Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

PanamaPanama

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme).

Risque de paludisme:

  • risque modéré / faible : provinces à l'est du canal, surtout Darién
  • risque minime : dans les provinces à l'ouest du canal (surtout Ngöbe-Buglé)

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Fièvre jaune, Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire: pour les voyageurs en provenance du Brésil, sauf pour les personnes > 60 ans et en cas de transit au Panama; la vaccination doit avoir été administrée 10 jours avant l'entrée dans le pays; vaccination recommandée: à l'est du canal, régions autonomes d'Emberá et Kuna Yala, province de Darién, parties des provinces Colón et Panamá à l'est de la zone du canal; pas recommandée: voyages seulement à l'ouest et dans la zone du canal, ville de Panamá, îles de San Blas et Balboa (Pearl Islands)

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination. La vaccination contre la fièvre jaune ne peut être effectuée que par un Centre de vaccination et certains médecins.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 26.09.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/3)

Amérique : flambées de rougeole

20/08/2018 (mise à jour: 28/08/2018)

Le Pan American Health Organization (PAHO) a rapporté une augmentation des cas de rougeole recensés aux Amériques. Jusqu’au 20 juillet 2018, 2’472 cas confirmés de rougeole ont été signalés dans 11 pays d’Amérique, ce qui représente une augmentation de 45% depuis le relevé épidémiologique du 8 juin. La plupart des cas (> 92%) proviennent du Venezuela (1613 cas) et du Brésil (677), suivi des États-Unis (91), Colombie (40), Canada (19), Equateur (17), Argentine (5), Mexique (5), Pérou (3), Antigua-et-Barbuda (1) et Guatemala (1). Les voyages peuvent augmenter le risque d’exposition au virus de la rougeole ainsi que sa propagation à des populations sensibles non vaccinées (dont les bébés). La maladie peut occasionner de graves complications, telles une encéphalite ou une pneumonie, voire le décès dans de rares cas. La vaccination (2 doses) confère une excellente protection. (Sources : Tropimed News 06.08.18, International Society for Infectious Diseases Promedmail 02.08.18 ; PAHO 24.07.2018)

Conséquences pour le voyageur : La vérification de la protection contre la rougeole devrait toujours faire partie d'une consultation en médecine de voyage. Recommandations suisses : toutes les personnes nées après 1963 qui n'ont pas d'immunité confirmée contre l'infection (taux d'anticorps ou certificat mentionnant 2 doses de vaccin) doivent recevoir deux doses de vaccin ROR.

Destinations : Antigua-et-Barbuda, Amérique, Argentine, Brésil, Canada, Colombie, Équateur, Guatemala, Mexique, Pérou, États-Unis (USA), Venezuela

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/3)

Amériques, Caraïbes : Dengue et Chikungunya

06/02/2018 (mise à jour: 12/02/2018)

Le Pan American Health Organization (PAHO) a recensé 578’690 cas de dengue aux Amériques et dans les Caraïbes en 2017. Les pays les plus touchés sont le Brésil (252’054 cas), le Mexique (89’893), le Pérou (76’093) et le Nicaragua (64’712). L’année dernière près de 185'000 cas de fièvre de Chikungunya ont aussi été recensés, dont 93% au Brésil. Ces maladies virales sont transmises par des moustiques qui piquent la journée, en particulier dans les villes pendant et juste après la saison des pluies. (Sources : ECDC, CDTR week 4, 26.01.2018, PAHO Dengue Week 52 2017)

Conséquences pour le voyageur : Une protection optimale contre les moustiques le jour et en début de soirée est recommandée, y compris dans les villes. Traitez la fièvre avec des médicaments à base de paracétamol et un apport liquidien suffisant. Ne prenez pas d'aspirine (risque d’hémorragie). En cas de fièvre, le paludisme (malaria) doit être exclu dans les régions de transmission.

Destinations : Amérique

Actualités  Actualités    Autres actualités (3/3)

Recommandations pour groupes à risque de paludisme

03/07/2018 (mise à jour: 09/07/2018)

Le Comité suisse d'experts en médecine des voyages (CEMV) est d’avis que certains groupes de voyageurs pourraient bénéficier de mesures de prévention supplémentaires pour leur protection contre le paludisme, dont la prise d’une prophylaxie médicamenteuse. En effet, le risque de contracter le paludisme varie en fonction du risque d'exposition au moustique vecteur (saison, lieu de séjour et activités) et le risque de paludisme sévère (ou compliqué) est plus élevé chez certaines personnes. Des mesures de prévention supplémentaires pour la protection contre le paludisme sont recommandées pour les groupes de voyageurs suivants :

1) Des voyageurs qui ont un risque d'exposition plus élevé et donc un risque plus élevé de contracter un paludisme :
- Séjours dans des régions rurales incluant des nuitées
- longs séjours (>3 mois)
- personnes qui visitent des amis et de la famille ("visiting friends and relatives") dans leur pays d'origine (surtout dans des régions rurales)

2) Des voyageurs à risque de complications à cause d'un paludisme en raison de leur état de santé (facteurs individuels) :
- femmes enceintes (dont le voyage est urgent et ne peut être reporté)
- personnes (surtout les séniors) avec certaines maladies sous-jacentes complexes / cliniquement pertinentes (p. ex. le diabète contrôlé de façon sous-optimale et d'autres dysfonctionnements métaboliques, asplénie, pathologies cardiovasculaires, rénales ou hépatiques, immunodépression, etc.).

Conséquences pour le voyageur : Ces groupes de voyageurs à risque (voir ci-dessus) devraient consulter pour une évaluation individuelle de leur risque, et en cas de voyage dans certaines régions avec une incidence locale plus élevé de paludisme, une prophylaxie médicamenteuse (chimioprophylaxie) peut leur être recommandée.

Destinations : Monde