Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

AustralieAustralie

Paludisme (malaria)

Il n'y a pas de paludisme.
Il n'y a aucune précaution particulière à prendre.

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Encéphalite japonaise

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire (pas pour les passagers en transit d'aéroport) si provenance dans les 6 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone)

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 19.05.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/4)

Australie, Angleterre : gonorrhée multirésistante aux antibiotiques

16/05/2018

Alors que de nombreux pays rapportent une augmentation significative des infections sexuellement transmissibles (IST), de nouvelles résistances aux antibiotiques compliquent encore ce problème… Entre fin mars et mi-avril 2018, l’Angleterre et l’Australie ont rapporté 3 cas de personnes ayant contracté une gonorrhée à l’étranger avec une souche de bactérie (Neisseria gonorrhoeae) hautement résistante à de nombreux antibiotiques (azithromycine, ceftriaxone, mais aussi pénicilline et ciprofloxacine). Un des patients avait fréquenté des prostituées en Thaïlande. Ces dernières années les autorités sanitaires de nombreux pays s’inquiètent de l’émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques avec le risque que les infections deviennent non traitables dans le futur. La gonorrhée, (aussi appelée «chaude-pisse») peut se manifester par un écoulement génital purulent, des brûlures en urinant, une conjonctivite et des douleurs à la gorge mais elle est souvent asymptomatique, particulièrement chez les femmes. Elle se transmet par un contact avec les muqueuses (génitales, anales, orales) et les sécrétions génitales d’une personne infectée. Il est important de diagnostiquer l’infection afin de la traiter avec des antibiotiques appropriés, afin d’éviter de la transmettre à d’autres et d’empêcher le développement de complications (inflammation articulaire, stérilité masculine et féminine, infections oculaires graves et cécité des nouveau-nés). (Sources : European Centre for Disease Prevention and Control, CDTR week 17, 28 April 2018; Tropimed News 25.04.2018)

Conséquences pour le voyageur : Pratiquez le Safer Sex en Suisse comme en voyage : évitez les contacts directs et non protégés avec les muqueuses (vagin, bouche, anus), le sperme ou le sang et utilisez des préservatifs de qualité avec tout nouveau partenaire. En cas de symptômes (ou chez votre partenaire), consultez sans faute un médecin pour des examens et un traitement appropriés.

Destinations : Australie, Royaume-Uni

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (2/4)

Australie : listériose par consommation de melons

16/04/2018 (mise à jour: 23/04/2018)

L’OMS a rapporté une flambée de 20 personnes hospitalisées en Australie pour une listériose (dont 7 décès et une fausse couche) entre le 17 janvier et le 6 avril 2018. La cause serait la consommation de melons (cantaloups) contaminés d’un producteur local. Les produits concernés ont déjà été retirés du marché en Australie mais des cas sont possibles dans d’autres pays où les melons ont été exportés : Chine (Hong Kong), Japon, Kuwait, Malaysie, Oman, Qatar, Singapore, Emirats Arabes Unis, Bahreïn et les Seychelles.
La listériose est causée par une bactérie (Listeria monocytogenes) qui peut infecter l’homme lors de consommation d'aliments crus contaminés, surtout les produits laitiers non pasteurisés, les fromages, la viande fumée ou salée, la volaille et le poisson. Chez les adultes en bonne santé l'infection se manifeste le plus souvent par des symptômes grippaux avec une légère fièvre. Cependant, elle peut être beaucoup plus sévère chez les personnes immunodéprimées ou souffrant de maladies chroniques, les femmes enceintes, les nourrissons et les personnes âgées et entraîner une méningo-encéphalite, une septicémie, une pneumonie ou un avortement. La létalité s'élève alors à 20%. Un traitement antibiotique est disponible. (Source: OMS, Disease Outbreak News, 09.04.2018)

Conséquences pour le voyageur : Le risque pour des voyageurs est très faible. Les personnes à risque de complications (voir ci-dessus) devraient se laver les mains avant de manger ou de manipuler la nourriture, bien laver les crudités, éviter de consommer des produits laitiers non pasteurisés, et bien cuire la viande/ volaille/ poisson.

Destinations : Australie

Actualités  Actualités    Autres actualités Autres actualités (3/4)

Australie : mélioïdose dans le Northern Territory

27/02/2018 (mise à jour: 06/03/2018)

Les autorités sanitaires de l’Etat du Territoire du Nord ont recensé 26 cas de mélioïdose depuis le mois d'octobre 2017. La majorité des cas de mélioïdose en Australie sont rapportés dans le Territoire du Nord, mais des infections peuvent aussi survenir dans les Etats du Queensland et d’Australie-Occidentale (Western Australia), en particulier durant la saison des pluies.
Cette maladie est causée par une bactérie présente dans le sol (surtout les rizières) et les eaux de surface en Asie du Sud-Est et dans le nord de l’Australie. Elle est relativement rare mais grave et le nombre de cas augmente lors de la saison des pluies. La transmission peut se faire lors de contact d’une peau abîmée (écorchures, ulcères, cloques) avec de la terre, la boue ou les flaques, par la consommation d’eau souillée ou par l’inhalation de poussière. La présentation clinique est très variable et dépend du mode de contamination. L’infection est parfois asymptomatique au début, puis peut se manifester par des lésions de la peau (ulcère ne guérissant pas par exemple) ou, en cas d’inhalation, par une pneumonie. Elle peut se compliquer d’une septicémie (infection du sang) souvent fatale. Les personnes souffrant d’une maladie chronique (diabète, baisse de l’immunité, insuffisance rénale) ou ayant des lésions de la peau sont les plus à risque. La bactérie est résistante à de nombreux antibiotiques et selon les cas, un traitement intraveineux peut être indiqué, et/ou un traitement oral de longue durée. (Source : International Society for Infectious Diseases Promed-Mail 10.2.2018)

Conséquences pour le voyageur : Dans les régions à risque, il est recommandé de bien protéger les pieds avec des chaussures fermées, en particulier en cas de diabète ou de lésion de la peau. Laver et désinfecter immédiatement toute plaie ayant été en contact avec de la terre ou de l’eau de surface (flaques, ruisseaux). En cas de fièvre et ulcère/ lésion de la peau qui ne guérit pas: penser à la mélioïdose, même plusieurs mois après un voyage.

Destinations : Australie

Actualités  Actualités    Autres actualités (4/4)

Ramadan 2018, Umrah und MERS-CoV

10/04/2018 (mise à jour: 16/04/2018)

Le Ramadan se déroulera cette année du 16 mai au 14 juin 2018 (dates variant de 1 à 2 jours en fonction de la position de la lune selon les pays). Pendant cette période, les musulmans du monde entier doivent s'abstenir de manger, de boire et de fumer du lever du soleil jusqu'à son coucher. Les femmes enceintes, les enfants et les malades en sont dispensés. Il est recommandé aux touristes visitant des pays musulmans d'adopter un comportement discret en public et d'éviter si possible de fumer, de manger et de boire ouvertement la journée par respect et pour ne pas heurter la sensibilité des croyants (ni provoquer de tensions).

De nombreux musulmans choisissent la période du Ramadan pour effectuer le «petit pèlerinage» à La Mecque (Umrah). Cependant, en raison de l’épidémie actuelle du coronavirus du syndrome respiratoire du Moyen-Orient (MERS-CoV), le ministère de la Santé d’Arabie Saoudite déconseille le pèlerinage aux séniors (plus de 65 ans), aux enfants, aux femmes enceintes, et aux personnes souffrant de maladies chroniques (cardiaques, pulmonaires, rénales, diabète, baisse de l’immunité, maladie terminale, etc.) ou d’un cancer. Tous les pèlerins devraient s’informer sur l’épidémie de MERS-CoV et prendre des mesures de précaution. Depuis le début de l’épidémie fin 2012, 2144 infections confirmées dans le monde ont été rapportées à l’OMS (jusqu’au 15 mars 2018), dont 750 mortels. Le plus souvent, les coronavirus sont transmis par les gouttelettes respiratoires lorsqu'une personne infectée tousse ou éternue. La maladie est souvent bénigne (comme un rhume) mais plus rarement, peut entraîner une atteinte sévère des voies respiratoires pouvant être mortelle, en particulier chez des personnes souffrant de maladies chroniques. Les pèlerins peuvent avoir un risque accru d’infection dans les bains de foule, les moyens de transports bondés et les hébergements dans des espaces restreints. Pour plus d'infos, consultez notre rubrique Différents voyageurs > "Pèlerinage à La Mecque" et le site de l'OMS: Aide-mémoire MERS-CoV.  (Sources : OMS, DON 15.3.18)

Conséquences pour le voyageur : Respectez les coutumes du Ramadan. Pèlerins à La Mecque: vaccination obligatoire contre la méningite (+ fièvre jaune si provenance pays d'endémie). Il est recommandé d’être immunisé contre la poliomyélite, grippe, hépatite A (évent. B), rougeole, diphtérie-tétanos. Lavez et désinfectez souvent vos mains, et évitez de vous toucher les yeux, le nez, la bouche. Evitez les contacts avec les malades (évent. portez un masque dans les foules). Les dromadaires peuvent transmettre le MERS-CoV et il est recommandé d'éviter les contacts avec ces animaux et de ne pas boire de lait de dromadaire non pasteurisé. Consultez en cas de symptômes respiratoires.

Destinations : Monde, Arabie Saoudite