancash, Moquegua, Tacna; régions touristiques des hauts plateaux (Cuzco, Machu Picchu, lac Titicaca)
  • risque minime : <2300 m dans toutes les provinces pas citées ci-dessus ainsi que à l'ouest des Andes <2300 m dans les provinces Tumbes, Piura, bande côtière du Pacifique
  • Spécifique : Loreto (risque le plus élevé, avec environ 20% P. falciparum, également à Iquitos)

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Fièvre jaune, Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination recommandée: voyages dans les zones suivantes <2300 m: régions de Amazonas, Loreto, Madre de Dios, San Martín, Ucayali, Puno, Cusco, Junin, Pasco, Huanuco et parties du NE Ancash, N Apurimac, N et NE Ayacucho, N et E Cajamarca, N Huancavelica, E La Libertad, E Piura; généralement pas recommandée: voyages dans les zones suivantes dans l'ouest des Andes: régions Lambayeque et Tumbes et parties de S/W/central Cajamarca, W Piura;
pas recommandée: >2300 m, régions non listées à l'ouest des Andes, villes Lima et Cusco, Machu Picchu et Inca Trail;
le risque peut varier rapidement

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination. La vaccination contre la fièvre jaune ne peut être effectuée que par un Centre de vaccination et certains médecins.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 21.10.2017

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/4)

Transmission du virus Zika dans le monde

28/08/2017 (mise à jour: 06/09/2017)

Plusieurs épidémies au virus Zika continuent de progresser dans le monde, en particulier aux Amériques et en Asie. Le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) met à jour régulièrement une liste de pays avec un risque de transmission du virus Zika: Current Zika Transmission worldwide. Avant de partir en voyage, en particulier si vous envisagez une grossesse ou si votre partenaire est enceinte, consultez cette liste ainsi que les informations sur la maladie (lien ci-dessous). Une précision: le Comité suisse des Experts en Médecine des Voyages estime qu’il existe un haut risque de transmission du virus Zika à Haiti et en Papouasie Nouvelle Guinée (même si ces pays sont indiqués comme à risque modéré par l’ ECDC). Le virus Zika est transmis par des moustiques qui piquent la journée et sont présents dans de nombreuses régions tropicales. Environ 80% des infections seraient asymptomatiques. Les manifestations cliniques sont généralement peu sévères, d’une durée entre 5 et 7 jours: une fièvre, une éruption de boutons rouges (rash) avec des démangeaisons, des douleurs aux articulations, une conjonctivite (yeux rouges), parfois des maux de tête et douleurs musculaires. Des complications neurologiques (Syndrome de Guillain-Barré) et immunologiques peuvent survenir. Il n’existe ni vaccin ni thérapie spécifique contre le virus Zika. On peut diminuer le risque en se protégeant contre les piqûres de moustiques toute la journée et en soirée, et, pour éviter une transmission par voie sexuelle du virus, en utilisant des préservatifs (ou Femidom). Attention : la situation est particulière pour les femmes enceintes et les couples avec un désir d’enfant en raison du risque de malformations fœtales sévères (microcéphalie et atteintes oculaires, auditives et neurologiques) causée par une infection au virus Zika durant la grossesse (quel que soit le trimestre) : il est formellement déconseillé aux femmes enceintes de voyager dans les pays avec une transmission active du virus. (Sources: ECDC « Current Zika Transmission worldwide” 27.07.2017; Tropimed News 23.08.2017)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques toute la journée et à la tombée de la nuit. Suivez l’évolution des épidémies car la situation locale peut rapidement changer. Les régions à transmission active sont déconseillés aux femmes enceintes ou désirant enfant.

Destinations : Afrique, Amérique, Asie

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/4)

Epidémie de Chikungunya au Brésil et aux Amériques

19/06/2017 (mise à jour: 27/06/2017)

L’épidémie de fièvre de chikungunya qui a débuté fin 2013 à Saint Martin et qui s’est répandue aux Caraïbes et aux Amériques (Centrale, Sud et Nord) continue. Le Pan American Health Organization (PAHO) et l’Organisation mondiale de la Santé (OMS) ont recensé 347'876 cas suspects de Chikungunya aux Amériques en 2016. Le nombre de cas non rapportés est important. Depuis le début de l’année 2017, près de 59'000 cas suspectés ont été recensés (jusqu’au 9 juin 2017). La grande majorité provient du Brésil (environ 53'000 cas, dont 13 décès). La fièvre de Chikungunya est causée par un virus transmis par des moustiques piquant le jour et à la tombée de la nuit. Le plus souvent bénigne, elle se manifeste par de la fièvre, d'importantes douleurs articulaires (genoux, chevilles et petites articulations des mains et pieds), et parfois une rougeur de la peau et des symptômes grippaux. La guérison en une semaine est de règle mais les douleurs articulaires peuvent durer plusieurs mois. Les personnes les plus à risque sont les malades chroniques, les enfants en bas âge et les femmes enceintes. Rarement, surtout chez les enfants, elle peut causer une méningite. Il n’existe pas de vaccin et le traitement est symptomatique (anti-douleurs, anti-inflammatoires). (Sources: PAHO/ WHO: Number of Reported Cases of Chikungunya fever in the Americas, Epidemiological Week 1, 6 January 2017 + Week 23, 9 June 2017; Tropimed News 07.06.2017)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques toute la journée, en particulier en fin d’après-midi et en soirée. En cas de symptômes consultez un médecin (aussi pour exclure la dengue et une infection au virus zika).

Destinations : Amérique, Brésil

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/4)

Transmission du virus Zika aux Amériques (update)

03/05/2017 (mise à jour: 08/05/2017)

L’épidémie au virus Zika continue de progresser aux Amériques. Les voyageurs ont un haut risque de contracter le virus Zika dans les pays suivants (au 13.04.2017):

Caraïbes : Anguilla, Antigua et Barbuda, Aruba, Bahamas, Barbade, Bonaire, Îles vierges britanniques, Îles Caïmans, Curaçao, Cuba, Île de la Dominique, Rép. Dominicaine, Grenade, Guadeloupe, (Haïti), Jamaïque, Martinique, Montserrat, Porto Rico, Saba (NL), Saint Barthélemy, St. Christophe-et-Nieves, Saint-Eustache (NL), Sainte-Lucie, Saint-Martin, Saint-Vincent-et-Les-Grenadines, St-Maarten (Pays-Bas), Iles Turques et Caïques (UK), Trinidad & Tobago, Îles vierges des États-Unis
Amérique centrale : Belize, El Salvador, Costa Rica, Guatemala, Honduras, Mexique, Nicaragua, Panama
Amérique du Sud : Argentine, Brésil, Bolivie, Équateur, Guyane, Guyane française, Colombie, Paraguay, Pérou, Suriname, Venezuela
États-Unis : Floride, Texas

Le virus Zika est transmis par des moustiques qui piquent la journée et sont présents dans de nombreuses régions tropicales. Environ 80% des infections seraient asymptomatiques. Les manifestations cliniques sont généralement peu sévères, d’une durée entre 5 et 7 jours: une fièvre, une éruption de boutons rouges (rash) avec des démangeaisons, des douleurs aux articulations, une conjonctivite (yeux rouges), parfois des maux de tête et douleurs musculaires. Des complications neurologiques (Syndrome de Guillain-Barré) et immunologiques peuvent survenir. Il n’existe ni vaccin ni thérapie spécifique contre le virus Zika. On peut diminuer le risque en se protégeant contre les piqûres de moustiques toute la journée et en soirée, et, pour éviter une transmission par voie sexuelle du virus, en utilisant des préservatifs (ou Femidom). Attention : La situation est particulière pour les femmes enceintes en raison du risque de malformations sévères du bébé : il leur est formellement déconseillé de voyager dans les pays avec une transmission active du virus Zika (l’évolution des épidémies locales est à suivre attentivement et il faudrait demander conseil à leur médecin avant un voyage en Asie/ Océanie). (Sources: Tropimed News 26.04.2017; Centers for Disease Control and Prevention (CDC) “Zika Travel Information” ; European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) 18.04.17 “Current Zika transmission”)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques 24h/24. Consultez un centre médical si symptômes. Suivez l’évolution des épidémies. Les régions à transmission active sont déconseillés aux femmes enceintes ou désirant enfant.

Destinations : Amérique

Actualités  Actualités    Autres actualités (4/4)

Zika et grossesse

19/05/2017 (mise à jour: 29/05/2017)

En 2016, près de 1300 femmes enceintes ont été rapportées au « U.S. Zika Pregnancy Registry » aux USA pour avoir une possible infection Zika. Sur les 250 femmes enceintes ayant eu une infection par le virus Zika confirmée par des examens de laboratoire, environ une sur 10 (10 %) a eu un bébé présentant des lésions compatibles avec les malformations fœtales causées par le virus Zika. La plupart des femmes enceintes se sont contaminées pendant un voyage dans une zone avec une transmission connue du virus Zika. Le risque d'une anomalie congénitale a été le plus élevé lors de l’infection au premier trimestre de la grossesse avec 15% des bébés présentant une lésion à la naissance.

Les recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages (CEMV) Suisse sont les suivantes : Il est déconseillé à toutes les femmes enceintes (dans n'importe quel trimestre) ainsi qu'aux femmes ne voulant pas exclure une grossesse pendant leur voyage, de se rendre dans les régions d'endémie du virus Zika. Si un voyage est indispensable, une consultation détaillée en médecine de voyage avant le départ est nécessaire et une protection optimale contre les moustiques indispensable ! Toute femme enceinte ayant visité une région de transmission du virus Zika doit absolument en parler à son gynécologue à son retour pour un suivi optimal de la grossesse. Si le partenaire d’une femme enceinte a été possiblement exposé au virus ZIKA, l’emploi d’un préservatif et le respect des règles du "safe sex" sont nécessaires durant toute la grossesse en raison du risque de transmission par voie sexuelle du virus. Les femmes qui souhaitent un enfant qui doivent néanmoins se rendre dans une région de transmission du virus Zika devraient pratiquer une contraception durant leur voyage et consulter leur médecin avant de planifier une grossesse. (Sources : CDC press release, 04.04.2017 « About 1 in 10 U.S. pregnant women with confirmed Zika infection had a fetus or baby with birth defects in 2016” ; Tropimed News 12.04.2017)

Conséquences pour le voyageur : Suivez l’évolution des épidémies. Il est déconseillé aux femmes enceintes ou désirant enfant de se rendre dans les régions d’endémie du virus Zika.

Destinations : Monde