Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

MyanmarMyanmar

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme).

Risque de paludisme:

  • risque modéré / faible : <1000 m, surtout au nord-ouest et sud (résistance à la méfloquine à Pégou (Bago), Kachin, Kayah, Kayin, Shan, Tanintharayi)
  • pas de paludisme: >2000 m, villes de Yangon (Rangoun) et de Mandalay
  • risque minime : > 1000 m - 2000 m

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage, Encéphalite japonaise

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 Condition d’entrée du pays :
vaccination obligatoire
uniquement si provenance dans les 6 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone)

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 17.07.2019

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (1/3)

Guatemala : Poliovirus vaccinaux dans échantillons environnementaux Myanmar : Suspicion de poliovirus vaccinaux circula

15/07/2019

Au Guatemala, deux échantillons environnementaux de poliovirus d’origine vaccinale de type 1 et 3 (VDPV1 et 3) ont été identifiés. Jusqu'à présent, aucun cas de paralysie flasque aiguë n'a été enregistré. Entre 2014 et 2018, la couverture vaccinale contre la poliomyélite était entre 65 % et 90 %, et 85 % en 2018. La situation est jugée préoccupante en raison de l'insuffisance de la couverture vaccinale contre la poliomyélite et de la forte mobilité de la population. Au Myanmar, un cas d’infection avec le poliovirus vaccinal circulant 1 (PVDVc1) a été rapporté dans l’état de Kayah. La confirmation officielle est toujours en attente. Le dernier cas de PVDVc est survenu au Myanmar en 2015 et le dernier cas de poliovirus sauvage en 1996. Selon « Polioeradication », le Myanmar est l'un des principaux pays à risque, c'est-à-dire des pays où la récurrence de la poliomyélite augmente en raison de la faible couverture vaccinale et des lacunes de la surveillance de cette dernière. Les poliovirus de souche vaccinale sont dérivés de vaccins vivants atténués qui peuvent parfois causer la maladie et circuler dans certaines populations non ou insuffisamment immunisées. Le vaccin contre la polio utilisé en Suisse (et la plupart des pays industrialisés) est élaboré à partir d’un virus inactivé et est donc sans risque car le virus n’est pas vivant. Comme de nombreuses infections sont asymptomatiques, une circulation du virus dans ces régions ne peut être exclue, et peut représenter un risque majeur de santé publique. La poliomyélite est causée par un virus transmis généralement par l’eau ou les aliments contaminés et peut causer une paralysie définitive invalidante. Elle peut être très efficacement prévenue par la vaccination (5 doses dans l’enfance ou 3 à l’âge adulte). (Sources : Tropimed Epinews 5.7.2019, OMS 3.7.2019 Polioeradication)

Conséquences pour le voyageur : Le risque pour les voyageurs est faible. Hygiène optimale des aliments et de l'eau potable. Lors de voyages au Guatemala (nouveau !) et au Myanmar : vaccination de base contre la polio et vaccination de rappel après 10 ans.

Destinations : Guatemala, Myanmar

Actualit�s  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/3)

Asie: épidémies de dengue de grande ampleur

30/04/2019 (mise à jour: 08/05/2019)

Plusieurs pays d’Asie rapportent des épidémies de dengue de grande ampleur cette année. Durant les 3 premiers mois de l’année 2019, les Philippines ont recensé 55'976 cas dont 227 décès (une nette augmentation par rapport à 31'247 cas et 168 décès fin mars 2018), le Vietnam (48’647 cas, trois fois plus qu’en 2018), la Malaisie (36'285 cas dont 59 décès, plus du double de 2018). Le Sri Lanka, le Cambodge, le Laos, et les Maldives rapportent également un grand nombre de cas.

Ces dernières décennies, la transmission de la dengue a fortement augmenté dans les pays tropicaux et subtropicaux. Il s’agit d’une maladie virale transmise par des moustiques qui piquent la journée, en particulier dans les villes pendant et juste après la saison des pluies. Les manifestations cliniques sont une fièvre élevée, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et une éruption cutanée (rash). La maladie est généralement bénigne et guérit spontanément après 10 jours. Plus rarement elle peut entraîner des saignements. (Sources : WHO Dengue Situation Update 11.04.2019; International Society for Infectious Diseases ProMEDmail 17.04.2019)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous des moustiques toute la journée et en début de soirée, y compris dans les villes (vêtements à manches longues, anti-moustiques). Baissez la fièvre avec des médicaments à base de paracétamol et un apport liquidien suffisant. Ne prenez pas d'aspirine (risque de saignements).

Destinations : Asie, Cambodge, Lao, République démocratique populaire, Sri Lanka, Maldives, Malaisie, Philippines, Viet Nam

Actualit�s  Actualités    Autres actualités (3/3)

Europe, monde : Epidémies de rougeole

20/03/2019 (mise à jour: 27/03/2019)

Le nombre de cas de rougeole a fortement augmenté l’année dernière, en Europe comme dans le monde, et le virus continue de circuler dans de nombreux pays. En 2018 l'OMS a recensé 82'596 cas de rougeole dans la Région européenne où 72 personnes sont décédées de la maladie. C’est le nombre de cas le plus élevé de la décennie (3 fois le total de 2017 et 15 fois les chiffres de 2016 !), en grande partie en raison des 54'000 cas en Ukraine. Cette année de nombreux pays ont rapporté des flambées, dont l’Ukraine (26'544 cas dont 10 mortels depuis début 2019), la France (244 cas), l’Italie (165 cas), l’Allemagne (120 cas), l’Autriche (52 cas) et la Suisse (50 cas).

Au niveau mondial, plusieurs pays continuent de rapporter des épidémies de grande envergure dont Madagascar qui signale 86’985 cas dont 1’141 décès depuis le début de l’épidémie en septembre 2018. Les Philippines ont enregistré 18'553 cas depuis le début de l’année, dont 2'524 cas rien que la semaine passée. Les voyages peuvent augmenter le risque d’exposition au virus de la rougeole ainsi que sa propagation à des populations sensibles non vaccinées (dont les bébés). La maladie peut occasionner de graves complications, telles une encéphalite ou une pneumonie, voire le décès dans de rares cas. La vaccination (2 doses) confère une excellente protection. (Sources : OMS 07.02.2019 ; « Tropimed Epinews 13.3.2019, outbreaknewstoday 9. +13.3.2019)

Conséquences pour le voyageur : Tous les enfants dès l’âge de 12 mois ainsi que les personnes nées après 1963 qui n'ont pas une immunité confirmée contre la rougeole (maladie documentée, taux d'anticorps ou certificat mentionnant 2 doses de vaccin) devraient être vaccinés avec 2 doses de vaccin (contre-indication si grossesse ou déficit immunitaire sévère). La vaccination est recommandée dès l'âge de 6 mois en cas d'épidémie dans les environs ou en cas de contact avec un cas de rougeole.

Destinations : Europe, Monde