Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

MozambiqueMozambique

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire de prendre un médicament (chimioprophylaxie) avant, pendant et après le voyage.

Risque de paludisme:

  • haut risque: tout le pays y compris les villes

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage, Choléra

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 Condition d’entrée du pays :
vaccination obligatoire
uniquement si provenance dans les 6 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone)

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 19.04.2019

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (1/3)

Mozambique : poliomyélite vaccinale

05/02/2019 (mise à jour: 12/02/2019)

L’OMS a rapporté deux cas d’infection au poliovirus d’origine vaccinale de type 2 (PVDVc2) dans le district de Molumbo (province de Zambézie) au Mozambique. Il s’agit d’une fillette de 6 ans (non vaccinée) qui a présenté une paralysie flasque le 21.10.2018 et un enfant de 1 an ayant eu un contact communautaire avec elle.

Les poliovirus de souche vaccinale sont dérivés de vaccins vivants atténués qui peuvent parfois causer la maladie et circuler dans certaines populations non ou insuffisamment immunisées. Le vaccin contre la polio utilisé en Suisse (et la plupart des pays industrialisés) est élaboré à partir d’un virus inactivé et est donc sans risque car le virus n’est pas vivant. Comme de nombreuses infections sont asymptomatiques, une circulation du virus dans ces régions ne peut être exclue, et peut représenter un risque majeur de santé publique. La poliomyélite est causée par un virus transmis généralement par l’eau ou les aliments contaminés et peut causer une paralysie définitive invalidante. Elle peut être très efficacement prévenue par la vaccination (5 doses dans l’enfance ou 3 à l’âge adulte). (Sources : OMS, Disease Outbreak News 25.01.2019 ; OMS Déclaration de la 19ème Réunion du comité d’urgence du RSI concernant la propagation internationale du poliovirus 30.11.18)

Conséquences pour le voyageur : Le Mozambique fait nouvellement partie des pays avec des recommandations temporaires de vaccination contre la poliomyélite (Catégorie 2 OMS : États infectés avec PVDVc2 avec un risque potentiel de propagation internationale). Les personnes qui séjournent plus que 4 semaines dans le pays, doivent avoir reçu une vaccination anti-poliomyélite de rappel (IPV) remontant à 12 mois au maximum (documentée dans un certificat de vaccination internationale) en partant. Lors de séjours de moins de 4 semaines : une immunisation de base contre la poliomyélite et un rappel tous les 10 ans sont recommandés.

Destinations : Mozambique

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/3)

Afrique : épidémies de méningite (Update)

10/04/2019 (mise à jour: 10/04/2019)

L’Organisation mondiale de la santé (OMS) rapporte des cas de méningite à méningocoques dans plusieurs pays de la « ceinture de la méningite » avec un total cumulé de 6'233 cas cliniques suspectés de méningite (dont 401 décès) recensés depuis le début de l’année (jusqu’au 24 mars 2019). Les pays ayant signalé des régions en épidémie cette année sont: le Ghana (régions du Northern et du Upper West), le Tchad (Région du Mandoul), le Burkina Faso (district de Diapaga au sud-est), le Nigeria (Borgu dans l’Etat du Niger à l'est et Malumfashi dans l’Etat de Katsina), et le Togo (Région des Savanes, district de Kpendjal Ouest). Par ailleurs, des régions avec une augmentation des cas et/ou des districts en phase d’alerte (sans atteinte du seuil épidémique) ont été rapportés dans les pays suivants: le Burkina Faso, le Ghana, le Tchad, le Cameroun, la Gambie, le Nigeria, le Bénin, le Togo et la République Centreafricaine. En raison d’un retard dans la notification des cas de méningite et de l’identification du germe, il est difficile de connaître la situation épidémiologique actuelle dans plusieurs pays.

Dans les pays de « la ceinture de la méningite » en Afrique sub-saharienne des épidémies de méningite sont fréquentes pendant la saison sèche qui survient généralement de décembre à juin. Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies. Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les méningocoques A, C, W et X. Ces dernières années des cas de méningite à pneumocoques ont aussi été observés. La méningite est transmise par contact direct (par gouttelettes respiratoires). En cas de symptômes (fièvre élevée, maux de tête, raideur de la nuque) il faut consulter immédiatement un médecin pour débuter un traitement antibiotique car l'évolution peut être foudroyante et devenir fatale en quelques heures. Un vaccin préventif contre les principales souches de méningocoques est disponible pour les adultes et enfants de plus d'un an. (Sources : OMS Emergencies, Meningoccal meningitis weekly bulletins / Bulletins hebdomadaires sur la méningite cérébro-spinale semaines 1 à 12, 2019; Nigéria : Voir Actualité du 15.01.2019)

Conséquences pour le voyageur : La vaccination antiméningococcique avec le vaccin conjugué quadrivalent (Menveo® ou Nimenrix®) est recommandée en cas de séjour >30 jours ou selon le risque individuel (contacts étroits avec des personnes, travail dans des institutions sanitaires, hébergement fortement occupé, risque général d’épidémie). En cas d'épidémie, la vaccination est recommandée pour les séjours > 7 jours ou lors de contact étroit avec la population.

Destinations : Afrique, Burkina Faso, Bénin, Centrafricaine, République, Cameroun, Ghana, Gambie, Nigeria, Tchad, Togo

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (3/3)

Europe, monde : Epidémies de rougeole

20/03/2019 (mise à jour: 27/03/2019)

Le nombre de cas de rougeole a fortement augmenté l’année dernière, en Europe comme dans le monde, et le virus continue de circuler dans de nombreux pays. En 2018 l'OMS a recensé 82'596 cas de rougeole dans la Région européenne où 72 personnes sont décédées de la maladie. C’est le nombre de cas le plus élevé de la décennie (3 fois le total de 2017 et 15 fois les chiffres de 2016 !), en grande partie en raison des 54'000 cas en Ukraine. Cette année de nombreux pays ont rapporté des flambées, dont l’Ukraine (26'544 cas dont 10 mortels depuis début 2019), la France (244 cas), l’Italie (165 cas), l’Allemagne (120 cas), l’Autriche (52 cas) et la Suisse (50 cas).

Au niveau mondial, plusieurs pays continuent de rapporter des épidémies de grande envergure dont Madagascar qui signale 86’985 cas dont 1’141 décès depuis le début de l’épidémie en septembre 2018. Les Philippines ont enregistré 18'553 cas depuis le début de l’année, dont 2'524 cas rien que la semaine passée. Les voyages peuvent augmenter le risque d’exposition au virus de la rougeole ainsi que sa propagation à des populations sensibles non vaccinées (dont les bébés). La maladie peut occasionner de graves complications, telles une encéphalite ou une pneumonie, voire le décès dans de rares cas. La vaccination (2 doses) confère une excellente protection. (Sources : OMS 07.02.2019 ; « Tropimed Epinews 13.3.2019, outbreaknewstoday 9. +13.3.2019)

Conséquences pour le voyageur : Tous les enfants dès l’âge de 12 mois ainsi que les personnes nées après 1963 qui n'ont pas une immunité confirmée contre la rougeole (maladie documentée, taux d'anticorps ou certificat mentionnant 2 doses de vaccin) devraient être vaccinés avec 2 doses de vaccin (contre-indication si grossesse ou déficit immunitaire sévère). La vaccination est recommandée dès l'âge de 6 mois en cas d'épidémie dans les environs ou en cas de contact avec un cas de rougeole.

Destinations : Europe, Monde