Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

MarocMaroc

Paludisme (malaria)

De manière générale, il n'y a pas de paludisme dans le pays. Un risque minimal de paludisme existe dans certaines zones.
Dans tous les cas, il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il n'est donc pas nécessaire de prendre un médicament.

Risque de paludisme:

  • derniers cas autochtones 2010 (P. falciparum) à Casablanca, problablement après importation d'Afrique, sinon P. vivax; déclaré officiellement exempt de paludisme (OMS mai 2010)

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 24.06.2017

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/3)

Epidémies de méningite en Afrique (Update semaine 19)

08/05/2017 (mise à jour: 02/06/2017)

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a rapporté des cas de méningite à méningocoques dans plusieurs pays de la «ceinture de la méningite ». Depuis le début de l’année 2017, un total cumulé de 21'051 cas suspects de méningite (dont 1’414 décès) ont été notifiés à l’OMS. Selon le dernier bulletin de l’OMS de la semaine 19, les pays signalant des régions en épidémie sont: le Niger (épidémie dans le district de Madarounfa), le Nigeria ( 6 districts en épidémie: Mashi, Dange-Shuni, Kware, Sokoto North, Sokoto South et  Wamako. Les autres pays rapportant des districts en phase d’alerte (augmentation des cas sans atteinte du seuil épidémique) sont le Bénin, l'Ethiopie, la Gambie et le Kenya. En raison d’un retard dans la notification des cas de méningite et de l’identification du germe, il est difficile de connaître la situation épidémiologique actuelle dans plusieurs pays. Des épidémies de méningite saisonnières sont fréquentes dans les pays de « la ceinture de la méningite » en Afrique sub-saharienne pendant la saison sèche de décembre à juin. Elles déclinent rapidement avec l'arrivée des pluies. Les sérogroupes généralement responsables de ces épidémies sont les A, C et W135. (Ces dernières années des cas de méningite à pneumocoques ont aussi été observés). La méningite est transmise par contact direct (par gouttelettes respiratoires). En cas de symptômes (fièvre élevée, maux de tête, raideur de la nuque) il faut consulter immédiatement un médecin pour débuter un traitement antibiotique car l'évolution peut être foudroyante et devenir fatale en quelques heures. Un vaccin préventif contre les principales souches de méningocoques est disponible pour les adultes et enfants de plus d'un an. (Sources : OMS Bulletin de rétro-information sur la méningite cérébrospinale Semaine 19, 8-14 May 2017)

Conséquences pour le voyageur : La vaccination contre la méningite à méningocoques quadrivalent (Menveo®: A, C, W135, Y) est recommandée pour des séjours de > 1 mois dans ces pays ou tout voyage à risque augmenté (épidémie locale, contacts étroits avec la population) de > 1 semaine.

Destinations : Afrique, Niger, Nigéria

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/3)

Zika et grossesse

19/05/2017 (mise à jour: 29/05/2017)

En 2016, près de 1300 femmes enceintes ont été rapportées au « U.S. Zika Pregnancy Registry » aux USA pour avoir une possible infection Zika. Sur les 250 femmes enceintes ayant eu une infection par le virus Zika confirmée par des examens de laboratoire, environ une sur 10 (10 %) a eu un bébé présentant des lésions compatibles avec les malformations fœtales causées par le virus Zika. La plupart des femmes enceintes se sont contaminées pendant un voyage dans une zone avec une transmission connue du virus Zika. Le risque d'une anomalie congénitale a été le plus élevé lors de l’infection au premier trimestre de la grossesse avec 15% des bébés présentant une lésion à la naissance.

Les recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages (CEMV) Suisse sont les suivantes : Il est déconseillé à toutes les femmes enceintes (dans n'importe quel trimestre) ainsi qu'aux femmes ne voulant pas exclure une grossesse pendant leur voyage, de se rendre dans les régions d'endémie du virus Zika. Si un voyage est indispensable, une consultation détaillée en médecine de voyage avant le départ est nécessaire et une protection optimale contre les moustiques indispensable ! Toute femme enceinte ayant visité une région de transmission du virus Zika doit absolument en parler à son gynécologue à son retour pour un suivi optimal de la grossesse. Si le partenaire d’une femme enceinte a été possiblement exposé au virus ZIKA, l’emploi d’un préservatif et le respect des règles du "safe sex" sont nécessaires durant toute la grossesse en raison du risque de transmission par voie sexuelle du virus. Les femmes qui souhaitent un enfant qui doivent néanmoins se rendre dans une région de transmission du virus Zika devraient pratiquer une contraception durant leur voyage et consulter leur médecin avant de planifier une grossesse. (Sources : CDC press release, 04.04.2017 « About 1 in 10 U.S. pregnant women with confirmed Zika infection had a fetus or baby with birth defects in 2016” ; Tropimed News 12.04.2017)

Conséquences pour le voyageur : Suivez l’évolution des épidémies. Il est déconseillé aux femmes enceintes ou désirant enfant de se rendre dans les régions d’endémie du virus Zika.

Destinations : Monde

Actualités  Actualités    Autres actualités (3/3)

Epidémies de dengue dans le monde en 2016

23/01/2017 (mise à jour: 31/01/2017)

Les épidémies de fièvre dengue continuent à toucher de vastes régions du monde. Aux Amériques et dans les Caraïbes, le Pan American Health Organization (PAHO) a recensé un nombre spectaculaire de cas de dengue en 2016, avec plus de 2,2 millions de cas confirmés et probables, ayant causé 947 décès. Les pays les plus touchés sont le Brésil, le Paraguay, le Mexique et la Colombie. En Asie, les pays ayant signalé le plus grand nombre de cas l’année dernière sont l’Inde (111'800 cas), la Malaisie (100'028 cas), le Vietnam (79'204 cas, augmentation de 96% par rapport aux années précédentes), le Sri Lanka (49'930 cas) et la Thaïlande (57'425 cas). La Chine a rapporté 2'098 cas, moins qu’en 2015. Le Laos a triplé son nombre de cas (5'373). A Singapour, le nombre total de cas était de 13'051, 20% de plus que l’année passée. Dans la région du Pacifique, ce sont les Philippines les plus touchés avec 176'411 cas. L’Australie a rapporté 2'106 cas, la Nouvelle Calédonie 730 cas, et les îles Salomon 6'294 cas en 2016.
L’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) estime qu’entre 50 à 100 millions de personnes sont infectées chaque année par cette maladie virale transmise par des moustiques qui piquent la journée (activité maximale à l’aube et quelques heures avant le coucher du soleil), et qui se reproduisent dans les villes et les régions périurbaines, en particulier pendant la saison des pluies. Les manifestations cliniques sont une fièvre élevée, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et une éruption cutanée (rash). La maladie est généralement bénigne et guérit spontanément après 10 jours. Plus rarement elle peut être grave et entraîner des saignements.  Comme il n'existe aucun vaccin pour les voyageurs ni de traitement spécifique contre la maladie, il est important de vous protéger contre les piqûres de moustique toute la journée. (Source: European Centre for Disease Prevention and Control, Communicable disease threats report, 8-14 January 2017, week 2)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous des piqûres de moustiques toute la journée, même en ville. En cas de fièvre, le paludisme (malaria) doit être exclu si région de transmission. Baissez la fièvre avec du paracétamol (évitez l'Aspirine®: risque de saignement).

Destinations : Monde