Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

Lao, République démocratique populaireLao, République démocratique populaire

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme).

Risque de paludisme:

  • risque modéré / faible : tout le pays, risque plus élevé dans le sud; résistance à la méfloquine à la frontière Myanmar-Laos à Bokeo et Louang Namtha et à la frontière Thaïlande-Laos à Champasak et Saravan
  • pas de paludisme: Vientiane

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage, Encéphalite japonaise

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire (pas pour les passagers en transit d'aéroport) si provenance dans les 6 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone)

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 17.02.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/5)

Epidémies de dengue en Asie

29/01/2018 (mise à jour: 06/02/2018)

Les épidémies de fièvre dengue continuent à toucher de vastes régions du monde. En Asie, les pays ayant signalé le plus grand nombre de cas durant l’année 2017 sont : le Vietnam (184'741 cas dont 32 décès), le Sri Lanka (174'889 cas, 320 décès), l’Inde (153'635 cas, 226 décès), les Philippines (131’827 cas, 732 décès), la Malaisie (82'840, 171 décès), la Thaïlande (51'000 cas, 2 décès) et le Laos (11'039 cas, 14 décès). La dengue est une maladie virale transmise par des moustiques qui piquent la journée, en particulier dans les villes pendant et juste après la saison des pluies. Les manifestations cliniques sont une fièvre élevée, des maux de tête, des douleurs musculaires et articulaires et une éruption cutanée (rash). La maladie est généralement bénigne et guérit spontanément après 10 jours. Plus rarement elle peut entraîner des saignements. (Sources : International Society for Infectious Diseases Promed-Mail 01.01.2018, WHO Weekly dengue update 19.12.17 + 2.1.18 + 16.01.18, ECDC week 4, 27.1.18)

Conséquences pour le voyageur : Une protection optimale contre les moustiques le jour et en début de soirée est recommandée y compris dans les villes. Traitez la fièvre avec des médicaments à base de paracétamol et un apport liquidien suffisant. Ne pas prendre d’aspirine (risque d’hémorragie). En cas de fièvre, le paludisme (malaria) doit être exclu dans les régions de transmission.

Destinations : Asie, Inde, Lao, République démocratique populaire, Sri Lanka, Malaisie, Philippines, Thaïlande, Viet Nam

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/5)

Poliomyélite : recommandations de vaccination

06/06/2017 (mise à jour: 12/01/2018)

L’Organisation mondiale de la Santé (OMS) a déclaré en 2014 un état d’urgence de santé publique de portée internationale concernant la transmission de la poliomyélite dans le monde et a émis de nouvelles recommandations temporaires de vaccination. Ces dernières ont été prolongées à nouveau (et les catégories de pays adaptées) en novembre 2017 suite à la 15ème réunion du Comité d’urgence, dans le but de réduire la propagation des poliovirus sauvages et d'origine vaccinale. Les recommandations sont les suivantes :
1) Etats infectés par le poliovirus sauvage ou vaccinal avec un risque de propagation internationale : Pakistan, Afghanistan, Nigéria : séjours de plus de 4 semaines : tous les ressortissants, expatriés et voyageurs dans ces pays doivent prouver à leur sortie (douane, aéroports) qu’ils ont reçu une dose de vaccin contre la poliomyélite au cours des 12 derniers mois (documentée dans un certificat de vaccination internationale).
2) Etats infectés par le poliovirus vaccinal (sans l’exporter): République démocratique du Congo, Nigéria, Pakistan, Syrie : séjours de plus de 4 semaines : tous les ressortissants, expatriés et voyageurs dans ces pays doivent prouver à leur sortie (douane, aéroports) qu’ils ont reçu une dose de vaccin contre la poliomyélite au cours des 12 derniers mois (documentée dans un certificat de vaccination internationale).
3) Etats qui n’ont plus détecté de poliovirus sauvage ou vaccinal mais qui restent à risque d'une ré-introduction du virus : Cameroun, Niger, Tchad, République Centrafricaine, Guinée, Laos: une immunisation de base contre la poliomyélite et un rappel tous les 10 ans devraient être effectuées. Ceci est valable pour les personnes qui se rendent dans les pays des catégories 1 et 2 pour un séjour de moins de 4 semaines. De plus, d'autres pays sont considérés comme vulnérables à des flambées de polio et pour lesquels une vaccination de base et un rappel tous les 10 ans sont recommandés (professionnels de la santé : référez-vous aux tableaux Santé-voyages du bulletin de l’Office fédéral de santé publique).

La poliomyélite est une maladie du système nerveux central causée par un virus (le poliovirus 1, 2 et 3) transmis généralement par l’eau ou les aliments contaminés (voie féco-orale). Le virus peut causer une paralysie définitive invalidante. La majorité des cas surviennent chez des enfants. Il n’y a aucun traitement curatif spécifique contre la poliomyélite. La maladie peut être très efficacement prévenue par la vaccination. Grâce aux campagnes de vaccination à grande échelle, cette maladie autrefois répandue dans de nombreux pays (350'000 cas en 1988 dans 125 pays), a été éliminée dans la majeure partie du monde. L’OMS espère l’éradiquer d’ici 2018. (Sources: WHO “Statement on the 15th IHR Emergency Committee meeting regarding the international spread of poliovirus” 14.11.2017).

Conséquences pour le voyageur : Tous les résidents suisses devraient avoir reçu une immunisation de base contre la poliomyélite. Un rappel est nécessaire pour les pays à risque selon les critères ci-dessus (à documenter dans un certificat de vaccination international).

Destinations : Afghanistan, Centrafricaine, République, Cameroun, Guinée, Lao, République démocratique populaire, Niger, Nigéria, Pakistan, Syrienne, République arabe, Tchad, Congo, La République démocratique du (Kinshasa)

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/5)

Asie, Chine : Festivités de la Nouvelle Année lunaire

22/12/2017 (mise à jour: 15/01/2018)

De nombreuses personnes voyageront en Asie pour célébrer le Nouvel An lunaire du chien qui commence le 16 février 2018 et quelques précautions sont recommandées.

Le virus Zika est transmis dans de nombreux pays d’Asie (Voir carte de l'ECDC « Zones actuelles de transmission du Virus Zika ») ainsi que le virus de la fièvre dengue, et il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques toute la journée et à la tombée de la nuit. Il est formellement déconseillé aux femmes enceintes de se rendre dans les régions d’endémie du virus Zika. 

Des infections humaines à plusieurs virus de la grippe aviaire à influenza A sont régulièrement rapportées en Chine. Le risque d’infection pour les voyageurs reste très faible car ces virus ne sont transmis que très rarement à l’homme, essentiellement lors de contacts rapprochés avec les matières fécales (et sécrétions respiratoires) d'oiseaux infectés. Il est recommandé d’éviter tout contact avec la volaille et les oiseaux aquatiques (élevages, marchés, lacs), de manger uniquement de la volaille et des œufs bien cuits, et de se laver (et évent. désinfecter) les mains avant de manger.

Les rassemblements de foule sont propices à la transmission de maladies infectieuses et il est recommandé de recevoir tous les rappels de vaccinations de base de l’enfance (diphtérie, tétanos, évent. coqueluche, rougeole, et poliomyélite), la vaccination contre l’hépatite A (répandue en Asie) et la vaccination contre la grippe (en particulier les personnes de plus de 65 ans ou avec des maladies chroniques et les femmes enceintes). Selon le type de voyage, la durée du séjour, et l’itinéraire, d’autres vaccinations peuvent être recommandées (hépatite B, fièvre typhoïde, rage). 

La diarrhée du voyageur peut gâcher votre séjour…. Soignez votre hygiène (lavage des mains et désinfection avec une lotion alcoolique contenant au minimum 70% d’éthanol) plusieurs fois par jour et avant de manger, consommez seulement des boissons encapsulées / bouillies (pas de glaçons) et des aliments bien cuits ou des fruits que vous pelez vous-même.

Conséquences pour le voyageur : Il est recommandé de vérifier les conseils spécifiques selon le pays de destination en matière de vaccination et de paludisme et de s’informer sur d’éventuelles épidémies avant un voyage.

Destinations : Asie, Chine

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (4/5)

Transmission du virus Zika dans le monde

08/11/2017 (mise à jour: 14/11/2017)

Plusieurs épidémies au virus Zika continuent de progresser dans le monde, en particulier aux Amériques et en Asie. Le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) met à jour régulièrement une liste de pays avec un risque de transmission du virus Zika, voir la carte géographique: Current Zika Transmission worldwide. Des changements de classification du degré de risque concernent des pays d’Amérique latine (par ex. Brésil, Colombie, Mexique) et d’Asie (Thaïlande). Avant de partir en voyage, en particulier si vous envisagez une grossesse ou si votre partenaire est enceinte, consultez cette liste ainsi que les informations sur la maladie (lien ci-dessous).

Une précision: Pour les pays d'Amérique centrale et du Sud ainsi que dans les Caraïbes marqués en jaune sur la carte de l'ECDC), le Comité suisse d'experts en médecine des voyages (CEMV) recommande de suivre les mêmes mesures de prévention que dans une région avec risque élevé. Aussi, la situation épidémiologique de certains pays en Asie et Afrique concernant la propagation du ZIKV est jugée différemment en fonction de la source. Le CEMV estime que le risque est plus faible en Asie et Afrique que par exemple dans les pays d'Amérique de contracter une infection à ZIKV de façon inaperçue ou d'en tomber malade. Le ZIKV existait probablement déjà depuis plusieurs années en Asie et Afrique sans qu'une propagation épidémique ait été signalée telle que observée depuis 2015 dans les pays d'Amérique. Le CEMV considère le risque d'une infection ou d'une malformation fœtale comme étant très faible dans le cadre de la planification d'une grossesse pour les voyages dans les pays d'Asie ou d'Afrique qui ne sont pas indiqués sous « risque élevé » (ces femmes devraient se renseigner sur les recommandations spécifiques avant un voyage),  mais il est toujours déconseillé aux femmes enceintes de voyager dans les régions d'endémie du virus Zika. (Sources: ECDC Current Zika virus Transmission, 27.10.17; Tropimed News 06.11.17)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques toute la journée et à la tombée de la nuit. Suivez l’évolution des épidémies car la situation locale peut rapidement changer. Les régions d’endémie du virus Zika sont déconseillés aux femmes enceintes.

Destinations : Afrique, Amérique, Asie

Actualités  Actualités    Autres actualités (5/5)

Rapport 2017 sur le paludisme (malaria) dans le monde

11/12/2017 (mise à jour: 11/12/2017)

Le rapport 2017 sur le paludisme (malaria) dans le monde indique que le succès rencontré dans le contrôle global du paludisme est en stagnation. En 2016, on dénombrait environ 216 millions de cas de paludisme, une augmentation de 5 millions de cas par rapport à 2015. Le nombre de décès était comparable à celui de l'année précédente avec 445'000 cas. La plupart des cas ont été enregistrés en Afrique subsaharienne (90%).Entre 2010 et 2016, le taux d’incidence du paludisme a diminué d’environ 18% au niveau mondial. La baisse la plus forte était enregistrée dans la région de l'Asie du Sud-Est de l'OMS (48%), suivie de la région nord- et sud-américaine de l'OMS (22%) et de la région africaine de l'OMS (20%). En revanche, on observait une augmentation des cas entre 2014 et 2016 dans la région nord- et sud-américaine de l'OMS et aussi légèrement dans les régions de l'OMS d'Asie du Sud-Est, du Pacifique occidental et d'Afrique. Vous trouverez des informations détaillées par pays dans le rapport 2017 sur le paludisme dans le monde (lien: World Malaria Report).

Conséquences pour le voyageur : Même si les cas de paludisme baissent au niveau mondial, le risque pour les voyageurs ne devrait pas être banalisé et devrait toujours faire partie d'une consultation en médecine de voyage, même pour les régions à risque faible.

Destinations : Monde