Logo Safetravel Image Safetravel
RECHERCHE  
Conseils médicaux aux voyageurs | Recommandations du Comité d'experts en médecine des voyages
 
RECHERCHE  

Destinations

AustralieAustralie

Paludisme (malaria)

Il n'y a pas de paludisme.
Il n'y a aucune précaution particulière à prendre.

Vaccination

Les vaccins suivants sont recommandés pour tous:
 Diphtérie, Tétanos, Poliomyélite, Rougeole
Dans des conditions particulières, les vaccins suivants sont recommandés: Hépatite B, Encéphalite japonaise

Remarques pour la vaccination contre la fièvre jaune:
 vaccination obligatoire (pas pour les passagers en transit d'aéroport) si provenance dans les 6 jours d'une zone d'endémie (sauf si transit d'aéroport dans cette zone)

Pour la prescription de médicaments et les vaccinations, consultez un médecin traitant ou un Centre de vaccination.

Autres Maladies

Il existe un risque d'infection par le virus VIH / SIDA dans le monde entier lors de rapports sexuels non protégés. Protégez-vous !

Diarrhées et autres maladies: cliquez sur "aide-mémoire pour votre voyage"
Safetravel® ne peut remplacer le jugement de votre médecin ou pharmacien, ou d'un spécialiste en médecine tropicale, en particulier s'il s'agit de conseiller des personnes à risque. N'hésitez pas à le contacter. Il établira un plan de vaccination personnel et vous remettra des documents complémentaires. La prescription d'ordonnances médicales peut être faite par votre médecin ou par les centres de vaccinations.
Conception du site ASTRAL - Contact - Dernière mise à jour du site le 20.07.2018

Actualités  Actualités    Autres actualités (1/2)

Australie, Angleterre : gonorrhée multirésistante aux antibiotiques

16/05/2018 (mise à jour: 23/05/2018)

Alors que de nombreux pays rapportent une augmentation significative des infections sexuellement transmissibles (IST), de nouvelles résistances aux antibiotiques compliquent encore ce problème… Entre fin mars et mi-avril 2018, l’Angleterre et l’Australie ont rapporté 3 cas de personnes ayant contracté une gonorrhée à l’étranger avec une souche de bactérie (Neisseria gonorrhoeae) hautement résistante à de nombreux antibiotiques (azithromycine, ceftriaxone, mais aussi pénicilline et ciprofloxacine). Un des patients avait fréquenté des prostituées en Thaïlande. Ces dernières années les autorités sanitaires de nombreux pays s’inquiètent de l’émergence de bactéries résistantes aux antibiotiques avec le risque que les infections deviennent non traitables dans le futur. La gonorrhée, (aussi appelée «chaude-pisse») peut se manifester par un écoulement génital purulent, des brûlures en urinant, une conjonctivite et des douleurs à la gorge mais elle est souvent asymptomatique, particulièrement chez les femmes. Elle se transmet par un contact avec les muqueuses (génitales, anales, orales) et les sécrétions génitales d’une personne infectée. Il est important de diagnostiquer l’infection afin de la traiter avec des antibiotiques appropriés, afin d’éviter de la transmettre à d’autres et d’empêcher le développement de complications (inflammation articulaire, stérilité masculine et féminine, infections oculaires graves et cécité des nouveau-nés). (Sources : European Centre for Disease Prevention and Control, CDTR week 17, 28 April 2018; Tropimed News 25.04.2018)

Conséquences pour le voyageur : Pratiquez le Safer Sex en Suisse comme en voyage : évitez les contacts directs et non protégés avec les muqueuses (vagin, bouche, anus), le sperme ou le sang et utilisez des préservatifs de qualité avec tout nouveau partenaire. En cas de symptômes (ou chez votre partenaire), consultez sans faute un médecin pour des examens et un traitement appropriés.

Destinations : Australie, Royaume-Uni

Actualités  Actualités    Autres actualités (2/2)

Recommandations pour groupes à risque de paludisme

03/07/2018 (mise à jour: 09/07/2018)

Le Comité suisse d'experts en médecine des voyages (CEMV) est d’avis que certains groupes de voyageurs pourraient bénéficier de mesures de prévention supplémentaires pour leur protection contre le paludisme, dont la prise d’une prophylaxie médicamenteuse. En effet, le risque de contracter le paludisme varie en fonction du risque d'exposition au moustique vecteur (saison, lieu de séjour et activités) et le risque de paludisme sévère (ou compliqué) est plus élevé chez certaines personnes. Des mesures de prévention supplémentaires pour la protection contre le paludisme sont recommandées pour les groupes de voyageurs suivants :

1) Des voyageurs qui ont un risque d'exposition plus élevé et donc un risque plus élevé de contracter un paludisme :
- Séjours dans des régions rurales incluant des nuitées
- longs séjours (>3 mois)
- personnes qui visitent des amis et de la famille ("visiting friends and relatives") dans leur pays d'origine (surtout dans des régions rurales)

2) Des voyageurs à risque de complications à cause d'un paludisme en raison de leur état de santé (facteurs individuels) :
- femmes enceintes (dont le voyage est urgent et ne peut être reporté)
- personnes (surtout les séniors) avec certaines maladies sous-jacentes complexes / cliniquement pertinentes (p. ex. le diabète contrôlé de façon sous-optimale et d'autres dysfonctionnements métaboliques, asplénie, pathologies cardiovasculaires, rénales ou hépatiques, immunodépression, etc.).

Conséquences pour le voyageur : Ces groupes de voyageurs à risque (voir ci-dessus) devraient consulter pour une évaluation individuelle de leur risque, et en cas de voyage dans certaines régions avec une incidence locale plus élevé de paludisme, une prophylaxie médicamenteuse (chimioprophylaxie) peut leur être recommandée.

Destinations : Monde