Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

BrésilBrésil

Paludisme (malaria)

Le risque de paludisme existe toute l'année dans les régions à risque.
Il est recommandé de se protéger contre les piqûres de moustiques.
Il est nécessaire d'avoir avec soi un médicament à prendre en cas de fièvre (suspicion de paludisme).

Risque de paludisme:

  • risque modéré / faible : états d'Acre, Amapá, Amazonas, Mato Grosso, Maranhão, Pará, Rondônia, Roraima; périphérie des villes de Belem, Boa Vista, Macapá, Maraba, Porto Velho, Rio Branco, Santarém, Manaus (surtout à l'est, moins au nord et à l'ouest); risque minime ou pas de risque dans les centres-villes
  • pas de paludisme : côte est, chutes d'Iguaçu, régions non listées, incl. villes de Rio de Janeiro, São Paulo, Recife, Fortaleza, Salvador, centre-ville de Manaus
  • risque minime : régions rurales d'Espirito Santo, Goias, Mato Grosso do Sul, Piaui, Tocantins ainsi que régions rurales boisées des états Rio de Janeiro et São Paulo

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Fièvre jaune, Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole, Hépatite A
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Fièvre typhoïde, Rage

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire pour les voyageurs en provenance de l'Angola ou de la R. D. du Congo
vaccination recommandée pour Acre, Amapá, Amazonas, Distrito Federal (Brasilia inclus), Espirito Santo (ville de Vitoria incluse), Goiás, Maranhão, Mato Grosso, Mato Grosso do Sul, Minas Gerais, Pará, Rondônia, Roraima, Tocantins, état entier de São Paulo (villes de São Paulo et de Campinas incluses), état entier de Rio de Janeiro (villes de Rio de Janeiro City et de Niteroi incluses), état entier de Bahia (ville de Salvador incluse); parties de Paraná, Piauí, Rio Grande do Sul, Santa Catarina, également chutes d'Iguazú; vaccination pas recommandée pour les régions non listées, incl. villes de Recife, Fortaleza; en cas d'obligation de visa clarifier le besoin d'une protection vaccinale avec l'ambassade / le consulat; le risque peut varier rapidement

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination. La vaccination contre la fièvre jaune ne peut être effectuée que par un Centre de vaccination et certains médecins.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 17.02.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/8)

Brésil : cas autochtones de paludisme à Bahia

06/02/2018 (mise à jour: 12/02/2018)

Entre le 16 et le 22 janvier 2018, 21 cas de malaria (à Plasmodium vivax) ont été diagnostiqués chez des ouvriers agricoles du maïs à Bahia, dans la commune de Wenceslau Guimarães, environ 300 km au sud de Salvador. Jusqu'à présent, Bahia ne faisait pas partie des régions endémiques du paludisme. Les cas sont tous liés à un cas de paludisme importé de l'État de Pará. (Sources: Tropimed News 01.02.2017; CDC 26.1.2018)

Conséquences pour le voyageur : Protection optimale contre les moustiques 24h/24 (le jour contre la dengue, le chikungunya, le Zika ainsi qu'au crépuscule et la nuit contre le paludisme). Après un séjour dans la région citée ci-dessus, il faudra penser au paludisme en cas de fièvre et exclure cette maladie.

Destinations : Brésil

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/8)

Brésil : touriste hollandais contracte la fièvre jaune

22/01/2018 (mise à jour: 29/01/2018)

Un touriste hollandais de 46 ans a contracté la fièvre jaune lors d’un voyage au Brésil où il avait séjourné dans les villes de Mairipora et Atibaia dans la région métropolitaine de São Paulo, entre le 19 décembre 2017 et le 8 janvier 2018. Il n’était pas vacciné contre la maladie et a été hospitalisé à son retour en Hollande, se plaignant de maux de tête, de douleurs musculaires, de la nausée, de vomissements et de la diarrhée. Dans la même région,  3 autres cas humains (dont 2 décès) ont été confirmés (tous contractés à Mairipora). Il existe aussi un risque de fièvre jaune dans la ville de São Paulo où plus de 60 infections ont été confirmées chez des singes dans plusieurs parcs de la ville. Des cas humains récents de fièvre jaune ont aussi été rapportés dans l’État de Rio de Janeiro (4 cas dont 3 décès dans les communes de Valença, Tersopolis) et selon les médias, des singes seraient décédés dans un parc (Floresta da Tijuca) du centre-ville de Rio. Depuis juillet 2017 (et jusqu’au 08.01.2018), l’OMS a recensé 92 cas humains suspectés de fièvre jaune (dont 11 confirmés) dans 15 États au Brésil, ainsi que 2296 cas suspectés (350 confirmés) chez des primates.

La fièvre jaune est une maladie virale transmise par les piqûres de moustiques. Elle se manifeste par une fièvre élevée, des frissons, des douleurs musculaires, des maux de tête et des troubles digestifs, suivi chez certains malades d’une jaunisse et des saignements qui peuvent entraîner la mort. Il n'existe pas de traitement spécifique et la vaccination constitue le meilleur moyen de se protéger contre cette maladie. (Sources: International Society for Infectious Diseases, Promed-mail 15.01.2017 ; Tropimed News 16.01.2018; WHO / PAHO 12.01.2018)

Conséquences pour le voyageur : La flambée de fièvre jaune continue au Brésil. Protection optimale contre les moustiques pendant la journée. L'indication d'une vaccination contre la fièvre jaune devrait être posée de façon généreuse en cas de voyages au Brésil, y compris pour les séjours uniquement dans les villes de São Paulo ou de Rio de Janeiro !

Destinations : Brésil

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/8)

Brésil : Carnaval 2018

22/12/2017 (mise à jour: 15/01/2018)

Le Carnaval de Rio a lieu entre le 9 et 14 février 2018 et chaque année environ 500'000 visiteurs internationaux s’y rendent. Un certain nombre de précautions sanitaires sont fortement recommandées…

Les moustiques sont un problème… Le Brésil a fait face à une épidémie de fièvre jaune cette année. La vaccination est recommandée pour de nombreuses régions du pays, y compris les villes de Rio de Janeiro (!) et de São Paulo. Le risque de Zika, dengue et Chikungunya est toujours présent dans l’ensemble du pays, y compris dans les grandes villes. Ces maladies virales sont transmises par des moustiques piquant la journée (de l’aube au crépuscule). Prenez des quoi vous protéger contre les piqûres (lotions, vêtements à manches longues et pantalons longs). Les femmes enceintes et  celles qui planifient une grossesse devraient renoncer au voyage (risque de malformation fœtale sévère en cas d’infection par le virus Zika). En ce qui concerne le paludisme (malaria), qui est transmis par des moustiques piquant le soir et la nuit, il n'y a pas de risque au centre des villes, mais le risque n’est pas négligeable si vous voyagez dans la région amazonienne, le Nord et le Nord-Ouest. Il est recommandé d’avoir un médicament de secours avec vous (à prendre en cas de fièvre et de symptômes grippaux et d’impossibilité à consulter un médecin dans les 24 heures).

Les rassemblements de foule sont propices à la transmission de maladies infectieuses et il est fortement recommandé de recevoir tous les rappels de vaccinations de base de l’enfance (diphtérie, tétanos, évent. coqueluche, rougeole, et poliomyélite) et la vaccination contre l’hépatite A. Selon le type de voyage, la durée de séjour, et votre itinéraire, d’autres vaccinations peuvent être recommandées (hépatite B, fièvre typhoïde, rage).

La diarrhée du voyageur peut gâcher votre séjour…. Soignez votre hygiène (lavage des mains et désinfection avec une lotion hydro alcoolique contenant au minimum 70% d’éthanol) plusieurs fois par jour et avant de manger, consommez seulement des boissons encapsulées / bouillies (pas de glaçons) et des aliments bien cuits ou des fruits que vous pelez vous-même.

Pensez aussi à votre sécurité ! Suivez les recommandations des autorités locales. Evitez les quartiers réputés dangereux. Les accidents de la route sont un danger. Prenez le taxi pour vos déplacements la nuit (et ne sortez pas non accompagné).

Infections sexuellement transmissibles: il existe un risque important de contracter une infection sexuellement transmissible dont le virus VIH / SIDA, lors de rapports sexuels non protégés. Utilisez toujours un préservatif de qualité (ou Femidom) avec un nouveau partenaire et prévoyez d’en avoir avec vous.

Conséquences pour le voyageur : Consultez votre médecin ou un centre de vaccination si possible 4 à 6 semaines avant votre départ pour effectuer les vaccinations de base qui manqueraient et celles contre l’hépatite A et la fièvre jaune (y compris les voyages uniquement dans les villes de Rio de Janeiro et de São Paulo !). Protection anti-moustique et bonne hygiène alimentaire et personnelle.

Destinations : Brésil

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (4/8)

Brésil : fièvre jaune

18/12/2017 (mise à jour: 22/12/2017)

D'après un rapport du ministère de la Santé du Brésil du 27.11.17, un cas de fièvre jaune survenu fin juillet 2017 dans la région de Rio de Janeiro a été confirmé. Des cas humains ont aussi été signalés dans l'État de São Paulo ainsi que des cas chez des singes dans les régions périurbaines de la ville de São Paulo (voir news du 16.11.2017). (Source: European Centre for Disease Prevention and Control, CDTR  02.12.2017)

Conséquences pour le voyageur : Protection optimale contre les moustiques pendant la journée. La vaccination contre la fièvre jaune est recommandée pour de nombreuses régions au Brésil, y compris en cas de séjour uniquement dans les villes de Rio de Janeiro et de São Paulo !

Destinations : Brésil

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (5/8)

Amériques : flambées de diphtérie

28/11/2017 (mise à jour: 04/12/2017)

Depuis le début de l’année 2017 (jusqu’à la semaine 45), 5 pays ont rapporté des cas cliniques suspects de diphtérie: le Venezuela (511 cas, dont 146 confirmés), Haïti (120 cas probables, dont 51 confirmés et 7 décès), le Brésil (39 cas dont 5 confirmés), la République dominicaine (3 cas confirmés) et la Colombie (14 cas, cependant tous négatifs suite aux analyses de laboratoire). En 2016, 3 pays (Rep. Dom., Haïti, Venezuela) avaient rapporté 78 cas au total. La diphtérie est une maladie bactérienne très contagieuse qui se manifeste par une forte angine. Elle peut être fatale en l’absence de traitement d'antitoxine diphtérique et d'antibiotiques. La maladie est prévenue par la vaccination qui est très efficace. Elle est plus fréquente dans les pays en voie de développement où les populations sont moins vaccinées. (Sources: PAHO/WHO Epidemiological Update Diphtheria 15 Nov 2017)

Conséquences pour le voyageur : Après une vaccination complète dans l'enfance, il faut un rappel à 25 ans (diphtérie-tétanos-pertussis dTp), 45 (diphtérie-tétanos dT) et 65 ans (dT) puis tous les 10 ans. En cas de voyage à haut risque (épidémie), un rappel peut être indiqué après 10 ans

Destinations : Brésil, Colombie, Dominicaine, République, Haïti, Venezuela

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (6/8)

Amériques, Caraïbes : Dengue et Chikungunya

06/02/2018 (mise à jour: 12/02/2018)

Le Pan American Health Organization (PAHO) a recensé 578’690 cas de dengue aux Amériques et dans les Caraïbes en 2017. Les pays les plus touchés sont le Brésil (252’054 cas), le Mexique (89’893), le Pérou (76’093) et le Nicaragua (64’712). L’année dernière près de 185'000 cas de fièvre de Chikungunya ont aussi été recensés, dont 93% au Brésil. Ces maladies virales sont transmises par des moustiques qui piquent la journée, en particulier dans les villes pendant et juste après la saison des pluies. (Sources : ECDC, CDTR week 4, 26.01.2018, PAHO Dengue Week 52 2017)

Conséquences pour le voyageur : Une protection optimale contre les moustiques le jour et en début de soirée est recommandée, y compris dans les villes. Traitez la fièvre avec des médicaments à base de paracétamol et un apport liquidien suffisant. Ne prenez pas d'aspirine (risque d’hémorragie). En cas de fièvre, le paludisme (malaria) doit être exclu dans les régions de transmission.

Destinations : Amérique

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (7/8)

Transmission du virus Zika dans le monde

08/11/2017 (mise à jour: 14/11/2017)

Plusieurs épidémies au virus Zika continuent de progresser dans le monde, en particulier aux Amériques et en Asie. Le European Centre for Disease Prevention and Control (ECDC) met à jour régulièrement une liste de pays avec un risque de transmission du virus Zika, voir la carte géographique: Current Zika Transmission worldwide. Des changements de classification du degré de risque concernent des pays d’Amérique latine (par ex. Brésil, Colombie, Mexique) et d’Asie (Thaïlande). Avant de partir en voyage, en particulier si vous envisagez une grossesse ou si votre partenaire est enceinte, consultez cette liste ainsi que les informations sur la maladie (lien ci-dessous).

Une précision: Pour les pays d'Amérique centrale et du Sud ainsi que dans les Caraïbes marqués en jaune sur la carte de l'ECDC), le Comité suisse d'experts en médecine des voyages (CEMV) recommande de suivre les mêmes mesures de prévention que dans une région avec risque élevé. Aussi, la situation épidémiologique de certains pays en Asie et Afrique concernant la propagation du ZIKV est jugée différemment en fonction de la source. Le CEMV estime que le risque est plus faible en Asie et Afrique que par exemple dans les pays d'Amérique de contracter une infection à ZIKV de façon inaperçue ou d'en tomber malade. Le ZIKV existait probablement déjà depuis plusieurs années en Asie et Afrique sans qu'une propagation épidémique ait été signalée telle que observée depuis 2015 dans les pays d'Amérique. Le CEMV considère le risque d'une infection ou d'une malformation fœtale comme étant très faible dans le cadre de la planification d'une grossesse pour les voyages dans les pays d'Asie ou d'Afrique qui ne sont pas indiqués sous « risque élevé » (ces femmes devraient se renseigner sur les recommandations spécifiques avant un voyage),  mais il est toujours déconseillé aux femmes enceintes de voyager dans les régions d'endémie du virus Zika. (Sources: ECDC Current Zika virus Transmission, 27.10.17; Tropimed News 06.11.17)

Conséquences pour le voyageur : Protégez-vous contre les moustiques toute la journée et à la tombée de la nuit. Suivez l’évolution des épidémies car la situation locale peut rapidement changer. Les régions d’endémie du virus Zika sont déconseillés aux femmes enceintes.

Destinations : Afrique, Amérique, Asie

Actualités  Actualités    Autres actualités (8/8)

Rapport 2017 sur le paludisme (malaria) dans le monde

11/12/2017 (mise à jour: 11/12/2017)

Le rapport 2017 sur le paludisme (malaria) dans le monde indique que le succès rencontré dans le contrôle global du paludisme est en stagnation. En 2016, on dénombrait environ 216 millions de cas de paludisme, une augmentation de 5 millions de cas par rapport à 2015. Le nombre de décès était comparable à celui de l'année précédente avec 445'000 cas. La plupart des cas ont été enregistrés en Afrique subsaharienne (90%).Entre 2010 et 2016, le taux d’incidence du paludisme a diminué d’environ 18% au niveau mondial. La baisse la plus forte était enregistrée dans la région de l'Asie du Sud-Est de l'OMS (48%), suivie de la région nord- et sud-américaine de l'OMS (22%) et de la région africaine de l'OMS (20%). En revanche, on observait une augmentation des cas entre 2014 et 2016 dans la région nord- et sud-américaine de l'OMS et aussi légèrement dans les régions de l'OMS d'Asie du Sud-Est, du Pacifique occidental et d'Afrique. Vous trouverez des informations détaillées par pays dans le rapport 2017 sur le paludisme dans le monde (lien: World Malaria Report).

Conséquences pour le voyageur : Même si les cas de paludisme baissent au niveau mondial, le risque pour les voyageurs ne devrait pas être banalisé et devrait toujours faire partie d'une consultation en médecine de voyage, même pour les régions à risque faible.

Destinations : Monde